Saga Driven, tome 6: Sweet ache – K. Bromberg

couverture

Synopsis:

Depuis toujours, Hawkin Play, rocker rebelle au grand coeur, passe derrière son frère jumeau pour réparer ses erreurs. Cette fois, les abus de Hunter qui mettent régulièrement le boys band en péril, risquent de coûter à Hawkin un séjour derrière les barreaux. Pour s’attirer les bonnes grâces du juge, Hawke accepte d’assurer un cycle de conférences à la fac locale. Un poste qui inspire aux copains du groupe un pari: séduire Quinlan, l’assistante sexy du professeur. Seulement, la fière Quinlan Westin n’est pas une fille facile. Et même si leur attirance va au-delà d’une simple tension sensuelle, la jeune femme met tout en oeuvre pour échapper aux griffes du rocker. Alors que le pari est presque gagné pour Hawke, son jumeau Hunter, qui sait comme personne détecter les faiblesses de son frère, vient s’en mêler, prêt à tout pour lui mettre des bâtons dans les roues.

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour leur confiance.

A savoir: Les 3 tomes qui arrivent ont pour héros des personnages autres que Rylee et Colton et peuvent se lire complètement indépendamment des tomes précédents.

L’histoire est racontée alternativement par Quin et Hawke et nous emmène dans un nouveau monde, celui du rock et de l’université. Deux milieux qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre mais qui se mélangent finalement bien.

Quin est dans ce que j’appelle une période de disette. Après que son histoire avec son ex petit-ami, Rock, ait terminé dans un désastre qui lui a brisé le cœur, elle a décidé de se consacrer à sa thèse et d’arrêter de laisser les bad boys lui briser le cœur.

Hawke est responsable de sa famille depuis qu’il a neuf ans, l’âge où son père est mort. Avant de mourir, il a fait promettre à son jeune file de prendre soin de ses proches alors il s’y attèle avec force, peu importe ce qu’il lui en coûte. C’est pour cela que Hunter, son frère jumeau en profite pour faire tout ce qu’il veut, au mépris de la loi, quitte à ce que Hawke risque la prison pour lui. Mais Hawke souffre également par la faute de sa mère, atteinte d’Alzeimer qui n’a de crises de lucidité que pour blâmer Hawke de la mort de son mari. Alors, même si la vie de Hawkin semble parfaite – il a un succès immense avec son groupe de musique et toutes les filles se jettent à ses pieds – il reste au fond, plutôt seul.

Si on ne croque pas la vie à pleines dents, autant ses bons que ses mauvais côtés, eh bien, au moment de tirer le bilan, on regrette toutes ces choses qu’on n’a jamais tentées.

Lorsqu’ils se rencontrent, leur attirance mutuelle est inéluctable. C’est magnétique. C’est clair qu’ils vont partager quelque chose de plus grand qu’eux.

Or, K. Bromberg ne serait pas ce qu’elle est si tout arrivait facilement. Avant cela, nous allons donc ressentir beaucoup de colère. Vous avez beau lire une romance, vous avez envie que Hawke lâche les baskets à Quin parce qu’il se comporte comme un goujat et vous avez envie de lui rabattre le caquet. Un peu comme dans le premier tome de cette saga où Colton était tellement un connard que vous aviez envie de lui jeter le livre à la figure. Colton et Hawke donc, même combat. On retrouve exactement les pensées qu’on a eues pour Rylee. On a envie de secouer Quin et de lui demander avec force « Pourquoi tu reviens tout le temps? »

Là où Hawke m’a un peu déçue, c’est avec ce pari qu’il fait avec ses potes. Même s’il tombe amoureux sans se l’admettre, j’ai trouvé que cette trame était un peu cruelle alors qu’il y a déjà suffisamment de boulot avec Hunter ou même Quin car elle se bat, toutes griffes dehors, pour ne pas succomber à son attirance pour Hawke.

Cela mis à part, j’ouvre une parenthèse pour dire la bonne surprise et le plaisir que j’ai eus à trouver Kellan et les D-Bags de S.C. Stephens dans ce tome. C’est chouette de voir des personnages de plusieurs séries de livres différents se croiser. Ca me fait penser à un message d’une auteure sur Facebook qui disait que ça lui ferait plaisir de voir des personnages de certains livres « vivre » dans d’autres. Je suis tellement d’accord avec cela! Alors, quand je vois les D-Bags ici, je souris bêtement comme une bienheureuse. Je ferme la parenthèse.

