Birthday girl – Penelope Douglas

couverture

Synopsis (Traduction par moi):

JORDAN
Il m’a accueillie quand je n’avais nulle part d’autre où aller. Il ne m’utilise pas, ne me blesse pas ou ne m’oublie pas. Il ne me traite pas comme une moins-que-rien, ne me considère pas comme acquis ou ne me fait pas me sentir en danger. Il faut que j’arrête ça. Ca ne peut pas continuer. Un jour, ma soeur m’a dit qu’il n’y a pas d’hommes bons et que si vous en rencontrez un, il est probablement déjà pris. Sauf que Pike Lawson n’est pas celui qui est pris. C’est moi.
PIKE
Je l’ai accueillie car je pensais aider. Elle était supposée cuisiner et faire un peu de ménage. C’était un arrangement facile. Alors que les jours passent, c’est tout sauf facile. Je dois m’empêcher de penser à elle et arrêter de retenir mon souffle quand je la croise dans la maison. Je ne peux pas la toucher et je ne devrais pas le vouloir. Nous ne sommes pas libres d’être ensemble. Elle a dix-neuf ans, j’en ai trente-huit. Et je suis le père de son petit-ami. Malheureusement, ils viennent juste d’emménager sous mon toit.

Mon avis:

Tout d’abord, un mot sur la couverture: n’est-ce pas qu’elle est superbe? Rien que ça et le nom de l’auteure, dont j’avais beaucoup aimé le style dans Punk 57 ont suffi pour que je sache que j’allais lire rapidement ce roman.

Le récit est raconté alternativement par Jordan et Pike.

Lors de leur rencontre, c’est un soir spécial car Jordan fête son dix-neuvième anniversaire. Elle est sortie tôt du boulot et en attendant que son chéri, Cole, vienne la chercher, elle a décidé de se faire plaisir et d’aller au cinéma toute seule pour regarder un film des années 80. Elle y rencontre Pike. Cette séance, c’est une parenthèse dans sa vie pas très drôle car habituellement, elle est stressée par des problèmes d’argent et Cole qui la délaisse, tout occupé à être insouciant comme peuvent l’être les gens de leur âge.

Alors, c’est une vraie surprise quand, à la fin de la séance, ils réalisent que Jordan sort avec le fils de Pike.

Le chapitre suivant marque le début de la cohabitation des trois personnages.

J’avais peur d’avoir affaire à un triangle amoureux. Heureusement, s’il y a bien une chose dans laquelle Penelope Douglas excelle, c’est dans l’art de nous captiver et de nous rendre accro à ses intrigues.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Jordan: elle est forte et indépendante. C’est une battante qui ne se laisse pas abattre par les coups du sort et qui fait tout pour s’en sortir. Elle n’a pas peur de se salir les mains et d’agir. Elle force l’admiration.

Pike n’est pas en reste. Il ne parle pas beaucoup mais il observe et quand on est dans sa tête, on en veut encore. On ne se lasse pas de l’entendre. C’est un homme cérébral qui a oublié ce que c’est que de vivre et qui, au contact de Jordan, réapprend à sourire.

Cole fait figure d’enfant ingrat. Il délaisse sa petite-amie et ses relations avec son père sont tendues. Pourtant, quand on approfondit les choses, on réalise que c’est parce qu’il a été embrigadé depuis son enfance par sa mère et qu’il voit donc son père comme le méchant. Il pourrait être un mec bien mais il est encore jeune et con.

C’est donc facile de voir où ce triangle amoureux nous mène mais là j’ai été incapable de lâcher le roman, c’est grâce au traitement du thème. L’histoire est d’un côté intense car on assiste à la naissance d’une histoire d’amour forte, profonde et authentique. Une histoire comme on aimerait en vivre tous les jours. Une histoire qui nous laisse pantois et rêveur. Une histoire dont on rêverait d’être le héros.

Cependant, elle l’est aussi car c’est un combat qui se joue sous nos yeux. Le coeur contre la raison. Jamais, dans ce genre d’histoires, je n’avais ressenti ce déchirement avec une telle force. Pike et Jordan tombent amoureux l’un de l’autre contre leur gré. Ils combattent ce qu’ils ressentent. Ils souffrent. Cette souffrance devient nôtre. On est pris aux tripes comme si c’était nous. C’est tout simplement fort. C’est … wouaouh!

Alors, vous comprendrez pourquoi j’ai dévoré les pages de ce roman. C’était intense. C’était plein de passion, d’amour, de colère, de tristesse. C’était beau. J’ai franchement adoré ce roman. C’est un voyage mémorable que celui qui lie Pike et Jordan. Un voyage épique qui nous coupe le souffle et qui fait s’élever notre rythme cardiaque. Un voyage que j’ai dévoré de bout en bout et que j’ai envie de refaire immédiatement pour prolonger le plaisir.

Il est donc certain que je le relirai avec toujours autant de gourmandise et que je ressentirai à nouveau toutes ces émotions que Birthday girl a suscitées. J’insiste dessus: j’ai adoré ce roman! C’est un gros coup de coeur!

