Saga Noblesse oblige, tome 2: Le Marquis mis à nu – Sally MacKenzie

couverture

Synopsis:

À la mort de son frère, Charles Draysmith devient le marquis de Knightsdale et, avec ce titre, hérite de la garde de ses jeunes nièces désormais orphelines. Incapable de s’en occuper seul et soucieux de fuir les assiduités des coureuses de dot, il propose un marché fort pratique à Emma Peterson, la gouvernante des demoiselles. Pour toute réponse, cette dernière lui lance un chien en porcelaine à la tête… Le nouveau marquis devra davantage user de sentiments que de raison s’il veut convaincre la belle rebelle de l’épouser.

Mon avis:

Dans ce nouvel opus, nous faisons la connaissance d’Emma en même temps que Charles rentre chez lui après de nombreuses années.

Son frère et sa femme (à son frère) viennent de mourir, laissant deux petites filles orphelines, Claire et Isabelle âgées respectivement de quatre et neuf ans ainsi qu’un grand domaine à gérer. Pour Charles qui n’a connu que la liberté, le voilà maintenant soumis au regard de la société qui lui court après pour sa fortune et aux obligations inhérentes à son titre: s’il veut rester en paix, il devra avoir un héritier.

Qu’à cela ne tienne, Emma qu’il connaît depuis l’enfance et qui a toujours été amoureuse de lui pourra faire l’affaire!

Oui mais…

Celle-ci est dotée d’un fort caractère et ne veut pas être épousée que par devoir!

En plus, vu la façon qu’a Charles de la demander en mariage, sa réaction (à Emma) ne m’a pas étonnée et dès le 1er chapitre, j’ai éclaté de rire.

Ensuite nous rencontrons les deux nièces de Charles. Mimi comme tout, tout ce qu’elles demandent, c’est un peu d’affection et forcément on craque! Quand on sait comment leur mère les a traitées, comme Charles et Emma, on est révolté et tout ce qu’on veut, c’est leur faire un câlin!

L’histoire est prévisible avec une intrigue qui change un peu du premier tome.

Alors que dans le Duc mis à nu, nous avions affaire à un cousin jaloux prêt à aller jusqu’au meurtre à cause de ces règles de primo-succession, là, le « crime » change et c’est agréable de ne pas avoir une répétition du premier opus comme j’en avais peur.

Un petit bémol cependant – et en même temps, s’il n’était pas là, on n’aurait pas de livre, n’est-ce pas? – tient dans la résistance d’Emma aux charmes de Charles. Résistance qui s’effrite très vite comme pour Sarah. Franchement, c’est trop facile, quoi. Soit t’as des principes et tu t’y tiens en évitant de faire des choses pas catholiques dans les fourrés et en accusant par la suite, l’autre de t’avoir fait succomber, genre t’es la victime. Soit tu laisses tomber ta foutue carapace et tu te laisses aller à ton amour. C’était déjà lourd dans le premier tome, ce l’est autant ici.

A part ça, ça a été un plaisir de retrouver Robbie et le Duc d’Alvord et aussi de découvrir un pan de leur passé sous un nouveau jour. On en apprend un peu sur leur prime enfance et ça permet de développer ces personnages !

Avec la scène réunissant notre trio d’hommes avec Emma, on apprend que chronologiquement, le Marquis mis à nu se passe après le premier livre. Moi qui me demandais si tous les livres de la saga pouvaient se lire indépendamment l’un de l’autre, voilà ma réponse.

J’ai aussi été heureuse de retrouver Sarah, toujours aussi amoureuse du Duc et ici, elle se pose en mentor pour Emma. Quelque part, la personnalité d’Emma ne diffère pas beaucoup de celle de Sarah et donc, je ne suis pas étonnée que toutes les deux s’entendent. Après tout, toutes deux rêvent d’un mariage d’amour et non de raison.

J’ai été absolument écœurée par Stockley qui, rien à faire, me fait penser au Monsieur Collins ( Orgueil et Préjugés) de Jane Austen. La description qui en est faite de lui ainsi que ses manières me le rendent antipathique au plus haut point! Vraiment!
Je ne comprends même pas qu’Emma, qui assiste à ce qu’il fait en cachette, ne capte rien à ce qui le motive vraiment; lui. Franchement elle est naïve. Elle n’est pas très dégourdie quand il s’agit des hommes, notre pauvre Emma.

En plus de ça, elle se retrouve affligée du complexe d’Electre et voilà, son égoïsme achève de m’énerver.

Heureusement, l’histoire est comme pour le premier volume fluide et facile à suivre. Malgré les ressorts tenant des ficelles de la bonne société et de ses mœurs, je n’ai jamais décroché de ce deuxième livre.

Les plus pour moi ont été d’une part de retrouver les personnages du premier volume: j’aime quand chacun des livres d’une saga sont liés l’un à l’autre par les personnages.
D’autre autre part: le fait d’avoir une histoire simple à comprendre et qui ne se perd pas en s’éparpillant dans tous les sens.

D’ailleurs, ces deux premiers livres me font penser à un éventuel couple qui pourrait se former au cours d’un autre volume, on ne sait jamais? Hihi.

