Saga La famille York, tome 2: Coeur brisé – Victoria Dahl

couverture

Synopsis:

Voilà dix ans qu’Aidan York pleure la disparition de la femme qu’il aime. Ses nombreuses aventures n’ont réussi qu’à atténuer sa douleur, pas à combler le manque. Il mène une existence sans but, jusqu’au jour où un fantôme surgi du passé lui redonne espoir. Lorsque Kate Hamilton reconnaît Aidan, toutes ses certitudes volent en éclat. Elle qui souhaitait recommencer une vie nouvelle, découvre bientôt qu’il est difficile de résister à ses sentiments pour le jeune homme. Mais le terrible secret qui l’enchaîne lui permettra-t-il de retrouver l’amour ?

Mon avis:

Dans la famille York, je vous présente le vil séducteur infâme qui couche sans vergogne avec femme d’autrui, qui a un tableau de chasse plus grand que le calendrier ne compte de jours mais qui, au fond, cache une âme brisée par une fille fière et têtue.

A côté, nous avons Kate Hamilton, menteuse professionnelle qui ressent le besoin de s’inventer un mari fictif parce qu’elle est incapable de gérer ses affaires honnêtement et qui n’a pas assez confiance en elle pour réussir à s’imposer auprès d’autrui. Non contente de ça, faut aussi que Kate – Katie – s’empêtre dans son obstination tout en s’évertuant à s’offusquer que son entourage ne soit pas plus blanc qu’elle. Mince alors!

Vous réunissez les deux.

Alors que lui va rapidement lui ouvrir son cœur et tout ce qui va avec, allant jusqu’à demander l’aide d’un duc pour qu’elle puisse divorcer et l’épouser, elle, s’empêtre dans ses mensonges et dans sa fierté qui masque mal un ego surdimensionné qui fait semblant de se descendre pour que les autres la complimentent et l’idolâtrent comme la déesse qu’elle voudrait être.

Yep. Non, parce que bon, ces deux-là ont vécu leur premier amour ensemble dix ans auparavant et alors que lui a appris de ses erreurs, vous penseriez qu’elle, elle aurait enfin appris qu’en rejetant son bien-aimé, c’était évident qu’il n’allait pas lui courir après pour la sauver des griffes d’un monstre infâme mais noooooon, elle est tellement dans un monde où elle, elle est la victime et les autres, tous des cons arrivistes assoiffés d’argent n’hésitant pas à la monnayer comme une vulgaire poupée de chiffon qu’au final, elle arrive à se retrouver exactement dans la même situation que dix auparavant (sic!)

Coeur brisé, c’est l’histoire d’un amour pratiquement destructeur si on y réfléchit.
Un amour malsain.

Kate est incapable d’être honnête ne serait-ce qu’une seule fois envers son bien-aimé qui est complètement à ses pieds mais alors, quel scandale elle nous fait lorsqu’elle apprend qu’il n’a pas passé ces dix années à la pleurer et à vivre comme un moine!

Je crie à l’hypocrisie! Aux claques!

Ses péchés à elle se vivent au présent alors qu’en ce qui concerne, c’est du passé et révolu.

Eh bien, non. Pour madame, faudrait qu’il n’ait jamais touché d’autre femme alors qu’elle de son côté, hein…

A part ça, Victoria Dahl nous a pondu une histoire emberlificotée de tous les côtés. Je ne comprends absolument pas comment elle pouvait espérer, en nous imposant une telle menteuse comme l’intérêt amoureux d’Aidan, que l’on ne serait pas inévitablement déçues.

Aidan, lorsque vous le découvrez dans Coeur rebelle, vous l’imaginez forcément avec une aventurière qui le fait sortir de sa réserve et de sa carapace. Une casse-cou qui le forcerait à se préoccuper d’autrui et à se dépasser.
Ou au contraire, une ingénue qu’il faut protéger à tout prix. Une fragile dont il serait le gardien jaloux.
Mais alors, jamais au grand jamais, je n’ai imaginé une telle indécise de la vie pour lui. Elle ne sait pas ce qu’elle veut, ni ce qu’elle va faire. Il suffit d’un rien pour qu’elle monte sur ses grands chevaux. Elle abhorre le comportement masculin alors que par certains aspects, elle cherche à le copier… Kate est simplement une n’importe quoi. Bigre, si quelqu’un existe dans la vraie vie et qui y ressemble, elle finira juste sa vie seule à avoir peur de vivre.

Une lecture qui ne laisse pas indifférent donc.

Le point qui relève l’antipathie que je ressens pour Kate?

