Trilogie Stone rider, tome 1 – David Hofmeyr

couverture

Synopsis:

Adam Stone veut la liberté et la paix. Il veut une chance de s’échapper de Blackwater, la ville désertique dans laquelle il a grandi. Mais, plus que tout, il veut la belle Sadie Blood.
Aux côtés de Sadie et de Kane — un Pilote inquiétant —, Adam se lance dans le circuit de Blackwater, une course à moto brutale qui les mettra tous à l’épreuve, corps et âme.
La récompense? Un aller simple pour la Base, promesse d’un paradis. Et pour cette chance d’une nouvelle vie, Adam est prêt à tout risquer…

Mon avis:

Je remercie les éditions Gallimard Jeunesse pour ce partenariat ainsi que Babelio pour avoir organisé cette Masse Critique.

Après avoir eu des coups de coeur énormissimes tels que Simon vs the homo sapiens agenda ou Driven 2, il faut dire ce qui est; je m’attendais à ce que ma prochaine lecture soit ou dans ma même lancée ou décevante. J’ai donc lu Stone Rider avec une appréhension évidente.

Nous suivons Adam, un jeune biker qui s’inscrit dans une course contre la mort motivé par plusieurs choses: la mort de son frère Frank, causé par Levi Blood, fils du grand manitou du coin, la volonté de se venger et enfin, l’espoir d’une meilleure vie car celui qui gagne la course gagne un ticket pour la Base, un endroit qui semble a priori situé dans l’espace.

Nous avons donc une dystopie classique. Une société cauchemardesque, un enjeu essentiel: la survie, des obstacles semés dans le seul but de tuer, des tribus effrayantes…

Le problème, c’est que j’aurais bien voulu savoir d’où est née cette société même si j’ai ma petite idée grâce à quelques indices laissés par l’auteur. De plus, je n’ai pas spécialement eu d’affinités avec Adam. Je ne me suis pas reconnue dans son raisonnement et à partir de là, je suis restée une spectatrice passive.

En outre, sa manie de perdre connaissance aux moments les plus cruciaux m’a quelque peu agacée même si je concède que ce n’est pas de sa faute mais j’ai été tout de même frustrée, ignorant ce que l’auteur veut faire avec la somme de ces éléments.

Au niveau de l’histoire, elle se lit sans problème. Néanmoins, quelques coquilles m’ont gênée (erreur de traduction?) , comme le faire de lire « békanes » au lieu de « bécanes ». J’ai passé tout le livre à me demander si cette orthographe était une erreur ou sciemment choisie et si oui, ce qu’elle pouvait signifier.

En conclusion, ce premier tome est divertissant mais sans plus. Comme je le disais en préambule, la lecture qui suivait les deux dernières que j’ai eues ne pouvait qu’être un coup de coeur ou sinon, ça ne passait pas et là, c’est tombé sur Stone rider.

Mais je le rappelle. Objectivement, Stone rider est quand même pas mal dans son genre. C’est une lecture fluide et sympathique.

logoGallimard

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s