Saga Sign of love, tome 2: Leo’s chance – Mia Sheridan

Leo

Synopsis:

Chaque histoire a deux versants. Dans le premier tome de la série, Evie a raconté sa version, cette fois c’est au tour de Léo.

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour leur confiance.

Si vous avez lu mon avis sur le pendant de cette histoire, racontée par Evie, alors vous savez que même si j’avais apprécié l’histoire, ça n’avait pas du tout collé avec Léo. Malgré tout, j’ai voulu lui redonner une chance en me disant qu’en ayant son point de vue à lui, je ressentirais plus d’empathie. Ce n’est pas le cas.

Je lui trouve les mêmes défauts. Pour moi, il est bien trop possessif et irrationnel et malgré un point de vue interne, je suis restée froide.

En dépit de cela, j’ai pris plaisir à lire l’aventure d’Evie car la plume de Mia Sheridan, bien que débutante à ce moment-là de sa carrière, est déjà talentueuse et pleine de douceur et de beauté. Elle s’est améliorée avec les années mais déjà ici, il y a quelque chose qui nous happe. Elle m’émeut.

Je renforce mon étreinte dans le noir tout en écoutant sa respiration. Je me noie dans son odeur et la sensation d sa poitrine qui se soulève régulièrement contre la mienne. La joie. Je savoure cet instant, pleinement conscient de mon bonheur en cet instant précis.
– Tu es mon rêve, dis-je à voix basse dans l’obscurité. Tu es la réalisation de tous mes rêves.

C’est un plaisir à lire. Plaisir renforcé par l’épilogue qui nous en montre tellement plus sur la nouvelle vie d’Evie et de son bien-aimé. Cet épisode, inédit, m’a vraiment remplie de joie en le lisant. Il m’a fait sourire.

Alors, même si le personnage de Léo ne m’émeut pas, je reste une fan inconditionnelle de la plume de Mia Sheridan et il me tarde d’en lire plus d’elle.

Retrouvez mon avis sur:
– Le tome 1: Leo
– Le tome 4 : Archer’s voice
– Le tome 8: Grayson’s vow

hugo

Saga Sign of love, tome 1: Leo – Mia Sheridan

Leo

Synopsis:

Evie et Léo se sont rencontrés à l’orphelinat où ils se sont liés d’une amitié indéfectible. Ils se sont promis que dès qu’ils auraient dix-huit ans et qu’ils sortiraient de leur foyer d’accueil, ils vivraient ensemble et construiraient une vie. Mais, contre toute attente, Léo est adopté alors qu’il est adolescent et quitte le foyer pour une autre ville. En partant, il promet à Evie de l’appeler dès qu’il est installé et surtout de revenir la chercher dès sa majorité. Elle n’aura plus jamais de nouvelles… Huit ans plus tard, Evie a construit sa vie. Jusqu’à ce qu’un homme étrange fasse irruption dans sa vie, lui expliquant qu’il est là de la part de Léo qui souhaite savoir si elle va bien. Evie est attirée par cet homme au charme dévastateur, mais elle ne sait pas si elle peut lui faire confiance ou s’il cache un secret au sujet de la disparition de Léo. Saura-t-elle faire la part des choses ?

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour leur confiance.

Commençons par le point négatif, comme ça, ce sera fait. C’est le personnage de Léo lui-même. Même si les raisons de son comportement sont expliquées par la suite, je n’y ai pas adhéré. Son côté directif m’a perturbée dans le mauvais sens du terme. En fait, pris à part de l’histoire, Léo ne m’attire pas.

Passons maintenant aux points, nettement plus nombreux, positifs de ce roman.

D’abord, l’écriture: J’y retrouve cette douceur qui m’émeut tant dans les récits de Mia Sheridan. Même si Léo est le tout premier tome de la saga, nous y trouvons déjà les ingrédients qui font tant mouche quand on la lit. Une poésie, une tranquillité d’esprit qui fait que j’ai toujours l’impression de sentir mon coeur se panser rien qu’en lisant ses mots.

-Tu n’as pas eu la vie facile, dit-il en levant des yeux tristes vers moi.
– C’est vrai mais en un sens, j’ai de la chance.
– Comment ça? demande-t-il intrigué.
– A ton avis, combien de personnes rentrent chez elles à la fin de la journée, peut-être dans un minuscule appartement avec le sentiment d’être les plus chanceuses du monde? Combien savent vraiment apprécier ce qu’elles ont parce qu’elles savent ce que ça fait de n’avoir absolument rien?

Ensuite, il y a cette intensité folle au niveau des émotions. C’est beau. Beau, ce mot est simple, peut paraître faible mais il colle tellement bien à la plume de Mia Sheridan!

Elle ne fait pas qu’écrire une histoire, elle raconte la vie; elle nous fait partager des morceaux de vie. Elle fait, ça rend la fin de ses romans d’autant plus terrible car en partageant ainsi le vécu des héros comme elle le fait, on ne veut plus les quitter. On a l’impression de dire au-revoir à de très chers amis. C’est terrible, je vous dis!

Au final, malgré le bémol que j’ai soulevé, il n’en reste pas moins qu’encore une fois, j’ai été subjuguée. Complètement. Je reste sous le charme de la plume de l’auteure et il me tarde d’en lire encore plus.

Retrouvez mon avis sur:
– Le tome 4 : Archer’s voice
– Le tome 8: Grayson’s vow

hugo