Trilogie Bad, tome 1: Amour interdit – Jay Crownover

couverture

Synopsis:

Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé.
Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax.

Mon avis:

Ce premier tome est raconté alternativement par Bax et Dovie.

Bax vient de sortir de cinq ans de prison qui l’ont endurci encore plus qu’il ne l’était déjà et désormais, il est à la recherche de son meilleur ami, Race, qui a mystérieusement disparu. La-dessus, intervient Dovie. C’est la petite-soeur de Race et elle est morte d’inquiétude pour lui car il s’est foutu dans des histoires pas possibles. Il est recherché par tous, en particulier par la mafia locale et donc, il risque gros et ses proches pourraient bien en payer le prix fort.

Bad nous plonge dans un monde brut de coffre. Quand je le lisais, j’imaginais presque comme décor celui des scènes policières des années 90 avec les sirènes et les bruits urbains accompagnant l’action.

Si au début, Bax m’a prise au dépourvu avec ses allures de gangster, j’ai franchement aimé le caractère de Dovie. C’est une battante. Elle n’a pas froid aux yeux et c’est ce qu’il faut pour contrer quelqu’un comme Bax. Leurs interactions sont passionnées à l’instar des personnages qui les portent.

C’est pour cela que plus l’histoire avançait, plus l’enquête de Bax m’interpelait. Je ne m’attendais pas à jouer les Sherlock Holmes avec la disparition de Race mais c’est une bonne surprise.

Jay Crownover renouvelle son style avec panache. Elle sait comment me captiver une nouvelle fois.

La fin de l’histoire m’a complètement retourné le cerveau avec les révélations faites. Je n’ai pas vu venir le twist final concernant le personnage de Novak. C’était bluffant!

J’ai été happée au point d’avoir la gorge nouée quand Bax montre ce qu’il est prêt à faire par amour. Ce moment reste l’un des plus beaux qu’il m’ait été donné de lire.

Ainsi, Amour interdit est un très bon premier tome qui m’a donné envie d’en lire plus sur les héros de cette trilogie. Je lirai donc la suite avec plaisir.

4 réflexions sur “Trilogie Bad, tome 1: Amour interdit – Jay Crownover

  1. J’avais aimé sa série sur le tatoueur, on ressentait drôlement bien les sentiments des personnages. Mais j’ai très peur d’être déçue par celle-ci qui m’inspire moins.

    • J’avais la même peur, surtout en sachant que cette série a été écrite bien avant celle des tatoueurs. Mais finalement, ça passe bien. Je préfère quand meme l’autre saga mais on retrouve déjà là, les ingrédients qui font mouche avec cette auteure

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s