Capitaine Rosalie – Timothée de Fombelle

couverture

Synopsis:

Alors que son père est à la guerre, Rosalie se lance dans une mission secrète.
Hiver 1917. Rosalie a cinq ans et demi. Son père est au front et sa mère travaille à l’usine. Alors, même si elle n’a pas encore l’âge, Rosalie passe ses journées à l’école, dans la classe des grands. On croit qu’elle rêve et dessine en attendant le soir. Mais Rosalie s’est fabriqué une mission, comme celles des véritables soldats. Elle est capitaine et elle a un plan.

Mon avis:

Je remercie Gallimard pour leur confiance.

J’ai craqué pour la couverture de ce petit roman. Le dessin est mignon comme tout et les couleurs, épurées, attirent l’oeil: elles dégagent une douceur innocente entâchée.

A la lecture des pages, c’est exactement le ressenti que j’en retiens. Capitaine Rosalie est le récit de la perte de l’innocence. C’est la fin progressive d’une enfance heureuse. Un drame qui nous touche en plein coeur et qui nous émeut forcément.

Rosalie, l’héroïne de cette histoire, est une petite fille dont le père est parti à la guerre. Pour autant, elle ne sait pas encore ce que cela implique car évidemment, les adultes font tout pour la préserver. Lorsqu’elles reçoivent des courriers de son père, comme elle ne sait pas lire, c’est sa mère qui lui fait la lecture mais Rosalie n’est pas dupe. Elle se doute qu’il y a anguille sous roche, d’autant plus que la longueur des histoires que sa mère lui raconte ne coïncide pas avec celle des lettres.

Malgré un ton d’abord naïf et drôle, attendrissant, l’atmosphère du récit glisse rapidement dans le drame. Nous sentons poindre une noirceur qui nous attriste.

Alors, quand la conclusion de l’action vient, même si on s’y attendrait, on en retient un sentiment de tragique. C’est raconté de la même manière qu’un conte mais ça se finit abruptement. Nous n’aurons pas de happy end parce que la guerre se termine rarement en happy end. L’héroïne est une enfant mais elle ne sera jamais plus heureuse et c’est parce que c’est une enfant qu’on est d’autant plus touché en plein coeur.

Capitaine Rosalie émeut et attendrit. A l’approche de l’hiver, c’est une lecture de saison car elle nous nimbe dans une morosité, une sorte de mélancolie dont on ressort avec des larmes aux yeux.

Elle me touche en terme de tristesse mais surtout, c’est une lecture réaliste et, en fin de compte, adulte malgré un support qui parle aux plus jeunes. Ce livre est à mettre dans les mains des enfants si vous voulez aborder ce sujet avec eux avec pudeur, sans tomber dans la violence.

Publicités

2 commentaires sur « Capitaine Rosalie – Timothée de Fombelle »

    1. Pour l’instant, ce n’est que le 2eme roman que je lis de lui mais effectivement, ca a été de bonnes lectures. Concernant celle-ci, je pense que je dessin y est pour beaucoup, notamment pour transcrire l’atmosphère de l’histoire. Tout à coup, ce n’est plus une simple histoire. On est dedans car on voit cette petite et on veut juste la protéger

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.