Trilogie Liaison dangereuse, tome 2: Reckless hearts – Sean Olin

couverture

Synopsis (Traduction du résumé par moi. Sortie française prévue):

Que feriez-vous si vous rêviez d’embrasser votre meilleur ami? Jake se pose cette question depuis longtemps et il n’y a pas de réponse facile. Avant que Jake ne puisse faire quoi que ce soit, un nouvel homme entre dans le tableau de manière inattendue. Les tripes de Jake lui disent qu’il y a quelque chose qui cloch au sujet de Harlow mais plus il insiste, plus il pousse Elena dans les bras de Harlow et dans une tragédie que personne n’a vu venir.

Mon avis:

J’attendais cette suite avec impatience, c’est donc avec hâte que je l’ai découverte.

Nous suivons l’histoire de deux points de vue, celui de Jake et celui d’Elena. Tous deux ont grandi ensemble, comme voisins et sont meilleurs amis depuis toujours sauf que Jake est amoureux d’elle sans oser l’avouer par peur de tout gâcher.

L’histoire commence alors qu’il s’apprête à déménager suite au remariage de sa mère avec Cameron, un homme des beaux quartiers. Le bât blesse avec le fils de Cameron, Nathaniel.

Jalousie nous emmenait dans une histoire où un garçon était tiraillé entre deux filles. Ici, l’auteur prend à peu près le même concept en l’inversant et le traite différemment. Elena doit choisir entre un bad boy et un gentil garçon. Oui mais Sean Olin parvient une fois encore à jouer avec nos nerfs.

On n’est pas sur le qui-vive comme dans le tome précédent mais on est angoissé car on se demande à quoi pensent les personnages et pendant un moment, on se demande même qui des deux garçons est le gentil et qui est le méchant. L’auteur sème habilement le doute.

Cependant, ce qui m’a manqué pour adhérer pleinement à cette histoire, c’est le fait que le personnage de Nathaniel ne soit pas plus explicité. On ne comprend pas ce qui le motive. On le devine mais il reste au final plutôt bêtement superficiel. Il manque de complexité.

A part ça, j’ai beaucoup aimé Reckless hearts. Sean Olin a su renouveler son récit avec panache tout en nous donnant une fois encore, une fin à se ronger les ongles. C’est une réussite.

Retrouvez mon avis sur:
– Le 1er tome: Wicked games (Jalousie).

Publicités

Trilogie Liaison dangereuse, tome 1: Wicked games (Jalousie) – Sean Olin

couverture

Synopsis:

Peut-être que si Lilah en était restée là, les choses se seraient passées différemment pour elle, pour Carter et pour Julie. Peut-être que Lilah aurait vécu avec Carter l’histoire d’amour dont elle avait toujours rêvé. Peut-être que Julie aurait surmonté sa passion passagère pour Carter en se livrant corps et âme à la danse, au chant et au théâtre…

Mon avis:

J’ai cru avoir affaire à une romance normale, je me trompais. Ca démarre comme ça et ça devient plus que ça. Au début, nous avons Carter et Lilah. Premier rendez-vous, ils tombent amoureux. Quatre ans après, ils sont toujours ensemble sauf que quelque chose cloche.

Lilah a des problèmes mentaux qui nécessitent qu’elle prenne des cachets car sinon…

Ca plus le fait que son insécurité permanente dont on peut comprendre les origines font qu’elle fait preuve d’une jalousie maladive vis-à-vis de Carter, voire d’une possessivité malsaine.

Et puis un jour, c’en est trop. C’est là qu’on glisse dans le thriller.

Peu à peu, Lilah s’est coupée de la réalité et enfermée dans une illusion.

Outre-Atlantique, ce roman a déclenché des réactions diamétralement opposées. Il y en a qui se sont arrêté au fait que Carter trahit Lilah; c’est immoral, blablabla.
D’autres qui traitent Lilah de folle. Effectivement, elle est complètement déconnectée de la réalité.

Mais inévitablement, ce roman fait réfléchir. Carter et Lilah ont vécu de belles années ensemble. Ils ont été le premier amour l’un de l’autre et maintenant, ils sont malheureux. Ca veut dire quelque chose, n’est-ce pas?

If you try to control everything all the time, then you end up totally paralyzed.

Sean Olin nous montre ici comme il peut être effrayant de dire stop. De se sortir d’une situation néfaste parce qu’on ne sait pas comment sera le lendemain. l nous montre aussi combien il est facile de basculer, comment un environnement et un traumatisme peuvent façonner et/ou transformer une personnalité.

L’histoire, vous l’avez deviné, est haletante. Impossible de la lâcher. Vous vous surprenez à être sur les nerfs. Un rien vous fait sursauter.

Les personnages ne sont pas spécialement complexes à comprendre. Vous avez envie de les catégoriser en vilains, en méchants ou gentils mais au-delà de leurs actes, il faut fouiller dans leur caractère pour saisir la complexité de la situation.

La vie est un beau bordel comme nous le rappelle l’auteur. On doit juste agir comme on peut.

No matter how much you might want to be the person they think you should be, you can’t change who you are. It’s up to them to accept you.

Je sais que je sors du sujet, que vous pourriez me répondre que je vais loin dans mon analyse mais effectivement, je pense qu’il y a plusieurs niveaux de lectures possibles.

Enfin, parlons de la fin. Elle m’a surprise. Je ne l’ai pas vue venir et en même temps, je la comprends. Elle est logique et elle fait froid dans le dos. Pour ça, c’est un coup de maître.

Je retiendrai donc de cette lecture une impression tenace d’être prise en tenailles, d’être sur le qui-vive. Ce n’est pas un thriller dans le sens traditionnel du terme mais on ressent les choses avec intensité. C’est fort.

Alors, si vous avez envie de lire une histoire qui sort de l’ordinaire, vous pouvez y aller sans problème. Vous serez surprise de voir comme le résumé dit tout et rien à la fois.

Il faut savoir que c’est le premier tome d’une trilogie dont le deuxième opus vient de sortir en VO.
Pour moi, comme one-shot, c’était parfait.

Je me posais la question de savoir si l’auteur saurait se renouveler. Au vu du résumé de ce deuxième tome, je peux affirmer que oui.