Saga The Royals, tome 3: Twisted palace (La prison dorée) – Erin Watt

couverture

Synopsis:

Reed Royal a un tempérament de feu et des poings encore plus rapides. Mais sa manie de répondre à chaque obstacle avec la violence s’est finalement retournée contre lui. S’il veut sauver celle qu’il aime et lui-même, il aura besoin de s’éloigner de son passé torturé et de sa réputation en lambeaux.
Personne ne pense qu’Ella survivra à la famille Royal. Tout le monde est persuadé que Reed les détruira.
Ils ont peut-être raison.
Tout le monde conspire pour les éloigner l’un de l’autre, mais Ella et Reed doivent trouver le moyen de surmonter la loi, sauver leurs familles, et dévoiler tous les secrets de leur prison dorée.

Mon avis:

Incapable d’attendre après le terrible cliffhanger de Broken Prince, j’ai enchainé directement avec ce tome et pfffiouu, quelle course!

Nous retrouvons Ella et Reed directement là où nous les avons quittés. Tout se précipite.

Le temps de quelques chapitres. Ensuite, c’est le calme avant la tempête.

Et là. Catastrophe. Ella m’a énervée. Je l’ai trouvée immature, égoïste et…. Différente par rapport à qui elle était avant. Peut-être que cela est dû à l’exercice des quatre mains mais j’ai été un peu déçue vis-à-vis d’elle. Après, je peux comprendre certaines choses. Qu’elle soit rongée par la peur et les doutes. Qu’elle soit en train de réfléchir à mille choses en même temps mais Twisted palace est sûrement le tome où sa passion est un défaut à mes yeux. J’ai eu l’impression qu’elle était empêtrée dans l’immobilisme et ça m’a agacée.

L’autre bémol réside dans le coeur de l’histoire qui n’avance pas beaucoup pendant un peu plus de cent pages et qui résulte dans le fait que nous sommes stressés et dans l’attente pour pas grand chose au final. C’est comme lire un thriller, être dans l’expectative et bondir à nouveau sur la fin. On a l’impression que la fin est précipitée alors que le rythme de l’action nous a quelque peu endormis. Bizarre, hein? Tout ça pour dire que le rythme de l’intrigue est ici inégal.

Cependant, je suis restée captive. Malgré ces défauts, purée, j’ai pris énormément de plaisir à suivre les mésaventures d’Ella et Reed. Comme je vous le disais précédemment, c’est un vrai soap-opéra qui se joue devant nous mais j’adore!

Pour atténuer le côté dramatique du récit, on se régale avec la romance qui se noue entre Val et Wade. Ils m’ont bien amusée et bonus, les tomes consacrés à Easton sont amorcés ici. Je suis très curieuse de faire la connaissance de la fille qui fait craquer East. En plus, nous en voyons plus de Gideon, ce qui n’est pas pour me déplaire. J’ai bien envie de me jeter sur sa novella.

L’intrigue m’a gardée prisonnière mais alors, j’ai adoré! Cela faisait longtemps que je n’avais pas dévoré de saga d’un coup, comme ça! Je suis restée baba concernant LE retournement de situation et LA révélation ultime. J’avais des théories dont une qui se dessinait très clairement mais alors, j’ai été surprise! C’est trop fort!

Tout ça pour dire que Twisted palace tient ses promesses en dépit de quelques temps morts dont on profite pour préparer son coeur à battre de plus belle. Je suis ravie!

Après ça, je vais attendre un peu avant de dévorer les aventures d’Easton. Ben oui, il faut bien que je m’en laisse encore à découvrir!

Dans la saga, retrouvez mon avis sur:
– le premier tome: Paper princess.
– le tome 2: Broken prince.

