Saga Clash, tome 4: Salvaged (Passion irrésistible) – Jay Crownover

couverture

Synopsis (Traduction par moi. Sortie française prévue):

Hudson Wheeler est un gars bien. Tout le monde s’accorde à le dire, même sa fiancée qui l’a quitté au pied de l’autel alors qu’elle est enceinte. Il en a marre de toujours finir dernier mais quand il rencontre Poppy Cruz, il est incapable de détourner ses yeux. Il voit sa douleur et tout ce qu’il veut faire, c’est prendre soin d’elle et la faire sourire, peu importe ce que ça lui coûte.
Après avoir vécu une vie à être blessée par des hommes qui devaient la protéger, Poppy est déterminée à se protéger de tous. Le sourire de Wheeler et ses mains calleuses à force de restaurer des voitures classiques ne devraient pas lui plaire mais à chaque fois qu’elle est avec lui, elle veut se rapprocher de lui.

Mon avis:

Depuis le temps que nous les avons rencontrés, j’avais très hâte de voir Poppy être enfin heureuse alors je n’ai pas tardé pour découvrir ce tome. L’action nous est racontée alternativement par Poppy et Wheeler.
Cela fait maintenant un moment que Poppy tente difficilement de se reconstruire. Elle bénéficie du soutien de sa famille et de ses amis mais elle reste apeurée par la simple présence des hommes.
C’est pour cela que lorsqu’elle rencontre Wheeler, dans le tome précédent, rien ne laisse présager une romance entre eux deux, d’autant plus que lui est dans une relation de longue date avec la sœur de Dixie.

That’s why a lot of women stay in failing relashionships, even ones that are dangereous and unhealthy. It’s all they know and they don’t know how to walk away. They’re scared to be alone, scared no one will understand what they’ve been through and won’t try to understand why they couldn’t leave. They feel like damaged goods, like they’ve somehow brought everything bad that’s happening to them upon themeselves.

Par l’intermédiaire de Poppy et de sa mère, Jay Crownover délivre un message fort. Elle nous rappelle que même si on croit en être incapable, on peut toujours reprendre sa vie en mains. Quelquefois, il faut se défendre pour avoir la vie qu’on mérite et savoir accepter de l’aide. Elle nous rappelle également qu’il y a encore trop de femmes qui meurent aux mains de leur compagnon. C’est un hymne à l’amour et à la vie.

Wheeler est un mec bien. Sous ses dehors tatoués et de garagiste, se cache un cœur d’or qui n’aspire qu’à une chose : avoir son propre clan.
Peu bavard, il ne dégage pas la même aura magnétique que Rome ou Church mais une fois qu’il parle, on est obligé de fondre pour lui ! Il a ce truc imparable auquel on ne résiste pas. Wheeler, c’est vraiment une perle qu’il faut chérir parce qu’une fois qu’il vous donne son cœur, c’est lui tout entier que vous avez et pour la vie.

C’est presque logique que lui et Poppy se trouvent finalement. On pourrait croire que c’est parce que Poppy a besoin de protection et à cause du rôle naturel de Wheeler. Or, ce n’est pas du tout ça. Salvaged, c’est une histoire de guérison réciproque. Wheeler souffre autant que Poppy même si ce n’est pas de la même manière alors le réconfort apporté par l’un et l’autre est mutuel. Le résultat est d’autant plus beau et pur. Une bulle de douceur au milieu de l’obscurité qui entoure les héros.

Home is about knowing you are in the right place with the right people.

Car, en parallèle de la romance, la vie continue autour de nos héros, avec ses hauts et ses bas.

Wheeler doit apprendre à gérer le nouveau tournant de sa vie tandis que Poppy doit pleinement se libérer de son passé.

Alors, on tremble pour eux, on a peur et on craint à tout instant que quelque chose n’arrive.

Heureusement, l’auteure sait compenser en nous offrant des instants de sourires et de grâce notamment avec Happy. Si vous avez regardé Sept à la maison, alors comme moi, vous pensez à la même référence. Sinon, sachez juste que vous craquerez, c’est tout.

Les derniers chapitres et épilogues de Salvaged ont cette note finale qui vous arrachera des larmes d’émotion. Nous retrouvons tous les personnages qui ont marqué cette saga et les Marked men. C’est riche en amour, en nostalgie, en bonheur… Quelle belle façon de dire au-revoir!

