Lectio Letalis – Laurent Philipparie

cover

Synopsis:

Paris. Un assistant d’édition tout juste embauché se tranche les veines à la lecture du premier manuscrit qui lui est confié. C’est la troisième fois, en quelques semaines, que le même scénario-suicide se produit dans cette maison d’édition.
Bordeaux. Le lieutenant Gabriel Barrias, ancien indic devenu flic, enquête sur l’assassinat atypique d’un psychiatre massacré par un rapace, dans son cabinet, en pleine consultation.
Deux affaires éloignées en tout point, et pourtant. Un nom apparaît des deux côtés. Celui d’Anna Jeanson, qui fut, dix ans plus tôt, l’unique survivante d’un suicide collectif survenu dans une secte dressant des animaux à tuer.
Un livre et des oiseaux qui tuent, personne ne pourrait y croire. Mais sous la plume de Laurent Philipparie, capitaine de police, tout est si vrai que c’en est effrayant.

Mon avis:

Je remercie les éditions Belfond pour leur confiance.

Le synopsis m’a rappelé Le livre sans nom de l’auteur Anonyme et j’étais curieuse de voir comment ce thème pouvait s’expliquer et être traité. Le premier chapitre donne immédiatement le ton de l’histoire. Nous sommes dans la tête d’un assistant d’édition alors qu’il s’apprête à lire un ouvrage envoyé à son chef. Quel n’est pas notre effroi lorsqu’à la fin de sa lecture, il se suicide devant nos yeux. Pas d’explication. Juste de l’action et c’est un choc.

Là, votre attention est entièrement captivée et tournée vers la suite. Nous changeons de narrateur pour faire la connaissance de Gabriel. Ancien caïd parisien, le hasard l’a fait entrer dans la police et il est obsédé par les sectes depuis qu’il s’est retrouvé dans une enquête sur un suicide collectif qui a été dissimulé au public. L’affaire a été étouffée mais il n’a jamais oublié sa rancoeur et son dégoût vis-à-vis de la manière dont les politiques ont joué de leurs ficelles dans ce scandale.

Il s’est donc établi à Bordeaux et s’est construit un nouveau quotidien pour évacuer ses frustrations. Ses actes frôlent souvent la limite de la légalité mais c’est un bon gars. On ne peut que l’apprécier.

Lorsqu’il rencontre Anna, c’est une suspecte de prime abord. Rescapée d’un suicide collectif et amnésique, son psychiatre a été tué d’une façon horrible.

Sauf que les apparences ne sont jamais ce qu’elles semblent. Ils vont tous les deux mener une quête palpitante pour dénouer cette affaire qui les réunit sans qu’ils ne le sachent et nous, nous sommes pris dans cette intrigue haletante dont les rebondissements ne cessent jamais de nous laisser bouche bée. L’histoire verse dans l’ésotérisme par certains aspects mais ce que j’ai aimé, c’est qu’elle reste toujours le plus rationnel possible. Les théories énoncées par les personnages sont plausibles et à partir de là, j’étais toujours plus intéressée et impatiente de connaître la suite. Quelquefois, l’histoire était telle que, comme dans un Dan Brown, je ne savais plus où était la frontière entre réalité et fiction. Je ne savais plus ce qui était inventé et ce qui était un fait réel. Et le pire, c’est que cela ne me dérangeait même pas. C’était plutôt agréable de se laisser mener et de suivre l’action.

En parallèle, l’auteur nous montre comment les politiques peuvent prendre la main sur les affaires et nous rappelle que la Justice n’est au final qu’une affaire d’Hommes. Elle est censée être servie par eux mais en réalité, elle sert leurs intérêts. Laurent Philipparie nous incite à la réflexion tout en nous servant une action et un suspense qui nous tient captifs. C’est vraiment un excellent récit qui ne teinte pas ses héros d’une auréole et d’un masque infaillible. On s’identifie aux personnages car ils sont comme nous. Ils peuvent également commettre des erreurs, se laisser gouverner par leurs émotions… Ce sont des personnages qui nous touchent car on pourrait être eux. On s’attache donc à eux et c’est pour ça que l’histoire nous embarque avec eux.

J’ai adoré suivre cette histoire. J’ai été tenue en haleine et incapable d’en décrocher, c’était génial!

Lectio Letalis plaira aux amateurs de romans d’action mais également à ceux de romans ésotériques à la manière de Dan Brown et quand je dis ça, c’est un compliment. J’ai passé un super moment avec ce livre et j’espère retrouver la plume de l’auteur rapidement.

Publicités

8 commentaires sur « Lectio Letalis – Laurent Philipparie »

  1. J’étais intriguée par ce livre mais je ne suis pas fan des derniers romans de Dan Brown (ceux avec Langdon ou je ne sais plus comment il s’appelle) alors je ne suis pas certaine que cela soit pour moi

    1. Pourquoi tu n’en es pas fan ? Parce qu’ici, y a quand même des différences. Déjà, le héros n’est pas prof donc il passe pas son temps à donner des cours d’ histoire. Il est plus dans l’action 😊

      1. Disons que si tu le compares à Dan Brown en référence à ses livres Deception Point ou Forteresse Digital alors je peux aimer celui-ci. Mais si c’est en référence à la série avec Robert Langdon (où l’histoire et la religion sont très présentes) alors ce n’est pas pour moi car ce sont des thématiques qui m’attirent peu. J’ai lu et apprécié Da Vinci Code mais je n’ai pas réussi à lire le suivant que j’ai abandonné.

        1. Alors, en réfléchissant: l’histoire de celui-ci ne fait pas du tout référence à la religion. En fait, elle frise avec le surnaturel mais elle n’est expliquée que par des aspects rationnels. Je n’ai pas lu Deception point, c’est le seul qui me reste à lire de Dan Brown mais j’ai lu Forteresse Digitale. Là où celui-ci met en exergue les technologies modernes, Lectio Letalis se concentre sur le pouvoir des mots et sur l’hypnose. Il y a un tout petit peu d’histoire mais c’est secondaire dans le sens où ça remonte seulement à 10 ans avant donc à mes yeux, c’est même pas de l’histoire.
          Les points positifs de ce récit pour moi sont le fait qu’il y a un côté enquête sans tomber dans le polar (alors que c’est écrit par un flic) et puis la manière dont les évènements s’enchaînent. C’est comme regarder un film d’action. En fait, juste pour te faire une idée, il faudrait que tu lises le 1er chapitre. Il donne directement une idée de ce que tu liras tout le long du livre

          1. Merci beaucoup pour toutes ces précisions 🙂 Je vais me le garder dans un coin de la tête alors car effectivement il pourrait me plaire. Tu as l’art de vendre un livre 😀

          2. Ce n’était pas le but 😛 Je voulais surtout détromper l’image que tu te faisais de ce roman et que tu saches ce que c’est vraiment mais si en plus, ça a réussi à te donner envie, alors c’est que du plus 🙂

          3. Je sais t’inquiètes. Mais je me garde ce roman dans un coin de ma tête 😉 Un grand merci à toi d’avoir corrigé mon image sur lui!

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.