[BD] Elfes, tome 1: Le crystal des elfes bleus

couverture

Synopsis :

Les Elfes d’Ennlya ont été massacrés et tout porte à croire que le forfait a été perpétré par les Yrlanais, une tribu humaine qui entretient des relations houleuses avec ces voisins immortels. Aidée de Turin, un homme, la belle Lanawyn entreprend d’élucider le mystère. Ailleurs, la prêtresse dévoile son destin à la jeune Vaalann : elle est l’élue, celle qui sera digne de contrôler le cristal qui permet de se faire obéir de l’océan.

Mon avis:

Ce premier tome de la saga nous introduit un monde où différentes espèces cohabitent. Les elfes sont des créatures marines qui tentent de maintenir une paix précaire avec les humains, dépeints ici comme assoiffés de pouvoir, têtus et immatures.

Nous suivons l’histoire par l’entremise de deux elfes. Lanawyn enquête sur le massacre des elfes de toute une ville. Tout indique que des hommes en sont à l’origine et cela signifierait donc une guerre ouverte. Quant à Vaalann, elle suit une quête initiatique pour se montrer digne d’une pierre qui apporte le pouvoir.

A priori, ces deux trames n’ont rien à voir l’une avec l’autre mais s’il y a quelque chose à retenir de ce tome, c’est que les apparences sont trompeuses.

On lit ce tome sur deux niveaux. Pour Lanawyn, on a l’impression de lire un policier alors que pour Vaalann, on est dans de la fantasy. Alors, c’est un choc quand ces deux univers se rencontrent.

Si je me suis sentie un peu perdue, ce ressenti s’est vite estompé tellement la lecture de cette aventure est agréable. J’ai vite été absorbé par ce qui arrivait aux deux héroïnes. J’ai en plus, été sciée par le dénouement de cette histoire. Je n’ai rien vu venir. Même en relisant ce volume, je reste surprise.

Le coup de crayon m’a charmée ainsi que la colorisation, très douce et naturelle. Un vrai plaisir visuel.

En conclusion, le Crystal des elfes bleus constitue une bonne introduction au monde des Elfes qui ravira les amateurs et les férus du genre.

The Book of Whispers – Kimberley Starr

Couverture

Synopsis (Sortie le 13 février 2018. Traduction par moi):

Toscane, 1096 après JC. Luca, un jeune aristocrate peut voir des démons invisibles aux yeux des autres mais il doit s’en cacher. Un livre puissant semble être la clé de leur mystère mais il ne peut pas le lire. In Cappadoce, durant une croisade, il rencontre Susan, une fille qui peut déchiffrer le langage codé du livre. Ensemble, ils vont réaliser ce qu’est vraiment leur quête.

Mon avis:

Je remercie Text Publishing pour sa confiance.

L’histoire se déroule dans le contexte des croisades et nous est racontée de deux points de vue.

Luca est le fils d’un comte. Il a été élevé avec son cousin Narlo et doit faire face à la jalousie de celui-ci car il est destiné à hériter d’une grosse fortune. Comme si cela ne suffisait pas, il voit des choses depuis tout petit, ce qui lui a valu d’être « exorcisé ». Et puis, un jour, son père lui fait don d’un livre mystérieux.

Susan a grandi dans un couvent. Sa mère a eu la langue coupée des années auparavant alors Susan fait semblant d’être muette pour ne pas être accusée de sorcellerie. Pas facile d’être la fille d’une sirène.

Leurs chemins se croisent lorsque Luca se joint à son père pour une croisade vers Jérusalem. C’est là qu’un compte à rebours se déclenche. Il leur reste un mois pour déjouer une guerre d’envergure qui se trame dans l’ombre des Hommes. En effet, les démons veulent en profiter pour obtenir ce qu’ils désirent le plus.

Comme vous pouvez le constater, cette histoire fait intervenir le fantastique dans un contexte historique spécifique et qui, surprenamment, s’y prête plutôt bien.

J’ai été convaincue. J’ai pris plaisir à suivre les aventures de Luca et Susan.

Malgré le fait que le personnage de Susan est légèrement ennuyeux et convenu, celui de Luca est plus agréable à suivre.

J’ai préféré ses points de vue car il ne passe pas son temps à s’apitoyer sur lui-même. Il est dans l’action. C’est une tête brûlée et même si cela peut lui jouer des tours d’être autant impulsif, on s’attache à lui.

Autour d’eux, gravitent des personnages et des démons qui ajoutent du piment à l’histoire. Je me suis régalée avec leurs jeux de pouvoirs et leurs complots. L’intrigue m’a tenue en haleine car j’ignorais où elle allait me mener. J’ai été agréablement surprise. On sent que l’auteure s’est bien documentée sur les croisades car elle en décrit les aspects négatifs avec justesse. On s’y croirait.

Le mélange croisades/démons rend donc bien et me fait alors être étonnée que cela n’ait pas été fait avant. J’ai passé un bon moment avec The book of whispers même si j’aurais voulu une fin plus élaborée.