En conclusion, Salvaged est comme ses prédecesseurs : une réussite qui vous frappera en plein cœur.

Retrouvez mon avis sur:
– la novella: Leveled.
– le premier tome: Passion brûlante (Built).
– le tome 2: Charged.
– le tome 3: Riveted (Passion dévorante).

Publicités

Saga Clash, tome 3: Riveted (Passion dévorante) – Jay Crownover

couverture

Synopsis:

La façon dont elle le regarde, le rouge sur ses joues quand ils se croisent… Church n’a aucun doute sur l’attirance que Dixie éprouve pour lui. Avec n’importe quelle autre femme, il en aurait profité depuis longtemps. Mais Dixie Carmichael est la jeune femme la plus lumineuse et bienveillante qu’il ait jamais rencontrée, aussi s’est-il juré de ne pas lui faire de mal. Voilà pourquoi il l’a toujours maintenue à distance. Seulement aujourd’hui Dixie est la seule à pouvoir les aider, lui et sa famille. Alors si pour cela il doit la manipuler, tant pis…

Mon avis:

Je remercie Harlequin France pour sa confiance.

J’avais tellement adoré l’histoire d’Avett et de Quaid que j’avais besoin de temps avant de replonger dans cette saga. C’est donc sans a priori que j’ai découvert l’histore de Dixie et de Church.

Par bien des aspects, Church m’a fait penser à Rome. Vétéran de l’armée lui aussi, c’est un taciturne qui a été traumatisé par la mort et ce n’est même pas à cause de son ancien métier. Pour cette raison, il s’interdit de s’attacher à des personnes, de peur de les perdre.

Dixie ressemble pas mal à Cora. Elle est pleine de vie et quand elle est dans une pièce, les regards convergent immédiatement vers elle. C’est la force tranquille personnifiée.

On peut avoir peur d’une redite, de ce fait mais ce n’est pas le cas, je vous rassure.

Commençons par le bémol.

Sans exagérer une seule seconde, Church passe au moins la moitié du roman à se morfondre dans le malheur qui l’a frappé. J’aime bien le personnage, hein, mais il m’a agacée. Il se complaisait dans sa tristesse et à un moment, j’ai trouvé que l’histoire tournait en rond. C’est le gros défaut qui m’empêche d’avoir un coup de coeur pour ce tome.

L’autre chose qui parasite ce tome, par rapport à Church et Dixie, hein, mais c’est positif en fait pour la saga, c’est la présence de Wheeler qui parvient, dès qu’il est mentionné ou présent dans une scène, à éclipser tout le monde. Ce mec, c’est le magnétisme incarné. Du coup, je peux dire que je n’attendrai pas aussi longtemps avant de replonger dans la suite des aventures des Saints Of Denver. Ce n’est pas de la faute à Church pour le coup mais Wheeler attire mon regard.

Passons aux points positifs: même si Church m’a agacée par moments, j’ai adoré tout de même être dans sa tête et en apprendre plus sur lui. C’est là qu’on voit la différence avec Rome car ils ne sont pas torturés pour les mêmes raisons. De la même manière, il m’a charmée par la manière dont il voit Dixie. Il devient alors un vrai poète et son lyrisme est éloquent. Comment ne pas craquer?

L’intrigue démarre avec un pitch digne des films hollywoodiens comme elle le fait remarquer en pinçant Church mais on se prend au jeu. C’est un plaisir de voir ces deux personnages s’apprivoiser. Jay Crownover parvient à nous faire adhérer à l’inéluctibilité de la romance et ce, grâce à Dixie. Sa bonne humeur est contagieuse. On sourit.

Ainsi, les pages se tournent toutes seules, comme toujours quand il s’agit de cette auteure.

Ce ne sera pas mon tome préféré de la saga mais il m’a permis de me mettre en appétit pour la suite et j’ai passé un bon moment avec les héros.

Retrouvez mon avis sur:
– la novella: Leveled.
– le premier tome: Passion brûlante (Built).
– le tome 2: Charged.

Dans la même veine et de la même auteure, vous pouvez lire mon avis sur Rome.