Publicités

Saga The Royals, tome 2: Broken prince – Erin Watt

couverture

Synopsis:

Reed Royal a tout. Il est beau, riche et possède une position sociale enviée de tous. Dans son école où ne sont admises que les familles de l’élite locale, les filles lui courent après et les garçons rêvent d’être comme lui.
Et, pourtant, personne ne l’intéresse en dehors de sa famille. Mais ça, c’était avant l’arrivée d’Ella.
Ce qui avait mal commencé à l’arrivée de la jeune protégée de son père se transforme en quelque chose de radicalement différent. Un besoin de l’avoir près de lui, de la protéger.
Or, à cause d’une erreur idiote, Ella va s’éloigner. Le chaos s’installe chez les Royal et le monde de Reed s’effondre. Ella ne veut plus avoir affaire avec lui. Elle pense qu’ils ne font que s’autodétruire. Et si elle avait raison ? Secrets, trahisons, ennemis. Des situations jusque-là inconnues pour Reed. S’il veut récupérer sa princesse, Reed va devoir lui prouver qu’il est un type bien.

Mon avis:

S’il y a une chose à retenir d’ Elle Kennedy et de Jen Frederick, c’est qu’elles savent comment jouer avec nos nerfs.

L’action démarre immédiatement là où Princess Paper s’est arrêté. La nouveauté introduite ici, c’est le fait que le récit est raconté du point de vue de Reed, ce qui nous permet de le comprendre, de saisir ce qui lui passe par la tête et de l’apprécier encore plus.

En plus de la trame narrative à laquelle on s’attend – la fille revient au bercail, le mec doit se faire pardonner – des nouveaux personnages sont introduits et d’autres sont développés. Idem pour les thèmes dont je regrettais précédemment qu’ils soient abordés de façon superficielle. En somme, il y a une escalade. L’intrigue et les personnages gagnent en complexité et le résultat m’a tenue captive.

Parlons du cas de Daniel. A travers lui et la clique d’Astor Park, les auteures dépeignent une société blasée. L’argent y coule à flots alors ils ne savent pas ce que c’est que d’assumer leurs responsabilités. On réalise que l’argent peut être un vecteur de malheur si dans le process, on en oublie les valeurs qui font de nous des êtres humains. C’est instructif de voir combien il est facile d’oublier la réalité, de s’en éloigner pour créer ses propres mirages.

You’ve got a conscience, man. But with all this shit… with Daniel still walking around the halls like he didn’t try to rape Ella… well, silence is kind of considered approval.

C’est aussi par lui que les auteures font passer un message fort et actuel: les femmes victimes de harcèlement voire de viol doivent agir et se manifester afin d’éviter que de tels actes soient reproduits. Il n’y a pas de honte à ressentir. J’ai été révoltée qu’Ella puisse ressentir cela alors qu’elle n’a rien à se reprocher. Mais ce n’est pas fini. Il y a un autre message qui se dégage: c’est que l’omerta est un fléau. Ce n’est pas qu’aux victimes d’agir. C’est l’affaire de tous. On l’oublie trop.

Ensuite, parlons de Brooke, ce personnage qu’on adore détester. Elevée dans ce qu’on peut supposer des conditions semblables à celles d’Ella, elle illustre comment Ella aurait pu tourner. Alors, on peut la haïr mais elle nous fait tout de même réfléchir sur l’influence de l’environnement et des personnes sur notre devenir.

Puis, l’histoire: On peut parler de véritable soap-opéra au vu de tout ce qu’il se passe mais alors, wouah. On n’en décolle pas! J’ai passé une bonne partie de Broken Prince à ressentir la colère d’Ella à l’encontre de Reed. Cela ne m’était plus arrivé avec une telle intensité depuis Beautiful disaster de Jamie McGuire.

Enfin, encore une fois, nous restons sur un cliffhanger impossible à supporter. Je n’aurais jamais pu deviner les retournements de situation de cette fin de volume. C’est encore plus incroyable!

Alors, pour celles qui veulent des éléments de réponses sans trop en savoir, comme pour le premier tome, je vous donne quelques mots qui spoilent sans spoiler: Liaisons. Malentendu. Soupçons. Procès. Apparences. Colère.

Dans le même registre, retrouvez mon avis sur:
Beautiful disaster de Jamie McGuire.