Saga Les éphémères, tome 2: Phobos² – Victor Dixen

Couverture

Synopsis:

Reprise de la chaîne Genesis dans 3 secondes… 2 secondes… 1 seconde…
ILS CROYAIENT MAITRISER LEUR DESTIN.
Ils sont les douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées. En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.
ELLE CROYAIT MAITRISER SES SENTIMENTS. Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger. En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé. MÊME SI LES SOUVENIRS TOURNENT AU SUPPLICE, IL EST TROP TARD POUR OUBLIER.

Mon avis:

J’ai attendu cette suite avec impatience alors je n’ai pas tardé pour retrouver Leo et ses amis alors qu’ils font face à une décision vitale.

Avec le recul, je me rends compte que le verdict serait celui qui a été rendu mais sur le moment, quelle horreur que ce cliffhanger!

Ainsi, ma chronique va contenir un spoiler concernant cette décision car je ne peux pas parler de l’intrigue sans que vous vous doutiez de ce qui va suivre mais Leo et les autres vont bien atterrir sur Mars. L’action les suit donc alors qu’ils s’acclimatent à la vie martienne qui n’est pas de tout repos. Décidant d’enquêter pour savoir comment survivre à ce qui a décimé les animaux, ils concluent un pacte avec Serena.

Concernant Serena, j’ai un regret. J’ai passé tout le livre à me demander si elle est vraiment uniquement motivée par l’appât du gain ou si elle a des raisons cachées. Dans les deux cas, je trouve dommage que ses actions soient si dénuées d’ambigüité. J’aurais aimé que les personnages ne soient pas si « simples » à appréhender.

L’action, par contre, m’a tenue en haleine. Malgré la facilité avec laquelle les couples formés semblent heureux, j’ai été convaincue. Tout n’est pas rose, loin de là mais il y a un véritable enjeu derrière les romances et c’est celui-là qui m’a captivée. J’ai apprécié le développement concernant certains personnages secondaires et comment l’auteur montre l’impact que peut avoir une émission de télé-réalité sur le monde, surtout quand elle est d’envergure mondiale et a pour héros des personnes lambda. J’ai été révoltée et j’ai levé les yeux au ciel parce que malheureusement, cela pourrait tellement arriver que c’en est navrant. Victor Dixen met le doigt sur cet aspect, il ne juge pas, nous laissant le soin de tirer nos conclusions.

En se déroulant simultanément sur Mars et sur Terre, l’intrigue nous dévoile de nouveaux éléments concernant le passé ou le présent de certains personnages. A l’instar de Leo, d’autres candidats ont un passé peu reluisant. Sur le coup, cela m’a donc fait me demander s’il n’y avait pas une cause inconnue au recrutement des candidats en général.

Enfin, comme pour le premier tome, le final de ce tome m’a sciée. Je n’ai pas vu venir le rebondissement et Victor Dixen me laisse désespérée. L’attente va encore une fois être très longue!

Retrouvez mon avis sur:
– le tome 1: Phobos.

Publicités

Saga Les éphémères, tome 1: Phobos – Victor Dixen

Couverture

Synopsis:

Dans un futur proche. Le fonds d’investissement privé Atlas a racheté la Nasa avec l’intention affichée de relancer la conquête spatiale grâce au programme de téléréalité le plus ambitieux de tous les temps : le programme Genesis.

Six filles et six garçons âgés de 17 à 20 ans ont ainsi été sélectionnés pour établir la première colonie humaine sur Mars. Ils sont en pleine santé,assoiffés d’aventures,parfaitement entraînés pour la mission qui les attend. Ils effectueront en aller simple les six mois de voyage à destination de Phobos, la lune de Mars. Avec un objectif : trouver le partenaire avec qui enfanter, sous l’oeil inquisiteur des caméras qui filment le vaisseau 24 heures sur 24.

Ainsi commence un show d’une ampleur jamais vue. Six prétendantes. Six prétendants. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer.

Mon avis:

Ce premier volume part d’un synopsis original. Imaginez une société où la NASA a été privatisée. Pour rentabiliser ses travaux, ses actionnaires décident de créer une émission de téléréalité. Dans celle-ci, des jeunes du monde entier, deux équipes formées de six garçons et de six filles âgés de 18 à 20 ans suivent une formation en accéléré. Ensuite, ils sont envoyés dans l’espace, destination Phobos, la lune de Mars où ils se marieront avec un membre de l’autre équipage qu’ils apprendront à connaître pendant le voyage.

C’est là qu’on faut la rencontre de Léonor, dite Léo.

Comme tous ses compagnons de voyage, elle n’a plus aucune attache. Ses parents l’ont abanonnée quand elle était enfant et elle a donc grandi dans un foyer.

Son rêve est de se faire une vie différente de la vie pourrie qu’elle a eue jusqu’ici.

Douée d’un énorme talent pour le dessin et d’une mémoire hors normes, son départ est troublé par l’irruption d’un homme qui cherche à lui faire passer un message. C’est là que vous tiltez que quelque chose cloche et pour cause, en continuant dans votre lecture, vous apprenez certaines choses qui vous scotchent.

Le récit nous captive; il ne nous laisse aucune chance de décrocher. On est happé. Raconté à la troisième personne, ce récit nous rend témoin. On peut s’identifier aux héros autant qu’on veut, au bout du compte, on sait qu’on ne peut rien faire à part râler sur les personnages. On est aussi impuissant qu’eux.

Léo surtout nous donne de quoi tempêter. Elle a un tempérament assez colérique qui nous prend de court car elle est loin d’être parfaite. En même temps, sans s’identifier à elle, cela la rapproche de nous. On comprend ses réactions et elle ne nous laisse pas indifférente.

Aimer, ça ne veut pas dire tout accepter de l’autre sans question ni remise en cause. […] Aimer c’est se battre pour ce que l’on croit être le meilleur pour l’autre même si l’autre ne le sait pas. L’amour que je t’offre est une bataille. Celui de Mozart, c’est une capitulation.

Pour les autres personnages, j’ai beaucoup aimé Mozart.

Il a un côté touchant vite éclipsé par le magnétisme de Marcus.

Le personnage de Liz révèle une facette sombre qui reflète bien comment une émission de téléréalité peut être tordue.

Enfin, parlons de l’histoire et particulièrement de la fin de ce premier volume: j’avais déjà lu qu’elle laissait sur sa faim. Je ne savais pas à quel point. Ma réaction a été: « Quoi??? Comme ça? Ca finit comme ça??? »

On en veut forcément plus avec une scène de conclusion pareille! Et dire qu’il va falloir encore patienter!

Comme vous l’aurez compris, Phobos est un premier tome prometteur qui nous plonge dans un contexte original et qui plaira à tous. Après ça, vous vous surprendrez à chanter Cosmic love!

twitter