Trilogie Under the ever sky, tome 2: Through the ever night (Ever dark) – Veronica Rossi

rossi

Synopsis:

Aria et Perry se retrouvent enfin, mais leur bonheur est de courte durée. Les tempêtes d’Ether se déchaînent, plus meurtrières que jamais. Il ne resterait qu’un seul endroit vivable sur Terre, le Calme Bleu. Existe-t-il vraiment ? C’est ce qu’Aria et Perry doivent découvrir : Perry pour sauver sa tribu, Aria parce qu’elle est sous la menace d’un horrible chantage. Mais pourront-ils mener cette quête ensemble ? Une Sédentaire et un Sauvage ne sont pas censés se venir en aide, et encore moins s’aimer.

Mon avis:

L’action se déroule au même moment où le premier tome s’était terminé: les retrouvailles d’Aria et de Perry, cette fois racontées du point de vue de Perry et introduites avec ce qu’il a vécu depuis qu’il a vaincu Vale.

Perry est désormais à la tête de son camp et avec cela s’ajoutent de nouvelles responsabilités.
L’aether gronde de plus en plus, les tempêtes deviennent imprévisibles et violentes et c’est sans compter les autres clans qui font face aux mêmes problèmes et qui, désespérés, tentent le tout pour le tout en essayant de vaincre Perry et en attaquant son camp.

Perry fait donc face à l’exode imminent qui se profile à l’horizon, aux attaques incessantes qui viennent de toutes parts sans parler du fait que son autorité n’est pas totalement acceptée par les siens.

Quant à Aria, elle a été rejetée de Reverie et subit le chantage odieux de Hess.

Dans ce contexte, les retrouvailles d’Aria et de Perry sont teintées d’une certaine pression. Aucun des deux n’est libre de faire ce qu’il veut.

L’auteure nous entraîne dans un monde de complots et de faux-semblants sans aucun temps mort. On ne s’ennuie jamais et c’est impossible de perdre le fil.

Avec Aria évolue Roar qui nous dévoile une facette de lui loyale et véritablement attachante. J’ai adoré le voir interagir avec Aria, comme un frère. De l’autre côté, de nouveaux sont introduits dont Brooke. J’ai hâte de lire la nouvelle qui lui est consacrée car je suis curieuse d’apprendre son raisonnement et de découvrir sa vraie personnalité.

Veronica Rossi prend également le temps de développer ses personnages secondaires. Cinder se révèle touchant malgré ses abords méfiants. Liv nous surprend mais son apparition est beaucoup trop brève à notre goût. Sable attise notre curiosité mais c’est surtout Soren qui nous interpelle car l’auteure prend le soin de nous rappeler que rien n’est immuable et qu’il faut toujours prendre le soin d’apprendre à connaître une personne avant de la juger.

Au niveau de l’histoire, je n’ai rien à lui reprocher.

L’intrigue suit un rythme permettant de comprendre ses tenants et aboutissants tout en ne souffrant d’aucune lenteur. Un régal!

Veronica Rossi nous balade sur des montagnes russes au niveau des émotions et pendant tout la fin de ce tome, j’étais choquée, prostrée, en deuil. Je ne peux pas vous dire pourquoi ni pour qui mais l’auteure a cet immense talent qui fait qu’on vit son récit comme si nous en étions les personnages principaux.

Au final, je peux vous dire que je pressens un final grandiose pour Into the still blue, surtout quand on voit comment ce tome se conclut.

Ce deuxième volume tient ses promesses!

Retrouvez mon avis sur:
– le tome 0.5: Roar and Liv.
– Le tome 1: Never sky.

Lecture commune sur ce lien.

Trilogie Under the ever sky, tome 0.5: Roar and Liv – Veronica Rossi

couverture

Synopsis (Sortie VF non prévue):

Before Perry and Aria, there was Roar and Liv.

After a childhood spent wandering the borderlands, Roar finally feels like he has a home with the Tides. His best friend Perry is like a brother to him, and Perry’s sister, Liv, is the love of his life. But Perry and Liv’s unpredictable older brother, Vale, is the Blood Lord of the Tides, and he has never looked kindly on Roar and Liv’s union. Normally, Roar couldn’t care less about Vale’s opinion. But with food running low and conditions worsening every day, Vale’s leadership is more vital—and more brutal—than ever. Desperate to protect his tribe, Vale makes a decision that will shatter the life Roar knew and change the fate of the Tides forever.

Mon avis:

L’action se passe bien avant celle de Never sky.

Ce préquel a pour héros Roar et Liv. Vous ne vous rappelez plus qui c’est? Il s’agit du meilleur ami de Perry et de la sœur de celui-ci, Olivia, dite Liv.

Leur histoire a été mentionnée brièvement dans Never sky mais il n’empêche pas que vous suivez l’évolution de la trame avec un espoir secret, celui que leur fin change.

Ouvrage très court – moins d’une centaine de pages – il se lit très rapidement et la fluidité de l’histoire est telle qu’on ne repasse pas par les mêmes difficultés trouvées au début du tome 1 car ici, nous n’avons plus de termes techniques ou de patois inhérents à un nouveau monde.

Le récit se concentre seulement sur Roar, Liv et sur leur relation interdite.

On apprend également plus de pans du passé de Perry et peu à peu, on comprend ses agissements et ses motivations , que ce soit dans ce tome ou bien dans Never sky.

Never sky dépeignait Roar sous un jour plaisantin et ne prenant rien au sérieux.

Ce One-shot approfondit son caractère et on découvre un Roar amoureux et passionné, prêt à donner sa vie pour sauver celle qu’il aime et fougueux.

De la même façon que l’on s’apitoie sur son sort, on découvre également la profondeur de l’amitié qui le lie à Perry mais surtout son attachement à ce qui est désormais sa patrie.

J’ai aimé comment l’auteure lie intrinsèquement les personnages de telle sorte que cet OS n’est pas seulement l’occasion d’approfondir un pan de passé mais également l’occasion de mettre en place les évènements du futur.

De plus, par l’entremise d’un nouveau personnage, on devine déjà certains retournements de situation qui pourront se révéler des obstacles ou bien une nouvelle alliance et enfin, ça a été un plaisir d’entrer directement dans le coeur du sujet. Même si l’immersion dans le monde de l’Ether a été compliquée par l’utilisation de termes nouveaux et a compliqué ma lecture de Never sky, une fois qu’on est accrochée, on le reste.

Pour finir, les bonus présents dans le recueil ( les premiers chapitres de Through the never night) m’ont énormément mise en appétit et je me languis encore plus d’avoir le tome 2 dans mes mains, la semaine prochaine.

Mon avis sur le 1er tome, Never sky: ici.

Lu dans le cadre d’une LC à deux avec Lulai dont vous pouvez lire sa chronique ici ( lien à venir).