Trilogie Sweet, tome 3: Sweet reckoning – Wendy Higgins

couverture

Synopsis (traduction du résumé par moi. Sortie française non prévue):

Personne ne sait quand ni où les Ducs frapperont mais Anna et ses alliés Nephilim feront tout ce qui est en leur pouvoir pour débarrasser la Terre des démons et de leurs traditions oppressantes. Les enjeux sont plus élevés que jamais et Anna est déterminée à ce que l’amour qu’elle porte à ses proches soit une force et non une faiblesse. Alors que les Ducs envoient Kaidan Rowe pour travailler contre elle, Anna doit décider de ce qu’elle est prête à risquer.

Mon avis:

Sweet Peril m’avait laissée dans un état fébrile, Sweet Reckoning m’a fait passer par toutes les émotions!

Wendy Higgins nous fait entrer directement dans l’œil du cyclone. La guerre est proche et on le sent! Nervosité, désespoir, angoisse.. Vous avez l’impression d’être vous-mêmes sur le pied de guerre. C’est une atmosphère oppressante que nous décrit l’auteure. Cependant, sans que je ne sache comment, elle parvient à glisser des moments simples, des flashes mais dont l’intensité émotionnelle nous bouleverse forcément.

Alors que j’ai vu Anna évoluer entre le premier et le deuxième tome, ici, l’accent est mis sur d’autres personnages, en l’occurrence Jay et Ginger.

Wendy Higgins a eu une excellente idée de les mettre en avant dans le sens où cela fait gagner de la complexité à l’histoire, déjà bien construite à la base et de la profondeur à ces personnages. Soudainement, ils se retrouvent propulsés au même rang que les personnages principaux.

Il faut dire que Jay était bien en retrait dans les tomes précédents et ne servait à mes yeux que de faire-valoir. Idem pour les jumelles qui gagnent donc avec Jay leur propre trame dramatique.

Je me suis donc énormément attachée à toute cette bande et leur sort m’a interpellée.

Côté histoire, depuis Sweet Peril, tous les ressorts de la guerre nous sont connus et pourtant, l’auteure a réussi à me surprendre et à me faire m’exclamer à de nombreuses reprises. Cela allait de « Non! Je n’y crois pas! » à « Elle a osé! » en passant par « Wouah! Trop fort! » Une vraie montagne russe d’émotions!

Ce que je reproche souvent à ce genre d’histoires, sans en vouloir aux auteurs pour autant car je m’attache à leurs personnages donc je veux une bonne fin pour eux, c’est que tout est facile. A l’instar de Twilight où le conflit se règle avec de la parlotte et de la guimauve. Or, avec la saga Sweet, ce n’est pas le cas. L’auteure nous montrait déjà à la fin de Sweet peril qu’une guerre fait des victimes et là, elle conforte ce fait. Même si certaines fois, on le regrette, au final, elle parvient à nous faire accepter la réalité. C’est comme ça et pas autrement.

Au final, l’action et les personnages m’ont totalement happée. J’ai adoré comment Wendy Higgins imbrique les évènements.

Et le mot de la fin avec l’épilogue: magnifique!

J’ai compris pourquoi la trilogie s’appelle Sweet et j’approuve!

Coup de coeur total pour cette superbe trilogie!

Retrouvez mon avis sur:
– Le tome 1: Sweet evil.
– Le tome 2: Sweet peril.

See me – Wendy Higgins

see

Synopsis (Traduction du résumé par moi. Sortie française non prévue):

Alors que la majorités des adolescentes de 17 ans refuseraient d’épouser un étranger choisi par ses parents, Robyn Mason rêve du mystérieux McKale qui vit en Irlande en se demandant à quoi il ressemble et en imaginant son accent Irlandais. Les mariages arrangés sont communs pour les familles comme la sienne mais en arrivant sur l’île d’émeraude, elle découvre qu’elle a encore beaucoup de choses à apprendre.

