Saga Driven, tome 5: Slow flame – K. Bromberg

couverture

Synopsis:

Encore sous le choc du décès soudain de sa soeur, Haddie Montgomery a renoncé à toute relation amoureuse. Tout ce qu’elle attend de Beckett Daniels, c’est une distraction sexy, un moment de répit pour échapper à son chagrin… Alors, pourquoi ne parvient-elle pas à se débarrasser du souvenir de cette nuit incroyable? Ni du goût de ses baisers? Haddie s’efforce de l’oublier, Beckett s’évertue à lui prouver qu’elle sevrait se remettre à vivre. Mais elle reste déterminée à éviter tout engagement romantique, quitte à utiliser la réapparition inopinée de son ex pour éteindre cette flamme qui la consume lentement, cette étincelle que Beck, son amant d’une nuit, a fait naître en elle…

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour m’avoir permis de découvrir enfin Beck et Haddie.

A savoir: Les 3 tomes qui arrivent ont pour héros des personnages autres que Rylee et Colton et peuvent se lire complètement indépendamment des tomes précédents.

Slow flame se concentre sur Beck et Haddie alors que le mariage de Rylee et de Colton bat son plein. En étant d’abord dans la tête d’Haddie, nous apprenons qu’elle traverse une période difficile qu’elle s’efforce de cacher à tous. En effet, elle a perdu sa soeur quelques mois auparavant. N’ayant toujours pas surmonté son deuil, elle se tient donc à l’écart de tout ce qui pourrait rendre son coeur encore plus vulnérable même si elle et Beck se tournent autour depuis qu’ils se sont rencontrés. D’ailleurs, la scène de la rencontre de Haddie et Beck, en bonus, nous donne une envie, c’est de relire Slow Flame de zéro.

Quant à Beck, nous avons eu le temps d’apprendre à le connaître et à l’aimer depuis Driven alors il ne nous surprend pas outre-mesure. Comme Haddie le décrit si bien, c’est un mec bien. Celui qui aime les grands espaces et qu’on garde pour la vie. Mais ici, quand on le voit interagir avec Colton, on réalise la vulnérabilité de Beck. Il ne parle pas beaucoup mais il ressent intensément et il n’a pas peur d’agir pour son bonheur. Impossible de ne pas craquer pour lui.

Alors, qu’est-ce qui différencie Slow flame des romances classiques?

Le problème, c’est que quand on veut faire exprès d’oublier quelqu’un, c’est de cette personne qu’on se souvient le plus.

Un mot: le contexte.

C’est autour de lui que s’articule toute l’histoire. C’est lui qui modèle tout le comportement d’Haddie qui est complètement différente par rapport à ce qu’on avait vu d’elle avant. Elle a changé du tout au tout depuis la mort de sa soeur. Elle est toujours sûre d’elle mais elle est terrorisée par ses lendemains possibles. Elle est pétrie de contradictions et ce vortex d’oestrogènes dans lequel Beck est emmêlé, nous entraîne également avec eux.

J’ai passé la majorité de ce roman à ressentir de la colère envers Haddie car elle se laisse bouffer par son ombre. Je voulais la secouer, lui dire de laisser les autres prendre leurs propres décisions. Or, dans le même temps, je la comprenais. Je compatissais à ce qu’elle ressentait. Alors, à chaque fois qu’elle rejetait Beck, j’avais mal pour eux deux.

Certains moments viennent émailler le récit, mettant en lumière d’autres aspects de l’histoire, notamment la famille et les amis.

K. Bromberg montre de cette manière que ces éléments nous sont primordiaux, surtout dans des situations spéciales. Celles où on en a besoin plus que d’autres pour nous épauler et nous soutenir. Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce tome, c’est que la romance soit renforcée par ces liens qui peuvent nous unir à d’autres personnes. J’ai été très émue lors de la scène de Danny et de Maddie au cimetière. Je crois que c’est elle qui m’a le plus arrachée de larmes.

