[BD] Niklos Koda, intégrale, tome 1 et 2: Barrio Jesus

couverture

Synopsis :

Quand la diplomatie internationale rencontre la sorcellerie !
Barrio Jesus, un sorcier vaudou, s’est invité en marge d’une délégation sud-américaine. Pour faire capoter les négociations en cours, l’homme envoûte de hauts dignitaires et leur fait commettre les pires atrocités. Heureusement, Niklos Koda fait partie des initiés et il navigue entre ombres et lumières, magie noire et magie blanche. La lutte entre les deux hommes restera dans les annales du mysticisme…

Mon avis:

Je me suis lancée dans cette saga sans savoir de quoi elle parlait et je dois dire que j’ai été surprise et bluffée!

Au niveau de l’histoire, la BD s’ouvre sur un scène qui laisse planer un certain mystère et nous plonge directement dans une ambiance effrayante qui donne le ton.

Nous avons affaire ici à de la magie. De la vraie magie noire qui tue et fait vivre à chacun ses pires craintes. Celle qui fait s’agenouiller les foules et qui fait mourir littéralement de peur. (Oui, comme Barbas dans Charmed).

Mais cette magie n’est pas communément acceptée. Nous sommes dans une société contemporaine, identique à la nôtre. Les gens qui la peuplent sont comme vous et moi, pragmatistes, rationnels, scientifiques. Seuls une poignée d’homme, dont notre cher Niklos Koda y croient et/ou la manient.

Nicklos Koda est à première vue un bellâtre sans foi ni loi qui séduit toutes les femmes autour de lui et qui en joue.

Cependant, il ne faut jamais s’arrêter aux apparences, et encore plus particulièrement dans les livres et BDs. En même temps, j’ai envie de vous demander si vous avez déjà vu un héros moche dans les BDs, vous?

Il s’attache véritablement à ses allié(e)s aussi éphémères soient-elles et fait tout ce qui est en son pouvoir pour toujours faire les choses comme il faut.

A côté de lui, évoluent des personnages assez communs: la chef sévère mais compréhensive et juste, le collègue moralisateur qui ne voit pas plus loin que son nez et qui a besoin d’être dompté, la femme flouée mais digne d’être sauvée…

Même s’ils sont clichés, ils contribuent à soulager un peu le stress qu’on ressent durant toute l’intrigue avec Jesus Barrio, le méchant de ce double tome. Ils sont comme une bulle d’air dans un milieu oppressant. Ils nous font du bien.

J’ai été véritablement impressionnée par le méchant. L’intrigue autour de lui est bien développée et réfléchie. J’ai aimé son réalisme et le côté « Candyman » apporté par l’atmosphère autour de son évocation.

Quant aux graphismes, c’est justement parce que la couverture du tome 11 (Oui, vous avez bien lu. Onze!) m’a tapé dans l’œil que j’ai décidé de me lancer dans cette série.
Les dessins sont agréables et harmonieux. Un vrai plaisir à regarder!

Et puis, même si vous avez raté quelques numéros, les tomes peuvent se lire indépendamment mais sachez qu’il y a une trame d’ensemble, amorcée à la fin de cette enquête donc cette saga promet de nous tenir en haleine longtemps. Enfin, pas trop longtemps j’espère car j’ai bien failli abandonner The mentalist après la troisième saison. Heureusement qu’on a fini par apprendre qui Red John est vraiment pas longtemps après. Comment ça, ça n’a aucun rapport avec la BD?

Publicités

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s