Trilogie Driven, tome 4: Aced – K. Bromberg

couverture

Synopsis (Sortie française le 17 mars 2016):

Six ans après leur rencontre, Colton et Rylee sont de retour, plus chauds, tendres et passionnés que jamais. ACED est un nouveau chapitre de cette histoire d’amour.
Aced est la suite d’une aventure tendre et torride entre une femme qui cherche à se reconstruire, et un pilote de course intrépide, constamment sur le fil du rasoir, qui repousse toujours plus loin ses propres limites comme celles des autres.
Les démons de Colton sont-ils définitivement domptés ? S’ils resurgissent, leur bonheur en apparence parfait y résistera-t-il?

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour m’avoir permis de découvrir les nouvelles aventures de Rylee et Colton.

Au départ, Aced ne devait n’être qu’un bonus, au même titre que Raced qui va être traduit le mois prochain. Son action se passe entre le dernier chapitre de Crashed et son épilogue (pour rappel, celui-ci se passe 10 ans après). Il sert donc à comprendre certaines questions soulevées par cet épilogue.

Rylee et Colton sont maintenant mariés depuis six ans et elle attend leur premier enfant. Quand je lisais le résumé d’Aced, j’avais franchement peur. Connaissant la propension de Colton à avoir peur quand il s’agit de sentiments, j’avais très très peur qu’il fasse une bêtise liée à la grossesse.

Ouf! Le drame en place au début de ce roman n’est pas ce que je croyais. Par rapport à ce que je pensais, c’est même plus petit mais autant vous dire que c’est purement subjectif. D’un point de vue complètement neutre, bien sûr que c’est grave ce qu’il se passe dans ce roman mais moi, je suis trop rassurée pour m’en préoccuper.

Vous voulez savoir de quoi je parle, hein? Eh bien, il faudra courir chez votre libraire pour le savoir.

Nous avons donc un bon roman. En terme de nombre de pages, vous n’êtes pas lésés du tout. Au contraire, K. Bromberg s’est démenée comme un maître pour nous livrer une conclusion digne de ce nom qui réponde à toutes nos interrogations.

On retrouve nos personnages avec un plaisir renouvelé. On les voit dans leur relation de mari et femme. C’est une découverte qui me rend heureuse pour eux! On a l’impression d’avoir vu les années passer avec eux. Leur amour est si naturel!

Nous retrouvons également tous les personnages de la saga ainsi que des bonus. Quel plaisir de voir Quinn avec Hawke! Ils sont tout bonnement adorables. J’ai cependant regretté que Beaux soit absente, j’aurais voulu la voir accompagner Tanner mais quand on y pense, c’est vrai que ça aurait été peut-être trop bisounours.

Et puis, sans qu’on s’y attende, elle nous livre une histoire avec plusieurs rebondissements.

Colton a des démons à affronter mais Rylee aussi. J’ai apprécié de les voir tous les deux à armes égales. Pour une fois, Rylee n’est pas parfaite. Elle n’est pas la plus forte entre les deux.

La culpabilité me mine. Elle me taraude l’esprit en permanence. Me perturbe. J’essaie. J’essaie vraiment. Je lutte contre ce poids qui me maintient la tête sous l’eau, qui me noie dans ce flot d’apathie qui reflue et me rattrape avant que je puisse échapper à son emprise pour remonter à la surface. Je me bats pou remonter et emplir d’air mes poumons en feu, avant de replonger dans ses profondeurs.

L’auteure parvient à traiter de la dépression post-partum avec brio. Je connaissais le baby blues mais je ne savais pas qu’il pouvait se faire à un stade plus grave, même plus dangereux. J’ai franchement eu peur alors même que je connaissais la fin. K. Bromberg retranscrit le ressenti de Rylee comme si on était dans sa tête, révélant encore une fois l’étendue de son talent.

Plus qu’une histoire d’amour, Driven est une histoire de famille. Les liens du sang sont peut-être importants mais les liens du coeur le sont encore plus et nous le constatons par de multiples aspects dans Aced.

– Etre parent, c’est la chose la plus difficile que j’ai eue à faire. Cela m’a amené à douter de ma santé mentale plus souvent que tu peux imaginer.
Il a parlé d’une voix sèche et je sais que la plupart du temps, c’était à cause de moi.
– Et il y a des fois où tu dois te mordre la langue si fort qeu tu ne sais pas si elle sera en un ou en deux morceaux quand tu ouvriras la bouche. C’est épuisant et tu te poses sans cesse des questions sur toi-même, tu te demandes si tu fais ce qu’il faut, dis ce qu’il faut, es comme il faut.
Je le regarde comme s’il était fou et pourtant, la moindre de ses paroles est d’or. Si vraie que je n’ai rien à répondre.

Au final, Aced répond à mes attentes. Je l’ai dévoré comme un petit pain, toujours impatiente de connaître la suite. J’ai adoré retrouver nos héros et leur grande famille. Ca a été un vrai plaisir renouvelé. N’ayez donc pas peur de vous jeter sur ce tome. Il apporte un véritable plus à la saga.

Retrouvez mon avis sur:
– Le premier tome: Driven.
– Le deuxième tome: Fueled.
– Le tome 3: Crashed.
– Le roman de Tanner: Hard beat.

hugo

7 réflexions sur “Trilogie Driven, tome 4: Aced – K. Bromberg

  1. Pingback: Trilogie Driven, tome 3.5: Raced – K. Bromberg | Le Sentier Des Mots

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s