Pour une fois, oh oui, pour une fois, dans une romance, l’intérêt dramatique n’est pas anodin. Il fait véritablement ressentir une certaines angoisse et sa menace plane tel un aigle noir. C’est dommage qu’il mette tant de temps à se mettre en place et que sa résolution soit si vite conclue.

LC à deux avec Froggy. Son avis à venir.

Retrouvez mon avis sur le premier tome, Coeur rebelle: ici.

couverture

Saga La famille York, tome 1: Coeur rebelle – Victoria Dahl

couverture

Synopsis:

Dans l’Angleterre du XIXe siècle, Marissa York est une jeune fille de bonne famille, qui par son caractère un peu trop rebelle se retrouve compromise, après une embarrassante fin de soirée… Son frère, Aidan, lui trouve un prétendant de secours en la personne de Jude Bertrand qui, séduit par le côté impétueux de la demoiselle, se propose de l’épouser afin de sauver sa réputation. Cette idée n’est cependant pas du goût de l’intéressée, qui estime que Jude n’est pas l’homme idéal… Certes, ce n’est pas un gentleman : sa carrure imposante et ses traits grossiers peuvent effrayer de prime abord. Cependant, les opinions et les sentiments peuvent changer…

Mon avis:

Le livre s’ouvre sur notre héroïne en train de s’ennuyer royalement alors qu’elle est en train de se faire déflorer. Le ton est dit.

Marissa York n’est pas une dame de la haute société comme les autres. Eveillée et extrêmement sensible à son propre épanouissement, au premier abord, vous la jugez superficielle et pourrie gâtée.

Vous avez complètement raison!

Alors qu’elle met la réputation de sa famille en jeu par ses sexcapades, elle est totalement incapable de réaliser le tort qu’elle cause à ses proches et ses caprices vous énervent prodigieusement.

Heureusement, elle a deux frères pour veiller au grain et compenser la superficialité encore plus grande de sa mère qui, à l’instar de Madame Bennett, souhaite plutôt voir sa fille épouser un con riche qu’un gentil pauvre.

Et puis, Jude entre en scène.

Autant vous le dire tout de suite, Jude est laid. Ah ah! Pour une fois qu’un livre ne met pas en scène un homme « beau comme un dieu »!

Décrit comme possédant une carrure de bucheron et une bouche trop large, il n’attire pas l’oeil.

Pourtant, lorsqu’il ouvre la bouche, il a une telle confiance en lui que ses simples paroles vous laissent pantelante.

Oh oui!

Il n’hésite pas à remettre Marissa à sa place en lui disant ses quatre vérités, se montre très observateur même s’il cache bien son jeu dans cette société où tous les coups sont permis mais surtout, il dégage un charisme impressionnant.

Comme Jude le souligne, Marissa aime les beaux garçons mais toute femme qui se respecte apprécie les hommes, les vrais!

A partir de là, un véritable jeu de séduction se met en place entre nos deux héros.

Des scènes très sensuelles s’intercalent de moments à autres et alors que d’habitude, je ne les lis pas (« Outrage! Sacrilège! » me diront certaines. Oui mais que voulez-vous, trois années à lire des rated MA m’ont rendue très difficile!) eh bien, l’auteure a su, je ne sais comment, à rendre ces scènes captivantes. C’est le mot. Le charme de Jude et son magnétisme vous rendent incapable de décrocher ne serait-ce que le temps d’une demi-page.

Très vite, on se rend compte de l’évolution de Marissa. Elle gagne en maturité et apprend à voir au-delà des apparences mais surtout, elle s’assagit et se révèle hilarante.

La scène du fou rire de Jude m’a fait me rouler par-terre tellement j’étais pliée de rire. Victoria Dahl a le chic pour transformer une situation dramatique en situation comique lorsqu’on la regarde d’un oeil extérieur.

J’ai également apprécié les personnages secondaires dont un qui, comme je le pressentais, se trouve être le héros de la suite, Cœur brisé. Celui-ci m’a beaucoup plue et pourtant, en grand frère qu’il est, Marissa le présente comme un impulsif prêt à tuer pour défendre l’honneur de sa sœur. (C’est trognon, vous ne trouvez pas?)

L’intrigue, prévisible, m’a néanmoins fait passer un excellent moment tant l’auteure écrit avec réalisme et un sens du tragi-comique. J’ai souvent tendance à trouver les romances miladiennes « faciles » mais preuve est que même en connaissant la fin, il n’en reste pas moins que vous entrez bien dans l’histoire.

Pour une fois, je n’ai pas tenu la dent longtemps contre l’héroïne, youpi!

LC à deux avec Froggy. Son avis ici.