Mon avis:

Grande fan de l’auteure depuis sa trilogie Sweet, c’est sans même lire le résumé que See me est venu enrichir ma pal. Il faut dire la couverture somptueuse et le fait que ce soit un one-shot m’ont encouragée à sauter dessus.

Le récit m’a fait être nostalgique de l’Irlande car c’est là que l’action prend place. Au pays des Leprechaun et Fae et en effet, il est question de ces créatures mystiques dès le début du roman.

Ambiance magique garantie!

L’héroine, Robyn est une Américaine normale. Agée de 17 ans, elle a grandi dans une famille aimante avec sa petite soeur, Cassidy. Autant Robyn est calme et introvertie, autant Cass est exubérante et pleine de vie. Des contraires! Mais elles s’adorent et avec leurs parents, elles partagent une grande complicité.

Depuis sa naissance, par un concours de circonstances, elle est destinée à épouser McKale, un Irlandais qu’elle n’a jamais rencontré et c’est au cours de l’été qui précède son dix-huitième anniversaire qu’elle va enfin faire la connaissance de son fiancé, lors des vacances avec sa famille.

L’auteure m’a agréablement surprise en prenant le contrepied des réactions auxquelles on s’attend en lisant ce genre d’intrigue. C’est rafraîchissant de voir une fiancée involontaire avoir hâte de voir son promis et même en être amoureuse.

Mais par-dessus tout, elle m’a conquise par la description extrêmement vivace des contrées d’Irlande qui m’ont tant charmée quand j’y suis allée. Je suis nostalgique.

En plus de ce décor somptueux qu’elle plante, elle instille une atmosphère irréelle et irrésistible à la fois. On a l’impression d’être entouré de verdures et de petits bonhommes habillés de verts. Et si on excepte McKale, c’est le cas. On se sentirait presque Gulliver!

Autre point: l’histoire. Le résumé laissait présager que la romance serait prépondérante mais il n’en est rien. Elle se fait naturellement, sans se forcer et entre dans l’ordre des choses. J’ai adhéré à 100% au cheminement décrit par Wendy Higgins. C’était mignon et ça vendait du rêve en même temps. La romance s’éclipse pour une intrigue riche en suspense, en magie et en voyages.

Car See me est une invitation au voyage. Nos sens se réveillent. Notre vue est stimulée ainsi que notre ouïe. Si on ferme les yeux, on se voit près d’un feu, une musique entraînante en fond sonore et notre pied marque la cadence. On pourrait même danser et entrer dans la ronde.

L’auteure nous fait découvrir un folklore en profondeur et nous présente les Fae sous un jour différent de ce qu’on connaît habituellement. Ici, ils ont un côté sournois, presque méchant et cruel qui casse avec l’image de gentille fée véhiculée par les contes de Disney. Ils gagnent en complexité et en profondeur, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Ainsi, l’histoire est marquée par l’introduction à la culture Fae et au monde magique avant de consacrer une part à la romance.

Je ne parle pas que de celle de Robyn mais également de celle de Cass qui m’a énormément touchée. Son sort me fait réclamer une suite ou au moins, une nouvelle pour qu’elle ait droit à une vraie fin. En même temps, parce que les contes de fée se terminent toujours sur un happy ending, j’ai trouvé le choix de l’auteure plausible, réaliste et la part de moi qui aime les fins ouvertes trouve que celle-ci se suffit à elle-même.

Enfin, les personnages. Autant vous dire que l’auteure a pris le temps de développer aussi bien les personnages principaux que secondaires. Ce qui fait qu’on s’attache véritablement à tous. On a l’impression de les connaître comme s’ils existaient réellement et l’évolution de Cass à travers See me m’a beaucoup plue.

En conclusion, See me a été une excellente lecture que j’ai dévorée avec plaisir. C’est une lecture légère et captivante à la fois, avec une dose de drame comme il faut et qui émeut.

Retrouvez mon avis sur les livres de la saga Sweet de l’auteure:
Sweet Evil
Sweet Peril