[BD] Elfes, tome 1: Le crystal des elfes bleus

couverture

Synopsis :

Les Elfes d’Ennlya ont été massacrés et tout porte à croire que le forfait a été perpétré par les Yrlanais, une tribu humaine qui entretient des relations houleuses avec ces voisins immortels. Aidée de Turin, un homme, la belle Lanawyn entreprend d’élucider le mystère. Ailleurs, la prêtresse dévoile son destin à la jeune Vaalann : elle est l’élue, celle qui sera digne de contrôler le cristal qui permet de se faire obéir de l’océan.

Mon avis:

Ce premier tome de la saga nous introduit un monde où différentes espèces cohabitent. Les elfes sont des créatures marines qui tentent de maintenir une paix précaire avec les humains, dépeints ici comme assoiffés de pouvoir, têtus et immatures.

Nous suivons l’histoire par l’entremise de deux elfes. Lanawyn enquête sur le massacre des elfes de toute une ville. Tout indique que des hommes en sont à l’origine et cela signifierait donc une guerre ouverte. Quant à Vaalann, elle suit une quête initiatique pour se montrer digne d’une pierre qui apporte le pouvoir.

A priori, ces deux trames n’ont rien à voir l’une avec l’autre mais s’il y a quelque chose à retenir de ce tome, c’est que les apparences sont trompeuses.

On lit ce tome sur deux niveaux. Pour Lanawyn, on a l’impression de lire un policier alors que pour Vaalann, on est dans de la fantasy. Alors, c’est un choc quand ces deux univers se rencontrent.

Si je me suis sentie un peu perdue, ce ressenti s’est vite estompé tellement la lecture de cette aventure est agréable. J’ai vite été absorbé par ce qui arrivait aux deux héroïnes. J’ai en plus, été sciée par le dénouement de cette histoire. Je n’ai rien vu venir. Même en relisant ce volume, je reste surprise.

Le coup de crayon m’a charmée ainsi que la colorisation, très douce et naturelle. Un vrai plaisir visuel.

En conclusion, le Crystal des elfes bleus constitue une bonne introduction au monde des Elfes qui ravira les amateurs et les férus du genre.

[BD] Elfes, tome 3: Elfe blanc, coeur noir

couverture

Synopsis :

Immortels et sages, les Elfes blancs vivent sur leurs îles, loin des hommes et des autres Elfes. Ils se considèrent comme les gardiens du monde et s’efforcent de protéger tout ce qui doit un jour disparaître : des livres, des armes, des œuvres d’arts et parfois même des créatures vivantes. Aussi, quand le dernier dragon blanc est aperçu sur la terre des hommes, les elfes n’ont d’autre choix que de le prendre en chasse pour le ramener sur leurs îles. Ils envoient deux de leurs meilleurs pisteurs après le monstre. Elfes blancs, dragon blanc. La traque commence…

Mon avis:

Les hommes ne sont pas des êtres de lumière. Ils écrivent leur vie dans les ténèbres. Trop de passions les animent. De l’amour à la haine, tout leur est prétexte à souffrance. Malgré leurs idéaux, vices et faiblesses les dévorent.

Ce sont sur ces phrases pessimistes que s’ouvre cette BD. Nous faisons la rencontre de Fall accompagné de son père. Tous deux sont lancés dans une quête: apprivoiser le dragon blanc (aux yeux bleus. Les connaisseurs peuvent sourire. Je reconnais avoir grandi avec cette référence). C’est alors qu’ils font la rencontre d’un couple d’humains – j’ai oublié de préciser que Fall et son père sont des elfes mais on s’en doutait, n’est-ce pas? – et qu’ils les aident à faire venir au monde leur fils, Alornell.

Voilà le point de départ de cette histoire qui se déroule sur plus d’une dizaine d’années.

Cette aventure, comme les six premiers tomes de cette saga, constitue un one-shot à elle toute seule et donc, ces six premiers peuvent se lire indépendamment les uns des autres. Il n’est pas dérangeant de commencer la lecture de cette saga avec un numéro intermédiaire.

Je n’apprécie pas la fantasy des masses en roman mais en BD, c’est un genre que j’apprécie beaucoup. De plus, j’ai eu un véritable coup de coeur pour la patte graphique de Stéphane Bileau. D’ailleurs, j’ai eu la chance de le rencontrer, de faire une mini-interview et de lui faire dédicacer mon exemplaire!

Cette BD, c’est tout bonnement un régal pour les yeux. J’applaudis non seulement le dessin mais également la colorisation. Le résultat est sublime!

Quant à l’histoire, elle m’a embarquée dans un voyage que j’ai adoré. Sa construction est cohérente. On part d’un ton au début badin pour aboutir à une fin sombre et même, épique. J’ai été scotchée.

J’aime vraiment l’évolution de cette histoire car elle détonne avec les intrigues bon enfant qu’on peut trouver dans le même registre.

Au final, je ne peux que vous exhorter à lire cette BD si ce n’est pas déjà fait car même les non-férus de fantasy seront forcément conquis!