Saga Dexter, tome 8: Dexter is dead – Jeff Lindsay

couverture

Synopsis (Traduction par moi):

Dexter a finalement été capturé – pour trois meurtres qu’il n’a pas commis. Les choses empirent quand Deborah renie son frère et refuse de l’aider dans son enquête. Cependant, quand leurs enfants sont enlevés, elle n’a pas dautre choix que de le supplier de l’aider. La chasse peut commencer.

Mon avis:

Quelle jubilation que de découvrir enfin ce dernier tome! Oh oui quel plaisir!

Nous retrouvons Dexter quelques semaines après la fin du tome précédent. Il est enfermé dans une cellule, à se demander comment il a pu arriver là car pour une fois, il est vraiment et complètement innocent de ce dont on l’accuse. Pas qu’il n’aurait pas voulu tuer quelqu’un mais pour une fois, ce n’est pas lui.

Ce que j’ai remarqué, c’est que Dexter semble avoir retrouvé son mordant car qu’est-ce que j’ai ri avec ce tome!

Ses pensées sont impertinentes, pleines de sarcasme et d’auto-dérision; un vrai condensé jouissif. J’ai adoré le retrouver! De même pour les personnages secondaires, j’ai trouvé les rebondissements liés à Brian hilarants. On sent que Jeff Lindsay s’en donne à coeur joie.

Dans la même temps, il malmène notre pauvre Dexter le faisant s’interroger sur la notion de famille et pourtant, on sent une maturité chez Dexter. Il ne se cache plus derrière son masque; celui-ci se fissure. Certains personnages m’ont manquée même si on les côtoie de loin; c’est le seul bémol que je retiendrai de ce final.

Enfin, l’action correspond mieux à la fin que j’imaginais pour notre cher Dexter. Celle de la série m’avait légèrement déçue alors je suis ravie par la vision de l’auteur.

And when you came right down to it, the only purpose to life that I have ever been able to find is not to die. You couldn’t let them push you out the door to go gentle into that good night. You had to rage, rage and slam that door on the bastards’ fingers. That was the contest – to delay the end of your personal match as long as you could. The point was not to win; you never did. Nobody can win in a game that ends with everybody dying – always, without exception. No, the only real point was to fight back and enjoy the combat. And by gum, I would.

C’est explosif, ça part dans tous les sens mais l’humour reste présent. Cette conclusion est digne de Dexter. Elle ne manque pas d’émotions mais en même temps, elle reste réaliste.

Cette fin est parfaite car elle laisse place à l’imagination. Une réussite.

Retrouvez mon avis sur Dexter’s final cut (Dexter fait son cinéma).

Publicités

Saga Dexter, tome 7: Dexter’s final cut – Jeff Lindsay

couverture

Synopsis:

Lumière… Moteur… Chaos ! Quand le tout-Hollywood débarque à Miami, l’action est au rendez-vous, et la réalité dépasse la fiction. La méga-star Robert Chase est connue pour sa capacité à s’identifier totalement à ses personnages. Pour préparer le tournage d’une nouvelle série policière, Chase et les autres comédiens font un stage en immersion au département de police de Miami. Afin de saisir toutes les nuances de son rôle, Chase doit jouer les doublures d’un certain Dexter Morgan, analyste de traces de sang et amateur de doughnuts… Mais l’étude tourne vite à l’obsession, et Chase se met en tête d’observer les moindres gestes de son modèle, à toute heure du jour ou de la nuit. Ce qui pose un léger problème : le passe-temps préféré de Dexter, traquer et massacrer sauvagement les pires tueurs, est un secret qui ne supporte ni l’exposition aux spotlights ni la fascination d’une vedette hollywoodienne. S’il veut éviter la chaise électrique, il doit à tout prix rester dans l’ombre. Mais même Dexter n’est pas insensible aux lumières de la gloire… surtout quand elles illuminent une charmante actrice dont la beauté perturbe le Passager noir.

Mon avis:

Et voilà, l’avant-dernier tome de la saga! Et quel tome!

La première scène m’a tellement surprise que j’ai été tentée de regarder la fin pour comprendre comment on en était arrivé là. Vraiment, j’ai été résistante!

Pour la première fois depuis le début de la saga, nous rencontrons un Dexter presque normal et pour cause, voilà que ses hormones se réveillent!

En parallèle, le déroulement de sa vie avec Rita et les enfants nous montre que sous un aspect je m’en foutiste, il est tout de même heureux d’avoir une vie normale et on sourit.

Dexter fait décidément plus humain mais il conserve son humour caustique et son Passager bat des ailes plus fort que jamais.

L’histoire le projette au coeur d’un tournage où il fait office de conseiller technique et de garde du corps. On pourrait croire que Dexter et ce monde de paillettes n’ont rien à voir ensemble mais étonnamment, Dexter montre un goût pour la notoriété et il faut le voir être tout fier d’être sous les feux des projecteurs!

Nous retrouvons donc un Dexter tout comme on a appris à l’aimer aux prises avec des émotions et des pulsions humaines. Le résultat bien qu’intéressant m’a ennuyée; ça manquait d’action.

Le livre se lit facilement et rapidement mais c’était descriptif et manquait de peps. On sent que nous sommes dans le calme avant la tempête.

Pourtant, la trame principale était pas mal: un seril killer qui tue des jeunes femmes de manière épouvantable. En matière de cadavres, leur calvaire interpellait.

Cependant, là où l’auteur m’a vraiment intéressée, c’était par rapport à Astor et Cody.
Sans spoilier quoi que ce soit, il suffit de dire que Jeff Lindsay en a dit assez pour qu’on sache quel sera leur futur.

Mais parlons de la fin: quelle est-elle?

Elle est abrupte. Elle se termine en queue de poisson. D’un côté, si la saga se terminait ainsi, je ne serais pas étonnée car elle est suffisamment ouverte et complète pour qu’on puisse se construire notre propre film. De l’autre côté, elle est frustrante. Ma première réaction a été « c’est tout? »

Et oui, comme ça, c’est tout. J’aime sa logique mais pour moi, il aurait fallu qu’un élément change. Ne serait-ce que pour assurer la logistique pendant que Dexter fait son cinéma. Notez l’expression employée pour éviter de mentionner la fin.

En conclusion, ce tome n’est pas le meilleur de la saga pour moi mais il reste divertissant et c’est un plaisir à lire. J’ai vraiment hâte de découvrir le dernier tome, Dexter is dead pour savoir ce que l’auteur a réservé à notre cher Dexter et pour comparer sa fin à celle de la série.