Cette virée dans le monde de Hawke est pleine de souffrances. Il se bat pour survivre alors que ses proches s’agrippent à lui et l’enfoncent, consciemment ou non. Il étouffe à cause de la promesse qu’il a faite à son père et qu’il ne peut pas tenir, seul, si les autres ne l’aident pas et ne veulent pas être aidés. Malgré sa fierté mal placée, Hawke m’a fait craquer parce qu’il me rappelle Colton par bien des aspects et vous savez à quel point j’aime Colton maintenant.

L’auteure m’a fait ressentir moults sentiments. Entre colère et émerveillement, je suis passée par tous les stades grâce et à cause d’elle. Quand les héros sont enfin heureux, vraiment, on souffle pour eux car jamais, une happy end n’aura été autant méritée. Encore une fois, ce sont de vraies montagnes russes que j’ai traversées, là!

J’ai pris plaisir à retrouver Rylee et Colton, le temps de quelques scènes qui m’ont donné l’impression de retrouver ma famille et ça fait tellement de bien!

Sweet ache est donc une lecture intense qui ne fait pas exception aux autres romans de la saga. J’en ai adoré chaque page et ça a été un plaisir d’apprendre à connaître et à aimer Quin derrière sa façade de grande blonde froide.

Retrouvez mon avis sur:
– Le premier tome: Driven.
– Le deuxième tome: Fueled.
– Le tome 3: Crashed.
– Le tome 3.5: Raced.
– Le tome 4: Aced.
– Le tome 5: Slow flame.
– Le tome 7: Hard beat.

hugo

[BD] Alix senator, tome 1: Les aigles de sang

Synopsis:

– 12 avant Jésus-Christ. Marcus Aemilius Lepidus, grand pontife de Rome, et Agrippa, successeur désigné du puissant empereur Auguste, sont mystérieusement assassinés par des aigles qui leur déchirent les entrailles.

Alarmé par ces événements, Auguste charge son vieil ami le sénateur Alix Gracchus d’enquêter discrètement. Une enquête qui conduira Alix, assisté de ses fils Titus et Khephren (le propre rejeton d’Enak, qu’Alix a adopté après la disparition de celui-ci) sur la piste de l’énigmatique maître des oiseaux. Pourtant, le danger persiste à se rapprocher encore de l’empereur en personne, de plus en plus près. Et Alix va finalement découvrir que le plus dangereux des rapaces se niche au cœur même de Rome, là où nul ne pouvait le soupçonner…

Mon avis:

Ayant visionné il y a quelques temps l’intégrale de la série Spartacus et après avoir adoré La maîtresse de Rome de Kate Quinn, je me suis décidée à sortir cette BD de ma PAL. J’avais envie de retrouver l’atmosphère qui m’avait tant plue dans les titres que je vous ai cités et le résumé me donnait l’impression que je serais ravie.

Premier constat: Je n’ai pas adhéré au graphisme. Malgré une colorisation qui, elle, me plaît beaucoup plus, ce n’est pas assez pour me faire aimer ce que je vois et malheureusement, en BD, l’attrait visuel fait cinquante pourcent de mon intérêt. Mais j’ai tenu bon pour me concentrer sur l’histoire.

Je ne connais pas la BD originale alors cet univers et ses personnages sont une découverte totale pour moi. On y fait la rencontre d’un sénateur, Alix, enquêtant sur un meurtre tandis que son fils, accompagné de son meilleur ami, se fourre dans des embrouilles pas possibles.

Nous baignons dans les complots et les cachotteries. L’atmosphère rendue est vraiment celle à laquelle je m’attendais. Pouvoir et dangers se mêlent. C’est une vraie enquête doublée de mystère que nous avons-là.

La fin de ce premier tome ouvre forcément la voie à la suite mais dans l’ensemble, j’ai trouvé ce tome d’ouverture complet et assez intriguant pour que j’ai envie de savoir ce qu’il va se passer.

Le seul bémol réside donc dans le coup de crayon qui n’est pas à mon goût. C’est sympa mais sans plus. Pour contrebalancer cela, j’insiste sur la colorisation qui est vraiment top. La couverture est un coup de coeur pour moi.

Mon bilan a l’air mitigé mais en fait non. Si jamais je tombe sur la suite, je la lirai avec plaisir mais c’est vrai que je ne remuerai pas ciel et terre pour.