Série Aerial ethereal, tome 2: Infini – Krista et Becca Ritchie

Synopsis:

« N’aie pas une fille comme meilleure amie », c’était le conseil de mon cousin le plus âgé. Je ne l’ai pas écouté parce que c’était suivi de « les amis ne couchent pas ensemble et tu voudras coucher avec elle. » Mon cousin aurait dû me dire qu’être meilleurs ami avec Baylee Wright — depuis qu’elle avait douze ans — serait la meilleure et la pire décision de ma vie. Il aurait dû me dire de la protéger de ce qui arriverait. Qu’il n’y aurait pas de filet de sécurité. Maintenant que j’ai été engagé dans le même spectacle que Baylee, nous travaillons ensemble pour la première fois depuis des années. Et elle me dit qu’elle a des problèmes dans une certaine partie de sa vie, à cause de notre passé.
“Tu peux m’aider à les régler,” me dit-elle en me tendant une liste.

Mon avis:

J’avais adoré le premier tome pour la poésie et la passion qui s’en dégageaient alors j’étais très impatiente de découvrir ce tome qui a pour héros Luka, un des jeunes frères de Nik.

Encore une fois, j’ai été complètement happée dès les premières pages.

Le ton qui se dégage de cette histoire est complètement différent. Ici, nous avons un sentiment de tragédie. La passion est toujours au rendez-vous. Le récit se passe toujours dans le milieu du cirque et Luka est aussi passionné que son frère. Cependant, quand on est dans sa tête, on sent clairement qu’il y a quelque chose de plus important. De la souffrance.

On a connu un Luka kleptomane et il est toujours là. Mais la plongée dans ses pensées et dans son quotidien nous font réaliser qu’il vit avec un mal-être permanent et que celui-ci est profond. Ce sont des petits signes. Sa manie de voler des choses qui n’ont aucune importance pour lui, son détachement vis-à-vis de son métier, sa colère envers certaines personnes, son indifférence par rapport à l’autorité… et des actions qui parlent pour lui. Luka est un être nettement plus complexe et profond qu’il n’y paraît. Alors, même s’il ne dégage pas le magnétisme de Nik, on se prend d’affection pour lui. Il ressent tout jusqu’à la moindre fibre de son être.

Contrairement à l’histoire de son frère, ici, la romance prend une place primordiale par rapport au reste. Quand on y réfléchit, ça a du sens. Pour Nik et Thora, le cirque passe avant tout tandis que pour Luka et Bay, leur passé fait que le cirque a perdu de la prestance. Désormais ils oublient les limites qu’on veut leur imposer. Eux qui s’effacent toujours au profit des autres, ont envie d’être un peu heureux et on ne peut que les comprendre.

Ainsi, quand on les voit lutter contre l’expression de leurs sentiments, quand on les voit souffrir, on comprend pourquoi ils agissent ainsi et on ressent toute la contradiction qui les tenaille.

Ils s’aiment, c’est clair comme de l’eau de roche. Mais leur devoir passe avant tout. Mais c’est horrible de ressentir tout cela. On souffre pour eux, pour tout ce qui s’oppose à leur bonheur. Ce roman pose la question du devoir avant l’amour. Amour Amour posait celle de la passion avant l’amour et on ne ressentait pas véritablement le combat tant il était évident que les deux peuvent se concilier. A partir de là, on se concentrait sur la poésie, sur la beauté des actes et le magnétisme qui s’exerce entre les héros. Ici, on ressent le combat. C’est intense.

En parallèle, plusieurs thèmes sont abordés et ceux-ci donnent également matière à réfléchir. Bien qu’on ne s’appesantisse pas dessus, leur impact est profond et n’ajoutent qu’en profondeur à la dimension de ce roman qui est décidément bien plus sombre que son prédécesseur.

On s’attache énormément à Luka car il n’est pas épargné par la vie. Plus encore, on s’attache à tous ces Kotova parce que le lien entre eux, la camaraderie et leur complicité nous émeuvent. Ce roman est un bel hommage à la famille et nous montre qu’unis, on peut tout surmonter.

Il est possible qu’il y ait d’autres tomes derrière. Les auteures n’ont pas fermé cette porte. Si jamais c’est le cas, je serais très curieuse d’en lire plus sur Sergei et sur Dimitri. Girls, if you hear me….

En conclusion, j’ai dévoré ce roman encore plus rapidement que je ne l’avais prévu. Une fois ouvert, il m’a été totalement impossible de m’arrêter. Je ne ressens pas de coup de coeur tellement il a été intense mais justement, il inscrit définitivement la saga dans les lectures que je relirai avec plaisir de nombreuses fois encore.

Retrouvez mon avis sur le premier tome: Amour Amour.

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.