They both die at the end (Et ils meurent tous les deux à la fin) – Adam Silvera

couverture

Synopsis:

Le 5 septembre, un peu après minuit, les services de Death-Cast appellent Mateo Torrez et Rufus Emeterio pour leur annoncer une bien mauvaise nouvelle : c’est aujourd’hui qu’ils vont mourir.
Mateo et Rufus ne se connaissent pas, mais, pour des raisons différentes, ils cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour final. La bonne nouvelle ? Il existe une appli pour ça ! L’appli s’appelle « Le Dernier Ami », et grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.

Mon avis:

Le concept du roman est particulier car il nous plonge dans une société où vous pouvez être recevoir un appel à tout moment vous prévenant de l’imminence de votre mort. C’est ce qui arrive à Rufus et Mateo. Ils ont moins de vingt-quatre heures à vivreet uks vont se rencontrer grâce à une application.

J’ai mis du temps à entrer pleinement dans dans le récit car il nous faut suivre beaucoup de personnages d’un coup. De plus, l’écriture d’ Adam Silvera n’a pas aidé à susciter mon empathie car il y a une sorte d’humur qui nous fait rester en retrait.

Mais la magie a enfin pris.

Mateo est introverti. Il a passé toute sa vie à avoir peur du regard des autres et il s’est donc empêché de vivre pleinement. Son plus grand regret, c’est de ne pas parler une dernière fois avec son père qui est dans le coma depuis deux semaines.

Rufus a perdu toute sa famille dans un accident de voiture. Il vit donc en foyer d’accueil avec les Plutons, sa bande de meilleurs amis et complices.

Entre Rufus et Mateo, c’est tout un monde qui les sépare. Habituellement, on ne les verrait même pas se croiser. Rufus nous évoque les caïds de la rue et Mateo, un geek dégingandé qui ne sait pas quoi faire de son propre corps.

Mais, parce qu’ils se sont bien trouvés, leur seule et unique journée ensemble comptera.

Ce roman n’est pas un roman de science-fiction. C’est un récit initiatique qui nous rappelle de profiter de chaque instant avec ceux qu’on aime. Cette leçon est d’autant mise en relief par le biais de Deirdre et de son cri désespéré. Quand j’y pense, je ne voudrais pas avoir gaspillé mes dernières heures dans des considérations sans importance.

A l’instar de Rufus et de Mateo, je voudrais avoir été heureuse quand je m’endormirai.

La fin de They both die at the end nous rappelle à notre propre mortalité. Elle est triste et belle à la fois. C’est le genre de fin abrupte qu’on attendait en même temps. Elle me marque car elle reste tragique. Elle est pleine de drames et dans le même temps, on se prend à espérer que nos héros sont bien réunis. C’est une belle leçon de vie que ce roman. Pas un coup de coeur mais un enseignement qui touche et émeut.

Publicités

4 commentaires sur « They both die at the end (Et ils meurent tous les deux à la fin) – Adam Silvera »

    1. C’est tellement triste. Le seul truc qui me console, c’est de penser que Rufus ne souffre pas trop longtemps et qu’il meurt en souriant grâce à ses vidéos et photos

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.