Quadrilogie Sinners of Saint, tome 4: Bane – L.J. Shen

couverture

Synopsis (traduction du résumé par moi. Sortie française en septembre 2018):

Un surfeur. Une tête brûlée. Un arnaqueur, un menteur, un voleur. La dernière fois que j’en ai entendu parler, il volait les riches et baisait leurs femmes pour vivre. C’est pour cela que je suis plus que surprise quand je le trouve sur mon perron, quémandant mon amitié, mes services mais le plus étonnant de tous, avec un air avenant. Le truc, c’est que je suis en boycott. Littéralement. J’ai viré les garçons de ma vie. Pour toujours. Mais Bane n’est pas un garçon, c’est un homme et je tombe, je m’écrase, je me noie dans ses parfaits mensonges.

Mon avis:

L’histoire de Bane se passe sept ans après celle d’Edie. Je le mentionne car souvent, en lisant les séries, il m’arrive d’avoir l’impression que tous les personnages d’une bande trouvent l’amour presque en même temps, à la queue leu leu et de là, il en résulte un air d’irréel. Donc, que cette histoire se passe loin dans le temps par rapport aux héros que nous connaissons déjà et qu’elle n’ait rien à voir avec eux est une excellente chose pour moi.

Ensuite, le pitch de départ, le contexte de Jesse est sombre, très sombre. Complètement dans une autre veine que celle de Milie ou de Rosie. C’est un monde totalement à part que L.J. Shen nous fait découvrir ici, si bien que j’avais des appréhensions sur comment j’allais être embarquée. A l’instar de Jesse, c’est un tout un processus d’apprivoisement qui se joue. Parlons de Bane.

Il a maintenant vingt-cinq ans et c’est un homme d’affaires redouté. Pressenti par tous pour être le nouveau Vicious de la ville, il cache derrière son air avenant une grande blessure familiale. C’est celle-là qui fait qu’il est le seul à comprendre le comportement de Jesse. A son contact, il devient prévenant, attentionné mais il garde son côté badass pour mieux l’aider à se protéger et à se défendre.
Bane m’a vraiment charmée car malgré son côté n peu voyou, il grade une morale même si on ne la voit pas d’emblée. En fait, Bane ne le réalise pas mais il est plutôt fragile et c’est irrésistible.

Jesse a tout pour être détruite mais elle a une grande résilience que j’admire. J’ai adonc adoré la voir reprendre goût à la vie grâce à Bane puis agir pour aider les autres et pour elle-même. C’est comme voir un chiot apprendre à aboyer.

Dans un autre temps, j’ai été complètement sous le charme de la romance.

C’est là que je vois le plus le talent de L.J. Shen: elle nous livre des personnages complexes à qui la vie n’a pas fait de cadeau et elle les magnifie.

L’histoire est sombre mais elle comporte une lueur spéciale qui fait qu’on a une niaque quand on la lit. C’est un récit qui nous fait grandir avec les héros et qui nous fait croire aux contes de fée.

Au final, Bane m’a fait passer un excellent moment. Je l’ai adoré autant que ses prédécesseurs et il signe ici une nouvelle maturité que j’aime encore plus. Il conclut à merveille cette première quadrilogie tout en ouvrant la voie à la saga spinoff que j’ai très hâte de découvrir. Une réussite!

Retrouvez mon avis sur:
– le tome 1: Vicious.
– le tome 0.5: Defy.
– le tome 2: Ruckus (Devious).
– le tome 3: Scandalous.

Publicités

Quadrilogie Sinners of Saint, tome 3: Scandalous – L.J. Shen

couverture

Synopsis (traduction du résumé par moi. Sortie française en septembre 2018):

On ne l’appelle le Muet pour rien. Dur, froid et calculateur, il parle rarement. Quand il le fait, c’est avec dédain.
Il a 33 ans. J’en ai 18. Il est père célibatair et un partenaire en affaires de mon père. Pour lui, je ne suis qu’une enfant et la fille de son ennemi. Il est émotionnellement indisponible. Et je ressens… des choses que je ne devrais pas ressentir pour lui.
Trent Rexroth va briser mon coeur mais je ne peux pas rester loin de lui. Un scandale est la dernière chose dont ma famille a besoin. Mais c’est ce que nous allons leur donner.

Mon avis:

L’histoire est narrée alternativement par Eddie et Trent.

Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Quaid et Avett, les héros de Charged par Jay Crownover.
Trent est un homme d’affaires qui a bien réussi et dont la fortune est établie tandis qu’Eddie apparaît comme une jeune rebelle. D’ailleurs, au moment où leurs mondes entrent en collision, au début de ce roman, Eddie vient d’essayer de voler le sac à main de la mère de Trent.

La comparaison s’arrête ici car les personnages sont bien plus complexes que cela. Trent tente tant bien que mal de s’occuper de sa fille, Luna, mutique depuis l’abandon de sa mère. Eddie s’occupe de sa mère qui a des problèmes de santé en veillant à ce que son père, Jordan, ne la rende pas définitivement folle et dépressive. Tous deux se débattent dans des eaux houleuses et leur vie n’est pas simple du tout.

Comme si la différence d’âge entre les deux héros ne suffisait pas à faire obstacle à leur romance, le problème réside surtout dans le fait que Trent travaille avec le père d’Eddie et que tous deux se détestent.

Comme d’habitude, L.J. Shen nous livre une histoire intense qui happe et nous rend incapable de retourner à la vie active. Comme d’habitude, on vit le récit en étant pris aux tripes. Comme d’habitude, elle nous fait profondément ressentir l’impression que les héros sont destinés à être ensemble, envers et contre tout.

Mais !

Our favorite things are the ones that make us cry.

L’intrigue possède une autre dimension. Ici, l’auteure met en avant la famille. Elle nous montre comment notre environnement peut nous détruire comme il peut nous soutenir, comment il peut nous aider à grandir comme il peut nous empêcher de vivre.

Autant on peut être touché par l’évolution de Luna et adorer lire les scènes qui sont liées à elle, autant Jordan m’a fait flipper et je le redoutais au point d’en avoir peur à la seule mention.

De la même manière, j’ai également aimé apprendre à mieux connaître les personnages et à réaliser que derrière leur façade, il y a une vraie personnalité tumultueuse qui vit, qu’il faut apprendre à voir derrière les apparences parce que sinon, on passe à côté de ce qui les rend si intéressants et attachants.

Money makes people do stupid things. It eats at your morals and makes you lose sight of what’s really important.

Ca m’a fait plaisir de voir Vicious et Milie dans leur nouvelle vie. Vicious reste mon préféré et c’était un régal de constater qu’il n’a pas changé, qu’il est toujours aussi impitoyable avec les autres tout en restant loyal à ceux qu’il aime.

J’ai été convaincue par l’intrigue non seulement grâce à la romance mais surtout grâce à ses enjeux. On ne peut pas s’empêcher d’éprouver une énorme empathie pour Eddie car elle fait tout ce qu’elle peut pour garder la tête hors de l’eau, pour surfer sur les tumultes de la vie. On se reconnait dans ce qui constitue ses priorités.

En conclusion, j’ai encore une fois passé un moment génial avec la plume de L.J. Shen.
J’ai adoré ce tome et j’ai très hâte d’en lire plus sur Bane.

Retrouvez mon avis sur:
– le tome 1: Vicious.
– le tome 0.5: Defy.
– le tome 2: Ruckus (Devious).

Dans la même veine, retrouvez mon avis sur Charged de Jay Crownover.