Quadrilogie Devil’s night, tome 3: Kill switch (Dark obsession)- Penelope Douglas

couverture

Synopsis:

Damon Torrance. Un nom qui fait frémir Winter. Depuis qu’elle l’a dénoncé à la police et envoyé tout droit en prison, Winter est hantée nuit et jour par le beau visage de Damon.
Bientôt, il va être libéré.
Bientôt, il aura tout le loisir de se venger de celle qui l’a privé de sa liberté. Car cela fait trois ans qu’il prépare sa vengeance dans l’obscurité de sa cellule ; il connaît tout de Winter et il n’hésitera pas à utiliser chacune de ses failles pour lui faire payer sa trahison…

Mon avis:

Je me demandais comment Penelope Douglas allait traiter l’histoire de Damon au vu du manque total d’empathie dont il a fait preuve dans les tomes précédents.

Ainsi, j’étais curieuse d’être dans sa tête.

La première chose qui m’a marquée, c’est le dépaysement qui s’est opéré en découvrant les premiers chapitres de Kill switch. Il me semblait avoir globalement l’histoire en tête et pourtant, j’ai eu l’impression d’avoir raté un tome. Damon s’est marié à la soeur de Winter, la fille qui l’a envoyé en prison et j’ignorais comment, voilà qu’il se présentait devant ses anciens amis comme si de rien n’était. Déconcertant.

Jusqu’à ce que je réalise qu’une petite ellipse de temps s’est opérée. A partir de là, il n’y avait plus qu’à suivre les protagonistes.

Comme précédemment, des flashbacks émaillent ce roman, nous faisant découvrir Damon à travers le prisme de Winter.

Un Damon enfant fait beaucoup moins peur que celui que nous connaissions jusque-là. Nous découvrons rapidement l’enfance qu’il a eue, ce qui permet de comprendre l’insensibilité dont il fait preuve. On nous dévoile des cartes qui font que notre capital sympathie pour lui remonte.

Dans le même temps, j’ai été captivée par l’intrigue au présent. Il est facile de catégoriser l’histoire comme une histoire de gamins qui grandissent ensemble, se perdent de vue, tombent amoureux, deviennent ennemis et se retrouvent. Dès le début, vous savez que c’est ça. Cependant, là où je suis toujours en haleine, c’est dans le cheminement et ici, il faut admettre qu’on part vraiment de loin. On dirait sincèrement que tout est perdu et que Damon restera à jamais le monstre dépeint jusque-là.

Pourtant…

La plongée dans son passé n’est qu’une étape en fait. Après avoir suscité notre sympathie pour lui, on apprend à le connaître quand il était ado. Quand il se livrait encore même si ce n’était qu’à travers les actes. En fait, Damon est composé de milliers de couches qui le protègent. Il faut avoir le cran de s’y attaquer pour découvrir sa vraie personnalité. Pour autant, ce n’est pas pour cela qu’on tombe amoureuse de lui. Au contraire. Même en le comprenant, même en découvrant qu’il a un coeur derrière toutes ses carapaces, il m’inspire toujours de la crainte. Damon est vraiment le genre de personnage dont il est difficile de capturer et de transcrire l’essence et Penelope Douglas réussit ce pari haut la main!

One pain at a time. So if something hurts, you can make it hurt less by adding more pain?

Paradoxalement, même si Damon continue de me faire peur, j’ai bien aimé cette romance car pour le coup, elle s’inscrit dans l’évolution de Damon. Winter et Damon ne s’en rendent compte que de façon intuitive mais tous les deux, ils se comprennent et c’est pour ça que quand ils souffrent, ce n’est pas à moitié. Ils se font souffrir mutuellement parce qu’ils ne savent pas réagir autrement. Alors, une fois que l’auteure lève enfin le voile et que Damon consent à révéler ses cartes, c’est un grand soulagement qui s’opère. C’est fatiguant d’être toujours en colère! Ca fait juste du bien quand les personnages sont enfin en paix avec eux-mêmes!

Ensuite, l’action nous rappelle qu’il y a des enjeux plus grands que notre bande de héros.

On l’avait oublié mais aucun n’a grandi au pays des bisounours. Aucun n’a eu d’enfance heureuse. En particulier Damon. Alors, quand le passé les rattrape et que des secrets sont révélés, c’est puissant! J’ai été renversée parce les retournements de situations, surtout sur la fin du récit. J’avais deviné la teneur de certains secrets mais pas leurs aboutissants. Alors, j’ai apprécié le fait d’être encore surprise.

Dans le même temps, cela créé l’ouverture parfaite sur Conclave que je suis très impatiente de lire et je suis également très impatiente de voir Will enfin avoir son HEA.

En conclusion, ce tome a réussi à combler mes attentes: j’ai réadmis Damon dans la bande d’amis alors que c’était loin d’être joué et je suis contente de le voir heureux. Ca fait plaisir à lire.

En nota bene, on notera l’apparition de Misha et de Ryen, les deux héros de Punk 57, le roman qui m’a fait découvrir et adhérer à la plume de Penelope Douglas.

Dans cette série, retrouvez mon avis sur :
– le tome 1: Dark romance (Corrupt).
– le tome 2: Hideaway (Dark desire).

Et en parlant de Punk 57, vous pouvez en lire mon avis ici.

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.