Trilogie Sweet, tome 3: Sweet reckoning – Wendy Higgins

couverture

Synopsis (traduction du résumé par moi. Sortie française non prévue):

Personne ne sait quand ni où les Ducs frapperont mais Anna et ses alliés Nephilim feront tout ce qui est en leur pouvoir pour débarrasser la Terre des démons et de leurs traditions oppressantes. Les enjeux sont plus élevés que jamais et Anna est déterminée à ce que l’amour qu’elle porte à ses proches soit une force et non une faiblesse. Alors que les Ducs envoient Kaidan Rowe pour travailler contre elle, Anna doit décider de ce qu’elle est prête à risquer.

Mon avis:

Sweet Peril m’avait laissée dans un état fébrile, Sweet Reckoning m’a fait passer par toutes les émotions!

Wendy Higgins nous fait entrer directement dans l’œil du cyclone. La guerre est proche et on le sent! Nervosité, désespoir, angoisse.. Vous avez l’impression d’être vous-mêmes sur le pied de guerre. C’est une atmosphère oppressante que nous décrit l’auteure. Cependant, sans que je ne sache comment, elle parvient à glisser des moments simples, des flashes mais dont l’intensité émotionnelle nous bouleverse forcément.

Alors que j’ai vu Anna évoluer entre le premier et le deuxième tome, ici, l’accent est mis sur d’autres personnages, en l’occurrence Jay et Ginger.

Wendy Higgins a eu une excellente idée de les mettre en avant dans le sens où cela fait gagner de la complexité à l’histoire, déjà bien construite à la base et de la profondeur à ces personnages. Soudainement, ils se retrouvent propulsés au même rang que les personnages principaux.

Il faut dire que Jay était bien en retrait dans les tomes précédents et ne servait à mes yeux que de faire-valoir. Idem pour les jumelles qui gagnent donc avec Jay leur propre trame dramatique.

Je me suis donc énormément attachée à toute cette bande et leur sort m’a interpellée.

Côté histoire, depuis Sweet Peril, tous les ressorts de la guerre nous sont connus et pourtant, l’auteure a réussi à me surprendre et à me faire m’exclamer à de nombreuses reprises. Cela allait de « Non! Je n’y crois pas! » à « Elle a osé! » en passant par « Wouah! Trop fort! » Une vraie montagne russe d’émotions!

Ce que je reproche souvent à ce genre d’histoires, sans en vouloir aux auteurs pour autant car je m’attache à leurs personnages donc je veux une bonne fin pour eux, c’est que tout est facile. A l’instar de Twilight où le conflit se règle avec de la parlotte et de la guimauve. Or, avec la saga Sweet, ce n’est pas le cas. L’auteure nous montrait déjà à la fin de Sweet peril qu’une guerre fait des victimes et là, elle conforte ce fait. Même si certaines fois, on le regrette, au final, elle parvient à nous faire accepter la réalité. C’est comme ça et pas autrement.

Au final, l’action et les personnages m’ont totalement happée. J’ai adoré comment Wendy Higgins imbrique les évènements.

Et le mot de la fin avec l’épilogue: magnifique!

J’ai compris pourquoi la trilogie s’appelle Sweet et j’approuve!

Coup de coeur total pour cette superbe trilogie!

Retrouvez mon avis sur:
– Le tome 1: Sweet evil.
– Le tome 2: Sweet peril.

Publicités

Trilogie Sweet, tome 2: Sweet peril – Wendy Higgins

couverture

Synopsis (traduction du résumé par moi. Sortie française non prévue):

Hantée par des démons chuchoteurs, Anna doit faire tout ce qu’il faut pour survivre même si ça veut dire accepter son côté sombre et avoir une réputation de fêtarde invétérée au lycée. Quand un ancien message inattendu des anges fait surface, Anna se retrouve à voyager autour du globe avec Kopano, le fils du Duc de la Colère dans l’espoir de rassembler le soutien de Nephilim qui pourraient se rallier à sa cause. Anna et Kaidan doivent mettre de côté leurs problèmes et faire face à la seule question qui compte: est-ce qu’aimer quelqu’un vaut la peine de risquer votre vie?

Mon avis:

Ce deuxième tome s’ouvre fort,très fort. Nous assistons directement à une scène riche en émotions et intense et qui présente la caractéristique de se passer à une époque lointaine qui rappelle celle de l’Antiquité.

Moi qui avais peur d’être perdue, d’avoir besoin de relire Sweet evil, cette scène m’a remise dans le bain!

Et une fois entrée dedans, on n’en sort plus. Nous suivons Anna alors qu’elle a accepté sa nature et que sa vie a radicalement changé. Auparavant bonne élève, elle a désormais une réputation de grande fêtarde et gagné une popularité auprès des autres élèves de son lycée.

Mais sous ses dehors de délurée…

Cela fait des mois que Kaidan est parti et que tous deux n’ont plus de contact. Grâce à la scène introductive de ce tome, on comprend véritablement les risques que tous deux encourent.

L’auteure nous livre une histoire pleine d’actions en parallèle qui nous fait découvrir le monde des Nephilim par l’intermédiaire de nouveaux personnages auxquels on s’attache immédiatement. J’ai notamment trouvé intéressant comment Wendy Higgins arrive à mêler la mythologie à ce qui peut se passer dans la réalité, comment elle réussit à donner des explications surnaturelles à des choses qui sont d’actualité. C’est à la fois épatant et ça donne des frissons.

En nous emmenant dans différents endroits du monde et en nous projetant dans des cultures éloignées de la nôtre, l’enjeu de l’intrigue gagne en ampleur et en gravité.

Sweet peril porte vraiment bien son nom.

Au niveau des personnages, Anna a bien changé depuis le premier tome. Elle est devenue plus mature, plus responsable mais elle a gardé son côté « gentille fille » qui fait que cela entraîne des scènes cocasses. (La scène du « Eff you » est imparable!)

J’ai notamment apprécié le développement de certains personnages comme Kopano ou Blake. Ce sont des personnages secondaires mais j’ai trouvé qu’ils éclipsaient quelquefois le couple héros de l’histoire.

Bien sûr Kaidan est toujours incroyablement noble et torturé mais il dévoile une part vulnérable de lui qui fait augmenter exponentiellement son charme. On tombe amoureuse de lui si ce n’est pas déjà fait.

Blake, quant à lui, sous ses dehors de clown de service, c’est le grand frère qu’on aimerait avoir. Il est protecteur et loyal. Il peut vous emmener en boite de nuit jusqu’à pas d’heure tout en veillant à ce que rien de mal ne vous arrive.

Mais les personnages féminins ne sont pas en reste. J’ai redécouvert Ginger.
C’est rigolo car en parlant de Blake et de Ginger, je pense à Emmett et Rosalie de Twilight.

Quant au tome en lui-même, il n’y a aucun temps mort. L’histoire est tellement prenante que c’est dur de lâcher le livre. Les rebondissements s’enchaînent les uns après les autres jusqu’à la fin où l’auteure nous fait encore plus prendre conscience de la menace des démons en osant nous choquer!

Et à ce moment-là: ça va trop vite! Tellement vite que lorsque la fin arrive, ô frustration! Mais pourquoi? Pourquoi elle a choisi de couper à ce moment-là???

Mais il y a un point positif, haha!

Sweet reckoning sort au printemps! Pile poil pour mon anniversaire!

Retrouvez mon avis sur:
– Le tome 1: Sweet evil.