Et le bémol, c’est le caractère légèrement nunuche et têtu d’Emma qui la fait ignorer tout ce qu’il se passe vraiment autour d’elle. Ou peut-être qu’elle ne cherche pas à comprendre, je ne sais pas mais quand même.

Un autre bémol aussi mais comme on est dans une lecture légère, ce point ne m’a pas plus gênée plus que ça, c’est par rapport aux personnages lisses des histoires. Ils manquent de complexité et de profondeur. Les gentils sont beaux et gentils. Les méchants sont moches et méchants.
Mais je le rappelle c’est une lecture légère donc j’arrive à passer dessus.

En conclusion, le Marquis mis à nu comporte des scènes très drôles et mignonnes grâce à Isabelle et à Claire. J’ai bien ri en le lisant et j’ai passé un agréable moment.

Vous pouvez lire mon avis sur le 1er tome ici.

Ce livre rentre dans le cadre du Challenge romantique.

logo

Saga Noblesse oblige, tome 1: Le duc mis à nu – Sally MacKenzie

couverture

Synopsis:

La chance ne sourit décidément pas à Miss Sarah Hamilton, fraîchement débarquée de Philadelphie. Son père lui a fait promettre sur son lit de mort de se rendre en Angleterre chez son oncle, le comte de Westbrooke, mais des marins maladroits ont fait tomber sa malle dans le port de Liverpool. Démunie et un peu perdue, Sarah se voit réserver un accueil pour le moins étrange dans l’auberge où elle compte passer la nuit. À son réveil : stupeur ! Un homme nu partage son lit ! La voici compromise, et mêlée aux dangereuses affaires de famille du très séduisant duc d’Alvord…

Mon avis:

Ayant lu pas mal d’avis positifs sur cette saga, je me suis lancée à la découverte de la monarchie toute nue et c’est plutôt rafraîchissant!

Dans ce premier tome, nous découvrons la société anglaise de la fin du 18è siècle sous les yeux de Sarah, une américaine se rendant dans le Vieux monde sous l’insistance de son père mourant.

Ayant grandi éduquée par deux vieilles soeurs, elle est plutôt ignorante du comportement à adopter en haute société mais ses manières et son honnêteté ont vite fait de charmer le duc d’Alvord, James.

James, à 28 ans, est l’héritier d’un immense domaine et d’une grande fortune. Habitué aux fastes et aux rassemblements mondains, il fuit néanmoins toutes les femmes qui lui courent après en raison de son titre et de ce qui va avec.

Avant de rencontrer Sarah, il s’est résolu à demander en mariage une connaissance afin que le complot ourdi par son cousin Richard pour le tuer cesse. En effet; celui-ci estime que James l’a lésé et que le domaine d’Alvord devrait lui revenir de plein droit.

Et puis voilà, collision des deux mondes: Sarah et James sont instantanément attirés l’un par l’autre.

James décide donc de courtiser Sarah jusqu’à ce qu’elle consente à devenir sa femme..

Et Sarah?

Eh bien, pour qu’il y ait une histoire, il faut des rebondissements et en l’occurrence, Sarah ne s’estime pas digne de lui car elle est pauvre. La faute à son père qui a dilapidé la fortune de sa famille.

Evidemment, nous avons affaire à une lecture légère. Vous vous doutez que les rebondissements sont plutôt prévisibles même si j’ai été surprise par la brutalité de certaines choses.

N’ayant pas lu de romance historique depuis longtemps, je peux même dire que c’est la première fois que je trouve dans ce genre de livres des viols ou des meurtres décrits avec précision.

Wouah, de ce côté, ça change énormément de ce que je connaissais!

Sarah m’a passablement agacée par les excuses qu’elle donne pour ne pas succomber à James alors que James, lui, m’a séduite. Il sait ce qu’il veut et fait tout pour l’avoir. De plus, le fait qu’il soit beau n’est pas passé inaperçu et avec le prénom James, j’ai pas mal d’images d’acteurs en tête pour me faire une idée de son charisme… Bref, j’ai aimé son côté impulsif et passionné. Certains de ses dialogues brûlants m’ont particulièrement fait jubiler.

Sarah, elle, c’est la voix de la raison.

Dans la vie réelle, la raison, c’est bien beau mais dans ce genre de romans, c’est rabat-joie. Heureusement, après une bonne discussion, le problème est réglé.

A côté de cela, nous trouvons un semblant de suspense policier à l’initiative de Richard. Cette facette de l’intrigue ajoute du piquant à l’histoire et un instant, j’ai bien cru qu’il allait poser beaucoup de problèmes dans le couple formé par Sarah et James.

La lecture du Duc mis à nu a été très rapide, j’ai beaucoup apprécié le style concis de l’auteure. De plus, elle a été légère et distrayante sans se rapprocher de Nora Roberts pour autant, ce qui me change agréablement. Surtout que je ne m’attendais pas à lire des lemons si détaillés.

Ce premier tome est un bon prélude à la saga et c’est avec plaisir que je m’attèlerai à la suite, en espérant que les intrigues changent tout de même d’un livre à l’autre.

Ce livre rentre dans le cadre du Challenge romantique.

logo