Les étincelles – Julien Sandrel

Synopsis (Sortie française le 2 avril 2020):

La jeune Phoenix, 23 ans, a le goût de la provocation, des rêves bien enfouis, et une faille terrible: il y a trois ans, son père, un scientifique, s’est tué dans un accident de voiture en allant rejoindre une autre femme que sa mère.
Depuis, Phoenix le déteste. À cause de lui, elle a abandonné études et passions et enchaîne les petits boulots. Mais un jour, dans un carton qui dort à la cave, elle découvre la preuve que son père se sentait en danger. Ainsi qu’un appel à l’aide énigmatique, écrit dans une langue étrangère.
Et si elle s’était trompée? Et si… la mort de son père n’avait pas été un accident?
Aidée de son jeune frère, un surdoué à l’humour bien ancré, Phoenix se lance à la recherche de la vérité. Mais que pourront-ils, tout seuls, face à un mensonge qui empoisonne le monde?

Mon avis:

L’histoire nous est racontée par plusieurs personnages qui vont chacun à leur manière, contribuer au récit.

Nous faisons d’abord connaissance avec Phoenix. Passionnée de piano, elle a abandonné la pratique de cet instrument à la mort de son père, Charlie, il y a trois ans. Depuis, elle s’est lancée dans des études en biologie et travaille à temps partiel comme femme de ménage.

Son petit-frère, César, dix-neuf ans, est un athlète féru de boxe et geek à ses heures perdues. Doté d’un sens de la répartie et d’une humeur joviale, il est très proche de sa soeur. Ce n’est d’ailleurs par son séjour à Amsterdam qui l’empêche de se révéler un précieux allié pour Phoenix.

Leur mère, Marianne, est dans une dépression terrible depuis la mort de Charlie et ne vit que pour ses enfants.

Sandra, la mère de Charlie est une grand-mère pétillante et pleine de vie à qui on ne la fait pas. Quand on voit comment elle interagit avec sa famille, on ne peut que la prendre en affection.

Il vit encore au fond de tes yeux, dans les intonations de ton frère, dans les rides de ta mère, dans mes os, dans ma chair, partout. Il suffit d’un souffle de vent, d’un parfum de glace, d’un rire d’enfant, pour que mon vieux coeur se disloque.

Tous ont survécu tant bien que mal à la mort de Charlie, qui a fait une sortie de route mais les dégâts sont là. Alors, quand Phoenix découvre qu’il y a peut-être anguille sous roche derrière cette mort, elle saute sur l’occasion afin d’en avoir le coeur net. C’est ainsi que nous suivons une enquête aux ramifications mondiales. Une enquête qui trouve étrangement un écho dans l’actualité contemporaine et dont on ne peut s’empêcher de faire des amalgames.

En effet, avant de mourir, Charlie enquêtait sur les effets d’un produit utilisé dans l’agriculture mondiale. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser au fameux produit phare de Monsanto et dès lors, j’ai été captivée par le récit.

Le roman nous emmène aux quatre coins du monde et nous montre les coulisses de l’industrie. Il nous montre comment un produit dangereux, porté par une entreprise peu scrupuleuse, peut avoir des conséquences dans notre monde sans qu’il n’y ait véritablement d’opposition et c’est glaçant. Je suis horrifiée par la manière dont un produit peut être introduit dans notre quotidien alors même qu’il comporte des risques. Je suis horrifiée par la manière dont notre destin ne compte pas face au capitalisme.

Ce roman est un hommage aux lanceurs d’alerte car ils démontrent énormément de courage pour oser dénoncer une machine très bien huilée. Cela m’a fait me demander ce qu’il était advenu de certains d’entre eux car maintenant que la vie a repris ses droits, nous n’entendons plus parler d’eux.

Les étincelles incite à la réflexion. On revoit le sens de la vie grâce aux héros. On revoit aussi la manière dont on considère les médias et on pense aux héros ordinaires, à toutes ces personnes qui ont voulu prévenir du danger mais qui se sont tues, par choix ou non.

J’ai dévoré ce roman en une journée et j’ai passé un très bon moment avec. Sous ses airs de roman YA, il m’a tenu captivée du début à la fin et je dois dire que j’ai regretté de voir la fin arriver aussi vite. Je serais bien restée plus longtemps aux côtés de Phoenix pour savoir ce qu’elle va devenir.

2 commentaires sur « Les étincelles – Julien Sandrel »

  1. Je me le note 🙂 En particulier pour ce que tu dis à propos des personnages, le reste m’intrigue mais je pense que je vais accrocher aux protagonistes.

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.