Nos vies en l’air – Manon Fargetton

couverture

Synopsis:

Mina et Océan. Ces deux-là se rencontrent par hasard ce soir sur le toit-terrasse d’un immeuble. Ils ont choisi le même spot pour en finir. Ils décident de s’accorder la nuit pour faire, ensemble… tout ce qui leur passe par la tête, en se disant toujours la vérité. Où cela va-t-il les entraîner?

Mon avis:

J’ai lu ce roman uniquement pour son auteur, Manon Fargetton, dont j’ai eu le coup de coeur pour son roman Dix jours avant la fin du monde il y a quelques mois.

J’ai donc ouvert les pages sans savoir ce qu’elles contiendraient et c’est ainsi que j’ai fait la rencontre de Mina et d’Océan alors qu’ils se tiennent au bord d’un pont. Tous deux ne se connaissent pas. C’est le hasard qui les a réunis à cet endroit. La seule chose qui les rapproche, c’est leur volonté commune d’en finir avec la vie. Mais… à force de parler, un jeu commence. Celui-ci n’est pas sans rappeler le film Jeux d’enfants.

En effet, ils décident de passer la nuit ensemble dans les rues de Paris et chacun son tour, ils décideront de leur activité. Là où j’ai inéluctablement pensé au film que je cite plus haut justement, c’est que plus la nuit avance, plus leurs activités deviennent folles. On ressent l’impression que les héros foncent dans un mur et qu’ils accélèrent l’un et l’autre juste pour se prouver et prouver à l’autre qu’ils iront jusqu’au bout. Un peu comme ces désespérés à la télé qui sont sur un toit et qui disent: « N’approchez pas, je vais sauter ». Et là, avec le recul, on comprend que c’est parce que plus la nuit avance, plus ils retrouvent goût à la vie.

Par le jeu de l’alternance des points de vue et des flashbacks, nous reconstituons rapidement le passé des héros et pourquoi ils en sont arrivés là. C’est le passé de Mina qui m’a le plus interpelée car je me suis demandée comment elle allait faire, elle, pour se relever. Comment elle allait réussir à garder la nouvelle énergie qui se fait jour en elle alors qu’elle enchaîne les défis toujours plus saugrenus d’Océan. Car, effectivement, pour moi, il était évident que la fin serait pleine de vie.

Quant à Océan, son comportement m’a agacée. Je sais que c’est exprès car il fait tout pour repousser les gens. Il ne veut pas s’attacher et prendre le risque d’être blessé alors il attaque avant. Mais même en sachant cela, il m’a énervée. Tant pis pour lui.

J’ai dévoré les pages de ce roman avec avidité. Je n’ai pas réalisé à quel point je les engloutissais avant de devoir faire une pause pour aller dîner. A ce moment-là, je me suis dit qu’il ne restait qu’une poignée de pages, que je pouvais bien attendre trente minutes de manger. Mais en fait, j’ai dîné à dix heures du soir avec un Chéri qui était bien content d’avoir pu jouer à sa console plus longtemps que prévu.

J’étais optimiste mais l’ambiance ressemblait tant à celle du film Jeux d’enfants qu’une part de moi a longtemps eu peur que la fin soit dramatique pour les ados. Bon, c’est vrai que la beauté du film réside dans le côté dramatique de la chose, dans le fait que les héros ne peuvent pas être heureux dans leur vie réelle et qu’il est presque logique qu’ils choisissent de partir en fanfare mais ça ne veut pas dire que je voulais lire une fin de ce genre. Snif.

Alors, qu’est-ce que ça a donné au final?

Il faudra que vous lisiez Nos vies en l’air pour le savoir! En investissant pour cette auteure qui est une valeur définitivement sûre pour moi, vous vivrez une aventure qui vous laissera une niaque d’enfer, qui vous donnera d’aller faire du vélo au milieu de la nuit et surtout, qui vous donnera envie jusqu’aux tripes de vivre toutes les expériences possibles. Tout ça avec une poésie qui envoûte et ne laisse pas insensible. Et puis, je ne vous parle pas du twist final de l’histoire qui vous laissera sur les fleurs, comme dirait Sookie Stackhouse et qui fera gambader votre imagination.

De la même auteure, retrouvez mon avis sur Dix jours avant la fin du monde.

10 commentaires sur « Nos vies en l’air – Manon Fargetton »

          1. Ce serait l’idéal, mais je finis toujours par craquer. Du coup, j’essaie de prendre seulement les beaux livres et les occasions devant lesquelles je ne peux pas passer…

  1. Ooooh !! Je viens de tomber sur ton blog et là je vois quoi ? « Nos vies en l’air » ! J’adore ce livre et j’ai justement écrit un article dessus que je posterai samedi.

    J’aime beaucoup ton avis et je trouve que le fait de donner le titre d’une autre œuvre de l’auteure est une bonne idée !

    J’adore ton blog, je vais continuer à le parcourir. ^^

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.