[BD] Destins, tome 3: Le piège africain

couverture

Synopsis :

Ellen quitte l’île des Shetlands où elle a pris sa décision : elle ne se dénoncera pas.

Mon avis:

Changement de cap dans ce tome qui nous emmène en Afrique. Comment ça, en Afrique, répétez-vous?

Revenons à notre premier dilemme: Ellen a ici décidé de laisser Jane à son sort et les scénaristes en profitent pour nous montrer son quotidien professionnel. En quoi consiste la journée typique d’un envoyé en mission humanitaire? C’est ce que nous allons découvrir et c’est franchement dépaysant. On se rend compte qu’il suffit d’une décision pour qu’une ligne de vie se divise entre l’Afrique et l’Amérique.

Je dois dire que cette tournure m’a surprise car ce n’est pas quelque chose que j’aurais pu prévoir dans la mesure où la personnalité d’Ellen met ici l’accent sur un trait que personnellement, je n’apprécie pas: la faculté qu’ont certaines personnes de pratiquer la fuite en avant.

A partir de là, j’ai eu du mal à ressentir de l’empathie ou de la sympathie pour Ellen. Même en la voyant interagir avec son fils Dylan, j’ai trouvé son comportement incroyablement égoïste et en même temps, elle est tellement centrée sur elle que ça pourrait paradoxalement éviter la fin du deuxième tome en ce qui concerne sa famille.

Par contre, graphiquement, nous retrouvons un trait plus adulte qui me plaît nettement plus que pour Le fils. Oui, je sais, ce n’est pas dur, vous me direz mais cette technique-là m’est peut-être même plus agréable que pour le premier tome.

En conclusion, je continuerai cette ligne malgré le fait que la Ellen qui fuit ses responsabilités m’a outrageusement énervée car je suis tout de même curieuse de savoir ce qu’il advient de sa famille et en quoi cette possibilité rejoint l’autre pour donner la fin ultime.

Retrouvez mon avis sur:
– le tome 1: Le hold-up.
– le tome 2: Le fils.

Publicités

[BD] Destins, tome 1: Le hold-up

couverture

Synopsis :

Révolté contre la société dans laquelle il vit, le charismatique Greg organise le casse d’une banque. Ellen Baker, amoureuse de lui en secret, se fait sa complice. Le hold-up tourne mal : l’apprenti gangster, un client et un vigile sont tués. Ellen parvient à s’enfuir et c’est Jane, la compagne de Greg, qui est accusée à sa place. Mais au dernier moment, son amant lui fournit un alibi. Traumatisée après cette tuerie, Ellen refait sa vie en Angleterre. Mais dix sept ans plus tard, son destin lui joue un mauvais tour… Ce passé qu’elle avait tout fait pour refouler revient frapper à sa porte et perturber la vie de femme du monde et d’humanitaire qu’elle s’était construite…

Mon avis:

Cette saga m’a vivement interpelée par sa construction et c’est la première fois que je vois cela graphiquement parlant. Cette saga fait 14 tomes. Le premier tome, introductif, nous présente le dilemme auquel Ellen, notre héroïne, doit faire face: se dénoncer ou laisser une autre, son ancienne rivale, trinquer pour elle.

A partir de là, nous avons le deuxième tome qui nous présente ce qu’il se passe dans le cas où elle choisit de se dénoncer et le troisième tome nous montre ce qu’il advient alors qu’elle a décidé de laisser Jane à son sort.

Et puis, à la manière d’un arbre aux multiples racines, l’histoire se développe en fonction des choix opérés par Ellen et nous montre à quel point notre vie peut basculer en un seul instant.

Le hold-up nous présente les personnages par qui tout arrive: Jane est une jeune fille passionnée aux idées révolutionnaires et qui passe ses journées sur le campus à exhorter les foules à se rebeller. Greg est le petit ami de Jane et tandis que Jane prêche la parole, lui, est dans l’action. Impétueux et intelligent, il est conscient des sentiments d’Ellen pour lui mais ne lui prête pas d’attention car pour lui, elle est trop gentille. Trop dans le moule et c’est parce qu’elle veut lui prouver le contraire et parce qu’elle veut lui montrer qu’elle n’a pas peur d’agir, contrairement à Jane qu’Ellen s’embarque dans une galère impossible qui changera sa vie à jamais.

J’ai apprécié que l’action se mette en place rapidement tout en nous dévoilant assez du caractère des personnages et il faut dire que les dessins n’y sont pas étrangers. De cette manière, les scénaristes de ce tome (car il faut savoir que comme chaque ramification part dans plusieurs sens, cette saga a vu environ une quinzaine de scénaristes et dessinateurs se succéder) nous livrent un travail accompli et qui nous fait littéralement ressentir le besoin d’avoir la suite. Pas parce qu’on se demande ce qu’Ellen va faire mais parce qu’on se demande quelles seront les conséquences de ses choix et en ça, ça change énormément de ce qu’on lit d’habitude.