Quant à la fin, je dois dire que j’ai eu peur l’espace d’un instant. Un instant où j’ai eu la gorge nouée et où je voyais flou. Les phrases étaient belles et tristes à la fois. Alors, vous n’imaginez pas à quel point j’étais soulagée. Punaise, qu’est-ce que j’ai eu peur! Et, comme si ces montagnes russes ne suffisaient pas, ce qui se joue après nous met le coeur en joie. Oui, en un instant, je suis passée de la tristesse au déni, puis au chagrin et encore après, au soulagement et à la joie.

Vraiment, quel roman!

Comme vous le devinez, Slow flame m’aura donc énormément touchée. J’ai ressenti toute une gamme d’émotions et ce que j’en retire à la fin, c’est que j’ai adoré. C’est un régal de retrouver la plume de K. Bromberg!

Retrouvez mon avis sur:
– Le premier tome: Driven.
– Le deuxième tome: Fueled.
– Le tome 3: Crashed.
– Le tome 3.5: Raced.
– Le tome 4: Aced.
– Le tome 7: Hard beat.

hugo

Publicités

Saga Slow burn, tome 3: Enfin réunis – Maya Banks

couverture

Synopsis:

Zach travaille chez les frères Devereaux. Il passe devant un tableau qui lui rappelle un endroit secret et son amour de jeunesse, Gracie. Il décide de la rechercher et retrouve une femme blessée qui croit qu’il l’a abandonnée toutes ces années. Les ennemis de Zach se servent d’elle pour atteindre Zach. Il doit la sauver et regagner sa confiance et son amour.

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour m’avoir permis de découvrir ce roman.

Ce tome se concentre sur Zach, le garde du corps et ami de Beau. Il était plutôt discret dans les tomes précédents et du coup, je ne m’attendais pas à ce qu’il ait un tome pour lui.

J’ai beaucoup apprécié d’apprendre à le connaître. Zach est une force de la nature. Issu d’une famille aisée, au lycée, il était quaterback et était promis à une carrière professionnelle exceptionnelle dans le football américain. Et puis, il a rencontré Gracie et ses projets se sont centrés autour d’elle et du futur qu’ils imaginaient ensemble. De quatre ans son aîné, leur amour est toujours resté platonique. Romantiques comme ils étaient, ils voulaient attendre d’être mari et femme avant de consommer leur union. Un jour, elle a disparu et il n’a plus jamais été le même.

Enfin réunis? est comme vous vous en doutez, l’histoire de leur réunion qui se fait douze ans après les faits.

C’est également la conclusion de la trame sous-jacente des premiers tomes, liée aux ennemis des Devereaux. A mon grand regret, je dois avouer que je ne sais même plus de quoi est né cet antagonisme.

Si ce tome se dévore comme un petit pain, à l’instar de ses grands frères, j’ai néanmoins des bémols à déplorer.

Tout d’abord, le personnage de Gracie: je n’ai pas adhéré à ses réactions. J’ai trouvé qu’elle était plutôt immature. Cela est peut-être voulu exprès dû au fait que sa mentalité serait coincée douze ans avant mais toujours est-il que j’ai eu envie de la secouer comme un prunier. Elle veut dire qu’elle a avancé mais pour moi, elle n’a pas bougé d’un iota et à partir de là, qu’elle assume un peu ses sentiments au lieu de se braquer et de refuser toute aide, bigre!

Ensuite, la conclusion de la rivalité: à mon sens, elle est trop facile alors que ça fait deux tomes que ça traîne. Il suffit que Gracie arrive et hop, tout est dénoué. J’accepte les happy ends, oui, mais là, je lève les yeux au ciel.

Enfin, le récit était déjà complet en lui-même. Je me disais que pour une fois, on n’avait pas de scène de sexe superflue. Bim, Maya Banks trouve le moyen d’en écrire une qui est à mes yeux, parfaitement inutile.

Trois points négatifs qui font que ce tome n’est pas mon préféré de la saga.

Heureusement, des indices gros comme une maison me font penser que le prochain tome, très certainement consacré à Eliza, devrait pimenter les choses et être mieux.

Retrouvez mon avis sur:
– Le 1er tome: Protège-moi.
– Le tome 2: Sous ta protection.

hugo