Quadrilogie Les insurgés, tome 3: Domination – Elle Kennedy

couverture

Synopsis:

Malgré sa très magnétique personnalité, Rylan ne semble pas pouvoir séduire Reese. Il adore les challenges mais l’indifférence de Reese n’est pas le seul obstacle à son opération de séduction. S’il veut Reese, il faut qu’il réussisse à passer outre Sloan qui monte la garde fidèlement auprès de la jeune femme.

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour leur confiance.

Dans ce nouvel opus, nous retrouvons Rylan alors qu’il peine à séduire Reese. Mais ce n’est pas tout. Les rebelles ont décidé de passer à l’attaque. Nous avons donc une action riche sur tous les fronts.

Je vous parlais précédemment des défauts qui pouvaient en rebuter certaines: celles qui voudraient une action plus centrée sur la dystopie et moins sur le sexe seront irrémédiablement déçues. En effet, on peut même se demander si Elle Kennedy n’a pas des démons à expurger car elle s’en donne à coeur joie.

Sans vouloir entrer dans les détails de peur de vous spoiler quoi que ce soit – oui, même s’il y a beaucoup de sexe, il y a des choses qui vous surprendront tout de même – sachez que certaines sensibilités seront heurtées. Encore une fois, les insurgés montrent qu’ils vivent avec un code différent de ce qu’on connaît et il peut entrer en conflit avec nos valeurs. A moins de lire ce roman en le prenant au second degré voire plus, ce que je fais, je sens que celles qui n’accrochaient pas avant vont définitivement hurler de désespoir et lancer un beau « what the fuck ».

Heureusement, comme je l’ai déjà dit, je suis de l’autre côté.

C’est peut-être bizarre de dire ça de ce roman mais je me suis éclatée.

J’ai adoré suivre Rylan. J’ai adoré le cheminement de l’action. Certaines scènes étaient très émouvantes et je me suis reconnue dans le questionnement de Reese. Il y a toujours des thématiques qui suscitent notre empathie. Et, de manière fugitive mais très régulière, on sourit. Par exemple, j’ai tout simplement adoré le truc qui fait lever les yeux au ciel à Reese concernant Pike lors de leur réunion de fin.

Maintenant, je vois bien un tome sur Dominik et je réclame toujours un tome sur Pike.

Elle Kennedy, si tu me lis… C’est plus qu’un appel du pied, là.

Conclusion: J’ai encore une fois passé un super moment avec les personnages. J’aime toujours cet univers, je m’en régale et j’en redemande.

Retrouvez mon avis sur:
– le tome 1: Conquête.
– le tome 2: Addiction.

Publicités

Quadrilogie Les insurgés, tome 2: Addiction – Elle Kennedy

couverture

Synopsis:

Vivre une histoire d’amour dans un monde dans lequel on est menacé chaque jour est un véritable challenge. Lennox et Jamie se connaissent depuis l’enfance. Jamie sait que Lennox est un mec bien et attirant mais elle ne veut pas qu’une histoire entre eux gâche la plus belle relation amicale qu’elle ait jamais connue. Pourtant, il suffit d’une seule nuit dans les bras de Lennox pour qu’elle se rende à l’évidence. Il est l’homme de sa vie. Maintenant qu’elle a goûté au vrai plaisir elle est certaine qu’elle ne pourra plus jamais s’en passer.

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour leur confiance.

Nous retrouvons dans ce nouvel opus Lennox et sa meilleure amie, Jamie. Ils viennent de rejoindre le camp de Connor suite à l’incendie de leur base et se sont rapidement acclimatés à leur nouvel environnement.

Le pitch est classique: l’histoire de deux meilleurs amis qui réalisent un jour qu’ils sont destinés l’un à l’autre. Alors comment Elle Kennedy a-t-elle traité ce thème?

Parlons de ce qui a pu faire réagir dans le premier volume: les scènes de sexe.

Rassurez-vous, nous n’avons plus l’impression de lire un porno. Non, même si elles sont plutôt sous-entendues, l’auteure a préféré se concentrer sur ce qu’il se passe dans la tête des personnages. La psychologie est plus travaillée. Maintenant que le contexte est établi, que nous avons accepté que la réalité était dure et que les lois de la morale sont différentes, nous ne sommes plus choqués. Après, comme pour son prédécesseur, on aime ou on n’aime pas.

Ensuite, l’intrigue: les héros sont dans une phase d’attente. Le calme avant la tempête. Les ennemis se réorganisent et même s’il y a encore quelques raids, nous sentons que le répit est de courte durée. Résultat: au niveau des nerfs, c’est bizarre. D’un côté, on a l’impression que rien ne se passe et de l’autre côté, une espèce de fébrilité se fait ressentir. Je n’aurais pas pensé être nerveuse à ce point.

En parallèle, nous faisons toujours la rencontre de nouveaux personnages auxquels nous nous attachons rapidement. Nous sourions toujours. L’ambiance est plutôt bon enfant. On se balade dans ce roman avec un plaisir croissant. Avec Addiction, c’est comme si j’étais en terrain connu alors que je n’ai découvert cet univers que récemment. J’ai déjà mes marques alors que le contexte a des particularités nombreuses; c’est une agréable surprise de le constater.

J’ai pris plaisir à suivre Lennox et Jamie. Bien qu’ils ne soient abordés que brièvement dans Conquête, on rentre dans leur routine avec une facilité déconcertante. Lennox est assez difficile à cerner. Il a une aura de mystère assez dense qui fait qu’à moins d’être dans sa tête, on ne sait pas avec certitude ce qu’il pense. On ne peut pas être sûr de ce qu’il ressent. Au contraire de Jamie qui, elle, est plus accessible. Séparément, ils n’attirent pas notre attention mais ensemble, ils sont magnétiques. L’un ne va pas sans l’autre. Ils se complètent à merveille et on jubile de les voir tâtonner, se chercher et se trouver enfin.

En conclusion, cette suite m’a autant plu que son prédécesseur. J’ai passé un bon moment avec les personnages et j’ai très hâte de découvrir les autres héros en profondeur.

Retrouvez mon avis sur:
– le tome 1: Conquête.

hugo