[BD] Astérix, tome 1 à 3

couverture

Mon avis:

Je ne vais même pas vous faire l’affront de vous mettre les synopsis de ces trois premiers tomes car après tout, qui ne connaît pas Astérix?

Etant actuellement en train de découvrir ou redécouvrir tous les tomes composant cette série, j’ai eu envie de m’arrêter après Astérix chez les Goths pour souligner quelques points.

Ce qui est génial avec cette BD, c’est que quand vous prenez n’importe quel tome, vous n’avez jamais l’impression d’avoir un train de retard. En effet, vous avez deux pages au début de chaque volume vous présentant les personnages et le contexte et cela suffit amplement. Avec le recul, je me demande même si la page de présentation des personnages n’est pas strictement la même depuis le début.

Ensuite, je pensais que le tout premier tome serait une vraie introduction à cet univers, qu’on sentirait que c’est un premier tome. Je vous détrompe. Si je ne savais pas qu’il marquait le début de cette série, cela ne se remarquerait même pas. Que vous le lisiez en tout premier ou bien maintenant, je pense que vous ne sentiriez pas une différence.

Et puis, les calembours et autres notes d’humour: avec mon regard d’adulte, je remarque maintenant des traits d’esprit que je pense n’avoir jamais remarqué. Par exemple, les noms de villes en latin. Associés aux dessins et situations dans lesquels ils sont cités, je ne peux que sourire car plus de vingt ans après, j’ai toujours l’impression de découvrir les gags. La même chose concernera les noms des personnages ou les références culturelles.

Par contre, certains personnages manquent déjà. J’ai toujours cru qu’Idéfix était présent dès le début de la série. Après avoir relu et relu et relu ces trois numéros, je remarque qu’il n’y a pas de mention de lui. Du coup, cela m’apprend qu’Idéfix n’a pas toujours été là. C’est drôle, hein?

Publicités

[BD] Astérix, tome 36: Le papyrus de César

couverture

Synopsis :

Rome, le palais de César.
Jules César reçoit Promoplus qui lui donne son avis sur son manuscrit et lui propose le titre Commentaires sur la Guerre des Gaules. Mais… mais Promoplus trouve qu’il y a un petit défaut dans ce manuscrit : c’est un certain passage, le chapitre XXIV, celui s’intitulant Revers subis face aux irréductibles Gaulois d’Armorique.

Mon avis:

Je n’avais plus lu d’Astérix depuis bien longtemps alors ça a été un régal de retrouver nos irréductibles Gaulois.

La première chose que j’ai remarquée dans ce tome, c’est l’humour. Il faudra que je relise les précédents pour comparer mais j’ai beaucoup souri devant tous les jeux de mots et clins d’oeil faits à notre époque. J’ai été très amusée par les calembours. Je crois que c’est la première fois que je ris autant en lisant un Astérix.

Ensuite, l’histoire: elle sort des sentiers classiques pour établir un parallèle avec l’ère contemporaine.

Non contents d’appeler un personnage Doublepolémix, par exemple, les scénaristes ont osé illustrer littéralement le piratage de l’information et là, c’est simplement imparable. Impossible de résister.

Et puis, ces expressions! Ces détournements d’expressions! J’ai trouvé dans Le Papyrus de César énormément d’éléments comiques qui correspondent tellement à mon humour. Alors que les précédents tomes me laissent un souvenir agréable, sympa mais sans plus, celui-ci me donne envie de les ressortir pour les lire avec ma vision d’adulte. Aurais-je laissé passer des choses quand j’étais plus jeune? Est-il possible que je retrouve ces mêmes ingrédients dans Astérix le Gaulois par exemple?

Ainsi, j’ai lourdement insisté dessus mais Le Papyrus de César est axé sur un humour dans lequel je me retrouve complètement et il me tarde donc de me replonger dans les autres tomes de la collection. J’ai passé un super moment avec cet opus.