Du même auteur, retrouvez mon avis sur Punk 57 (Hate to love).

Publicités

Saga The breaking point, tome 2: Dignity (Amour insaisissable) – Jay Crownover

couverture

Synopsis:

Depuis son retour à The Point, Snowden Stark n’a qu’un objectif : éviter les problèmes. Voilà pourquoi il n’a pas réfléchi plus de deux secondes avant de claquer la porte au nez de Noe Lee lorsqu’elle a débarqué chez lui, terrifiée, en implorant son aide. Rien, et pas même le charme fou de la jeune femme, n’aurait pu le convaincre d’intervenir. Sauf qu’aujourd’hui Noe Lee a disparu, et Stark ne se le pardonnera jamais s’il lui arrivait quelque chose. Alors, pour retrouver la seule femme capable de lui retourner la tête, il est désormais prêt à toutes les transgressions. Car il le sait, pour tenter de la sauver, il n’a qu’une solution: s’associer à l’homme le plus dangereux de The Point.

Mon avis:

Dès que j’ai ouvert ce roman, j’ai été hookée! Impossible de m’arrêter. J’étais tellement prise par ce qui arrivait aux personnages que j’étais captivée.

Il faut dire que d’emblée, l’action donne le ton. Nous sommes dans la tête de Noe juste avant qu’elle ne se résigne à demander de l’aide à Snow alors même qu’elle l’a « arnaqué » quelques temps avant. Elle s’est attaquée à un gros poisson et risque de gros ennuis alors, contrairement à ce que l’on pourrait croire, si elle s’adresse à Snow, ce n’est pas pour se tirer d’affaire mais pour faire tomber le poisson avec elle. Rien que cela nous montre à quel point c’est une battante et ça impose le respect.

Puis, nous sommes dans la tête de Snow. Nous comprenons qu’il est perturbé par Noe car elle touche une corde sensible en lui et il ne comprend pas cela. Il est perdu car il fait confiance aux machines. Il n’a pas ou plus l’habitude des relations sociales. Ce n’est pas un ermite mais quelque chose s’est passé qui l’a fait se retrancher du monde extérieur.

Humans were flawed and defective. Computers weren’t. They did what you told them to do and reacted in predictable, expected ways. Computers didn’t break into your house and steal all your stuff. Computers didn’t irritate you and disrupt your precise and orderly life. Computers didn’t expect anything from you.

L’intrigue donc démarre sur les chapeaux de roues avec l’enlèvement de Noe et la quête éperdue de Snow pour la retrouver. Grâce aux flashbacks, nous comprenons donc que Noe et Snowden ont commencé leur histoire en parallèle de l’histoire de Nassir et de Key.

J’ai même pu apprécié la façon dont Jay Crownover nous rappelle les titres de ces deux tomes en nous expliquant leur cause.

There was no denying they all had their own kind of honor and thread of dignity that ran fast and deep.

J’ai du mal à analyser pourquoi ce récit m’a tenue captive. Il y a vraiment tous les ingrédients nécessaires pour cela: de l’action qui tient en haleine, des personnages bien plus complexes qu’on ne le pense, une romance slow-burn qui nous fait rêver, des héros au charme irrésistible…

Finalement, peut-être que la raison pour laquelle j’aime tant la plume de l’auteure tient dans le fait qu’elle nous rappelle à quel point les choses les plus simples peuvent être précieuses.

The things we have to work for are the things we appreciate the most. Nothing that’s handed over without some kind of fight is worth holding onto.

Elle montre que même dans les temps les plus obscurs, il y a une lueur d’espoir. Quelque chose à laquelle nous devons nous raccrocher. Quelque chose qui en vaut le coup.

Et puis… il y a surtout ces personnages qui n’attirent pas notre oeil au premier coup mais qui, dès lors qu’on s’arrête dessus, le retiennent.

En l’occurence, Snow. Son intelligence lui a valu de sacrés ennuis alors il aspire à se fondre dans la masse. Heureusement que Noe est là pour le forcer à sortir de sa coquille car quand il se révèle, il est sacrément charismatique. Du coup, j’ai souri devant la référence à Superman:

I wanted the broken Brainiac back.

Enfin, il y a le récit. Il est riche en rebondissements. Il est moins sombre que celui de Nassir mais il comporte sa part d’obscurité. C’est plus grand et on pourrait se perdre facilement dans le désespoir devant lui mais il est également plus humain. Il comporte plus de contradictions, à l’instar des héros qui le portent. On est totalement absorbé par ce qui se joue devant nous.

C’est ainsi que j’ai dévoré ce tome en moins de deux jours, aboyant sur Chéri quand il me dérangeait dans ma lecture. J’avais envie d’une lecture intense, d’une lecture captivante. J’ai été servie au-delà de mes espérances et c’était génial! J’ai adoré!


Dans la série Bad, retrouvez mon avis sur :
– le tome 1: Amour interdit.
– le tome 2: Amour dangereux.
– le tome 3: Amour coupable.

Dans cette série, retrouvez mon avis sur :
– le tome 1: Honor.