Quadrilogie Les insurgés, tome 3: Domination – Elle Kennedy

couverture

Synopsis:

Malgré sa très magnétique personnalité, Rylan ne semble pas pouvoir séduire Reese. Il adore les challenges mais l’indifférence de Reese n’est pas le seul obstacle à son opération de séduction. S’il veut Reese, il faut qu’il réussisse à passer outre Sloan qui monte la garde fidèlement auprès de la jeune femme.

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour leur confiance.

Dans ce nouvel opus, nous retrouvons Rylan alors qu’il peine à séduire Reese. Mais ce n’est pas tout. Les rebelles ont décidé de passer à l’attaque. Nous avons donc une action riche sur tous les fronts.

Je vous parlais précédemment des défauts qui pouvaient en rebuter certaines: celles qui voudraient une action plus centrée sur la dystopie et moins sur le sexe seront irrémédiablement déçues. En effet, on peut même se demander si Elle Kennedy n’a pas des démons à expurger car elle s’en donne à coeur joie.

Sans vouloir entrer dans les détails de peur de vous spoiler quoi que ce soit – oui, même s’il y a beaucoup de sexe, il y a des choses qui vous surprendront tout de même – sachez que certaines sensibilités seront heurtées. Encore une fois, les insurgés montrent qu’ils vivent avec un code différent de ce qu’on connaît et il peut entrer en conflit avec nos valeurs. A moins de lire ce roman en le prenant au second degré voire plus, ce que je fais, je sens que celles qui n’accrochaient pas avant vont définitivement hurler de désespoir et lancer un beau « what the fuck ».

Heureusement, comme je l’ai déjà dit, je suis de l’autre côté.

C’est peut-être bizarre de dire ça de ce roman mais je me suis éclatée.

J’ai adoré suivre Rylan. J’ai adoré le cheminement de l’action. Certaines scènes étaient très émouvantes et je me suis reconnue dans le questionnement de Reese. Il y a toujours des thématiques qui suscitent notre empathie. Et, de manière fugitive mais très régulière, on sourit. Par exemple, j’ai tout simplement adoré le truc qui fait lever les yeux au ciel à Reese concernant Pike lors de leur réunion de fin.

Maintenant, je vois bien un tome sur Dominik et je réclame toujours un tome sur Pike.

Elle Kennedy, si tu me lis… C’est plus qu’un appel du pied, là.

Conclusion: J’ai encore une fois passé un super moment avec les personnages. J’aime toujours cet univers, je m’en régale et j’en redemande.

Retrouvez mon avis sur:
– le tome 1: Conquête.
– le tome 2: Addiction.

Publicités

[BD] La BD est Charlie

couverture

Synopsis :

Parce qu’un dessin vaut mieux qu’un long discours…
Du mercredi 7 janvier au vendredi 9 janvier 2015, une série d’attentats a été perpétrée en France : plusieurs artistes et collaborateurs de la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo, ainsi que des membres des forces de l’ordre et de la communauté juive, ont perdu la vie dans des circonstances tragiques.
En réponse, des dessinateurs de presse et auteurs de bande dessinée du monde entier ont réagi spontanément à ces événements.
À l’initiative du groupe BD du Syndicat National de l’Édition, cet ouvrage est réalisé au profit des familles des 17 victimes des attentats, à qui sera reversée l’intégralité des bénéfices. Il a été publié conjointement et solidairement par les maisons d’édition de bande dessinée françaises qui ont offert gracieusement leurs services.

Mon avis:

J’ai acheté ce recueil à sa sortie mais jusque là, je ne l’avais jamais ouvert. Bien que n’ayant pas été personnellement touchée par les attentats, je comprends maintenant que c’est parce je savais que cette lecture ne serait pas comme toutes les autres. En effet, il y a quelque chose de spécial qui se passe lorsqu’on découvre tous les dessins qui sont réunis ici. Une émotion qui se révèle. De la tristesse. De la colère. De la révolte.

A travers les illustrations qui s’offrent à nos yeux, on retrouve l’essence qui a donné lieu à La BD est Charlie. Une volonté de montrer au monde que l’on n’a pas peur ou plutôt, que malgré la peur, la vie continue. De crier « No pasaran » malgré l’émotion qui comprime notre coeur.

On réalise à quel point notre foi dans l’Homme a pu être ébranlée et a besoin d’être restaurée. C’est un hymne à la vie et à l’humour parce que les deux ne peuvent se dissocier.

Certains sketches sont percutants. D’autres sont drôles. D’autres font réagir mais tous ont un point commun, c’est qu’ils reflètent une rage de vivre. Une flamme inextinguible.

Un dessin vaut plus que des longs discours… Cette phrase se vérifie ici. On opine du chef car en refermant ce recueil, une espèce de solennité s’empare de vous. Damned…. C’est fort.

Après réflexion, ce n’est pas plus mal de ne « lire » La BD est Charlie que maintenant car si j’avais fait cela immédiatement, à chaud, après les évènements de janvier 2015, j’aurais certainement pleuré. J’aurais eu mal à ma France comme disait l’autre.

Merci, chers illustrateurs, pour ces dessins qui nous parlent directement. Vous faites fort.