Le cycle de l’homme, tome 1: Les arcanes du chaos – Maxime Chattam

couverture

Synopsis:

Célibataire parisienne sans histoires, Yael est loin de se douter qu’il existe des secrets qui mettent en danger ceux qui les découvrent. Le jour où des ombres apparaissent dans ses miroirs pour lui parler codes secrets et sectes millénaires, elle se croit folle ou possédée.
Projetée dans un jeu de piste infernal, pourchassée par des tueurs, Yael se retrouve au cœur d’une lutte ancestrale. Des catacombes de Paris au gorges hantées de Savoie, jusqu’au New York des milliardaires, la vérité ne doit pas survivre.
Qui n’ a jamais rêvé de tout savoir sur l’assassinat de JFK ? Sur le 11 septembre ? Et si l’histoire n’était que manipulation ? Quand le diable s’en mêle, la terreur ne fait que commencer…

Mon avis:

Cela faisait longtemps que je n’avais pasq lu de Maxime Chattam, c’est donc avec plaisir que j’ai ouvert ce roman, sans même savoir de quoi il traitait.

L’histoire suit Yael et Thomas.

A priori, tous deux ne devraient pas se connaître. Elle travaille pour une société de taxidermie à Paris. Lui, est un grand reporter et vient du Canada. Pourtant, à la suite de certaines circonstances, leurs mondes se croisent et ne se quittent plus.

Tout commence quand des ombres s’installent dans l’environnement de Yael: dans les miroirs chez elle, à son travail… et lui adressent des messages énigmatiques.

Ceux qui négocieraient leur liberté fondamentale contre une sécurité illusoire ne méritent ni Liberté, ni Sécurité.

Dès le premier chapitre, j’ai été accrochée. En à peine quelques lignes, l’auteur captive et sème l’effroi. Sentiment conforté au chapitre suivant et suivant et suivant…

Et sans qu’on s’y attende, nous voilà plongés au milieu d’un complot d’envergure mondiale. Un complot où l’histoire de Yael s’inscrit dans l’Histoire avec un grand H. Un page-turner à mille à l’heure dont on ne rate pas une seule miette.

Chacun de ces os avait vécu sa vérité, manipulée par sa subjectivité. Bout à bout, ils avaient tous vécu une vérité manipulée par d’autres subjectivités. Qu’était donc l’Histoire en fin de compte si ce n’est la somme tronquée d’existances qu’il fallait ordonner pour écrire ce qui resterait à la postérité.

Maxime Chattam émaille son récit de faits historiques en pointant des coïncidences trop grosses pour simplement être le fruit du hasard. Résultat: on se sent glisser dans la paranoïa. On ressent cette impression d’être au final une minuscule fourmi dans un monde gouverné par des mains de fer qui peuvent nous manipuler à leur gré à tout moment.

L’auteur nous fait réfléchir, ressentir de la révolte quand on réalise la justesse de ses propos. Il parvient de plus à nous livrer un récit haletant, à nous faire sortir de notre rôle de lecteur. On se retrouve insidieusement au coeur de son intrigue.

Je n’ai pas vu venir la fin. Elle m’épate. Elle est logique par rapport au récit mais j’aurais voulu quelque chose de moins pessimiste.

Cependant, Les arcanes du chaos est définitivement un livre que je recommande. Je ne suis jamais déçue avec Maxime Chattam et ce roman ne fait pas exception. Au contraire. C’est peut-être même l’un de mes préférés de lui. Un coup de coeur!

Publicités

Le cycle de l’homme, tome 3: La théorie Gaïa – Maxime Chattam

couverture

Synopsis:

Imaginez que des émissaires de la Commission européenne sollicitent vos compétences pour résoudre un problème urgent… et top secret. Imaginez que votre femme soit envoyée sur une île au bout du monde avec un parfait inconnu, et que l’on perde tout contact avec eux. Imaginez que vous vous retrouviez isolé par une terrifiante tempête au sommet d’une montagne en compagnie de scientifiques mystérieux. Imaginez que le nombre des tueurs en série ait été multiplié par dix depuis cinquante ans. Imaginez que ces événements soient liés par la violence des hommes. Vous n’avez toujours pas peur ?

Mon avis:

Le roman débute comme un film catastrophe de série B.

De mauvaises conditions climatiques. Une conspiration. Des hommes du gouvernement qui viennent vous chercher sans vous expliquer quoi que ce soit en vous promettant de vous mettre dans le secret dès que possible. Un voyage en terre inconnue…

Là dedans, un couple se retrouve séparé. Chacun de ses membres est spécialisé dans un domaine très poussé et ignore ce qu’il se passe.

A partir de là, l’action se met doucement en place et pendant un bout de temps, même si vous avez des explications dès le début, il n’en reste pas moins que vous demeurez dans le brouillard.

Une bonne flopée de personnages sont introduits et si vous ne faites pas attention, il devient aisé de les confondre.

Néanmoins, parce que Chattam est Chattam, le monde dans lequel il nous plonge nous accroche d’emblée.

J’avoue, j’aime énormément les films catastrophes. Armageddon, 2012 et consorts n’ont aucun secret pour moi et j’ai retrouvé dans La théorie Gaïa cette ambiance propre à ces films. Cette atmosphère d’oppression, cette sensation d’être pressé par le temps et pour ça, il a été difficile ne de pas accrocher à l’histoire.

A ça interviennent une réflexion psychologique sur l’Homme, sur ce qui le motive, sur les influences qui peuvent s’exercer insidieusement sur lui et avoir un impact effarant sur le développement de sa personnalité et le raisonnement de Maxime Chattam est tel qu’il est pratiquement impossible de trouver quel qu’argument qui soit pour le contredire. Effrayant!

L’auteur nous livre là un véritable travail sur l’Homme et peu importe votre opinion, vous ne pouvez absolument pas être en désaccord sur un seul point évoqué.

Au niveau du développement de l’action, malgré un démarrage assez lent qui prend pratiquement le tiers du livre, les deux autres tiers du roman compensent largement en action, en rythme mais surtout en émotions fortes.

J’ai aimé comment notre couple se dépatouille pour maintenir sa tête hors de l’eau. Bien sûr, tous deux ne sont pas exempts de défauts mais leur caractère est tellement authentique que vous ne pouvez pas les blâmer pour leur naïveté ou pour n’importe quelle raison car finalement, vous vous dites que vous aussi, vous réagiriez ainsi.

La théorie Gaïa s’achève sur une fin optimiste malgré qu’elle soit ouverte.

A vous de privilégier la leçon qui en ressort mais tout le monde y trouve son compte au demeurant.

J’ai comme d’habitude énormément aimé le style d’écriture fluide de Chattam et même si vous n’avez pas lu les autres tomes du Cycle de l’Homme ( ce qui est mon cas), vous ne serez pas perdu du tout car chacun des livres constituant cette trilogie peut se lire indépendamment l’un de l’autre.

Au final, ce tome peut être une très bonne introduction au monde de Chattam pour ceux et celles qui n’ont pas encore lu cet auteur. Riche en action et en réflexion, flirtant légèrement avec le surnaturel tout en offrant des explications rationnelles, le style de cet auteur devrait vous charmer.