[BD] Trilogie Kamarades, tome 1: La fin des Romanov

couverture

Synopsis:

Petrograd, début 1917. Ania et Volodia se sont rencontrés au coeur de l agitation révolutionnaire qui secoue la ville, et sont instantanément tombés amoureux. Mais, en dépit de leurs sympathies communes pour la révolution, tout les sépare. Lui est un simple soldat cosaque sorti du rang, elle est en fait la princesse Anastasia Romanova, fille du tsar… En ces temps troublés, leur route va croiser celle d un autre militant, personnage trouble dont ils ignorent qu il va jouer un rôle décisif dans les événements : Joseph Vissarionovitch Djougachvili, alias Staline.

Mon avis:

J’ai lu cette BD sur les conseils d’Avalon. Il faut dire que c’est rare qu’elle me recommande ce genre d’ouvrages et puis l’histoire des Romanov est un thème historique qui m’interpelle donc je n’ai pas hésité.

La première chose qui m’a frappé, c’est le graphisme. Le coup de crayon est sympa comme tout et a une part d’originalité dans le coup de crayon. J’ai eu l’impression à de nombreuses reprises d’avoir un artbook sous les yeux. Comme si j’avais le premier jet d’un dessin, non retravaillé.

Cette impression a été renforcée par la colorisation, somme toute assez épurée mais lorsqu’il y a des touches de rouge, cela donne une intensité à l’action.

Entrons dans l’Histoire.

D’un côté, nous avons Volodia. Soldat révolutionnaire, il milite pour la liberté. C’est une bonne recrue. Il est aimé de ses pairs et humainement parlant, c’est un bon gars.

De l’autre côté, il y a Staline.

Je ne suis pas connaisseuse de l’Histoire de la Russie alors pour moi, c’était une grande surprise de le voir apparaître là. C’est là que je me suis rendue compte que même si Disney a glamourisé l’histoire d’Anastasia, il n’en reste pas moins qu’il y a de vrais faits derrière, des vraies personnes derrière la fiction.

Staline est celui par qui la vie de Volodia est modelée pour se conformer à ses aspirations. C’est un opportuniste qui profite de ses semblables pour en tirer le plus d’avantages possibles et la raison pour laquelle cette BD m’a touchée, c’est la romance entre Volodia et Anastasia.

Bien qu’elle ne soit pas mise en avant, elle est au contraire plutôt en arrière plan, ma curiosité a été titillée pour eux deux. J’ai eu une impression d’épopée. C’est comme si je lisais le récit de deux âmes reliées par un destin hors normes, sentiment qui a été accentué par les ellipses de temps.

J’ai vraiment beaucoup aimé l’air de film qui se dégageait alors de l’action et de la narration.

La fin de ce premier tome se termine sur un horrible cliffhanger qui donne irrésistiblement envie de trouver la suite et vous pouvez être sûrs que je la lirai très rapidement!

Publicités

2 commentaires sur « [BD] Trilogie Kamarades, tome 1: La fin des Romanov »

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.