[BD] Culottées, tome 1

couverture

Synopsis :

Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés.

Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

Mon avis:

Cela faisait longtemps que j’avais entendu parler de Pénélope Bagieu alors quand j’ai entendu parler de cette BD et constaté qu’elle recueillait des critiques plutôt élogieuses, j’ai su que j’allais craquer.

Ainsi, ce premier tome nous fait découvrir des femmes méconnues ou mal connues qui ont apporté une contribution notable à l’Histoire.

J’ai souri dès la première histoire car même si je viens de Lorraine, je ne connaissais pas Clémentine Delait. Après avoir demandé autour de moi à des Vosgiens pure souche, l’ignorance était la même. Et pourtant, une femme à barbe dans cette région, on penserait que cela ferait beaucoup parler et longtemps.

Mais nous ne sommes pas que dans un registre loufoque. Avec les Mariposas, par exemple, nous entrons dans l’Histoire avec trois soeurs qui ont tenu tête à un dictateur et qui ont subi des actes affreux sans laisser ceux-ci les inciter à reculer. Ces héroïnes m’ont marquée et suscité mon admiration car au vu de l’époque et du contexte dans lesquels elles vivaient, leur courage était exemplaire.

L’Histoire n’est pas faite que de combats et de guerres. Elle s’est construite également sur les aspects sociaux, nous plongeant ainsi dans l’intimité de Christine Jorgensen, née George et qui a participé à faire connaître les transgenres ou alors par le biais de la culture populaire. Je pense à Margaret Hamilton dont le nom ne vous dit rien mais si je vous montre une photo du rôle le plus notable qui a propulsé sa carrière, je suis certaine que vous vous exclamerez « ah mais oui, c’est elle! »

Avec cette collection d’histoires aux longueurs plus ou moins égales, c’est toute une épopée qui se joue devant nous. On a l’impression de vivre un voyage du passé vers aujourd’hui et on ne peut, en fermant ce livre, que rester songeur devant toutes ces choses qui sont évidentes pour nous mais pour lesquelles des gens se sont battu. A l’heure actuelle, je trouve donc Culottées absolument nécessaire et à mettre entre les mains de toutes les filles du monde.

Publicités

[BD] 14-18, tome 1: Le petit soldat (Août 1914)

couverture

Synopsis :

1er août 1914. Louis, Jacques, Maurice, Armand, Denis, Arsène, Pierre et Jules sont mobilisés. Huit amis, âgés d’une trentaine d’années, issus de la même petite ville et affectés dans le même régiment d’infanterie. Ensemble, ils découvrent les premiers combats, les premiers doutes et les premiers ordres.

Mon avis:

N’étant pas particulièrement attirée par ce qui a trait à la Première Guerre Mondiale, je n’ai donné sa chance à cette BD que pour un nom, celui de Corbeyran, que j’ai découvert avec le Chant des Stryges et je m’en félicite!

Ce premier tome nous introduit huit personnages, huit hommes que l’on va suivre durant ce qui devait être une guerre-éclair. Lorsque l’action commence, nous sommes dans leur village natal, avant leur départ. Ces hommes sont en train de s’amuser à une fête foraine avec leurs compagnes et à travers ces quelques pages, pleines de bonne humeur, nous assistons à des morceaux de vie « normaux », dirons-nous. Ils ne sont pas exempts de drames mais lorsqu’on sait ce qu’ils vont vivre, on lit ces pages avec un sentiment de nostalgie. On est triste pour eux.

Ils ont grandi ensemble. Ils ont usé leurs pantalons sur les mêmes bancs de l’école, ont aimé les mêmes femmes. Certains ont été les témoins de mariage des autres mais tous vont vivre la guerre de la même manière.

Lorsqu’ils partent, on retrouve bien ce sentiment communément connu comme quoi, ça ne sera pas pour longtemps. Lorsqu’on lit ce jeune homme qui répond à sa mère, concernant l’université, qu’elle n’a pas de souci à se faire, qu’il sera revenu bien avant la rentrée, on a le coeur qui se serre pour lui.

Mais 14-18, c’est plus qu’une guerre. C’est aussi des hommes qui ont dû faire avec ordres stupides donnés par la hiérarchie et qui n’avaient pas le choix. Je n’avais jamais réfléchi à cet aspect mais Le petit soldat m’a fait réaliser que certaines choses auraient pu être faites autrement.

Ainsi, j’ai été conquise par ce premier volume. J’ai bien accroché aux personnages et à la manière dont l’histoire est présentée. J’ai donc très hâte de lire la suite.

Du même auteur, retrouvez mon avis sur Le chant des stryges.