Diptyque Consolation, tome 2: Saving us – Corinne Michaels

couverture

Synopsis:

Combien de fois doit-on faire la même erreur avant de retenir une leçon ? Cette question tourne en boucle dans l’esprit de Nathalie. En apprenant la mort d’Aaron, son mari, elle s’était juré de ne plus jamais sortir avec un militaire. Pourtant, quand Liam, le frère d’armes d’Aaron, lui a demandé de lui laisser une chance, contre toute raison, elle a accepté. Mais aujourd’hui, alors que Liam est en mission à l’autre bout du monde, elle ne peut s’empêcher de douter. Car à cet instant la réalité est évidente : ensemble, ils n’ont rien pour être heureux. Mais, l’un sans l’autre, la réalité a-t-elle encore un sens?

Mon avis:

Je remercie Harlequin pour sa confiance.

Dès la fin de Saving her, je me suis ruée sur ce tome afin de savoir ce qu’il allait advenir de Nathalie et de Liam. C’est donc pour cela que j’ai été heureuse de voir que l’histoire ne devenait pas ce que je craignais le plus et déteste le plus dans les romances.

Dans le même temps, je dis chapeau pour le résumé de ce tome car il ne dévoile pas la révélation finale de Saving her mais reste fidèle à l’essence de qui fait Saving us.

Liam et Nathalie vivent donc ici LE truc qui détermine toute leur relation. Encore une fois, Corinne Michaels nous rappelle ce qu’est la vie de militaire. Elle nous fait nous souvenir que c’est une vie en suspens qui ne reprend qu’au retour et ce, pour les deux côtés. Que l’on soit celui qui part ou celle qui reste, la difficulté reste entière pour tous. C’est pour cela qu’il est primordial de s’accrocher à ce qui est bon et fait notre bonheur.

Le gros défaut ici, pour moi, a été dans le traitement de l’histoire.

Même si, à mon grand soulagement, les sentiments des personnages restent clairs, j’ai été déçue dans le caractère de Nathalie. Elle a du mal à avancer. Elle ne manque pas de volonté de ce côté-là pourtant mais elle n’y arrive pas, empêtrée qu’elle est dans le méli-mélo de sa vie. Sa vie est un beau bordel. Certains passages et dialogues m’ont donc paru redondants mais j’ai tout de même dévoré les pages parce que j’avais hâte que l’éclaircie arrive enfin.

L’histoire est donc le facteur principal qui m’a tenue captive des pages. Même si je me doutais de la fin, j’étais vraiment curieuse de connaître le cheminement des héros et des évènements. J’aurais tendance à penser qu’il n ‘y avait pas besoin de faire deux tomes pour cela, qu’il était possible de tout réunir en un seul tome mais il n’en reste pas moins que je n’ai pas boudé mon plaisir.

Mon bilan sur Saving us est plutôt mitigé. J’ai clairement beaucoup plus aimé Saving her pour cet effet de nouveauté. J’ai bien aimé lire cette série. Malgré une déception ressentie pour ce tome, j’en garderai un souvenir agréable.

Retrouvez mon avis sur le 1er tome: Saving her.

Publicités

Diptyque Consolation, tome 1: Saving her – Corinne Michaels

couverture

Synopsis:

Liam n’aurait pas dû être sa seconde chance. L’homme qu’elle était censée aimer pour toujours, c’était Aaron, son mari. Bien sûr, pour les femmes de militaires, « toujours » n’existe pas. Nathalie savait qu’être veuve si jeune – à vingt-sept ans à peine – était une possibilité. En revanche, qu’il n’ait suffi que de quelques instants avec Liam pour remettre en question toute son histoire avec Aaron… ça, elle ne l’aurait jamais imaginé. Elle qui pensait avoir déjà vécu le grand amour, la voilà confrontée pour la première fois à des émotions qui la dépassent: la douleur, le désir, la culpabilité… Et impossible d’y échapper. Désormais une seule chose est sûre : les sentiments qu’elle éprouve envers Liam sont si intenses et puissants que soit ils la sauveront… soit ils la perdront.

Mon avis:

Je remercie Harlequin pour sa confiance.

Cette histoire, racontée alternativement par Nathalie et Liam nous montre leur vie après la perte d’Aaron, mort au combat.

Le pitch est classique: la veuve et le meilleur ami tombent amoureux.

Cependant, là où j’ai été complètement embarquée, c’est par rapport au fait que l’auteure m’a bien immergée dans la tête de la veuve. Notre raison se doute que c’est dur de recommencer à vivre mais là, on ressent littéralement dans notre coeur le combat qui se livre en elle, à quel point elle est déchirée par la culpabilité du survivant et la volonté d’avancer. Peut importe combien de temps passe, il y a toujours un sentiment de culpabilité qui ronge de l’intérieur et qui fait obstacle au reste. C’est même l’obstacle majeur à surmonter.

L’autre chose qui m’a donné à réfléchir, c’est quand j’ai réalisé qu’on a tendance à idéaliser l’être perdu, à oublier ses défauts ou toutes les mauvaises choses pour ne pas avancer et tout cela, de façon inconsciente. En effet, une fois qu’on enlève toutes les ornières, le processus de deuil peut vraiment se faire.

Le cheminement de cette première partie de diptyque est donc initiatique.

En alternant les points de vue, Corinne Michaels permet d’éviter une stagnation de l’histoire.

Même si j’apprécie le personnage de Nathalie qui fait tout pour rester forte pour sa fille qui, au passage, porte un prénom affreux à mon sens, elle finissait par me taper sur les nerfs avec sa culpabilité et sa tendance à s’apitoyer sur elle. Liam est donc une bouffée d’air frais bienvenue. En lus, il est parfait.

Les personnages secondaires sont attachants même s’ils ont un rôle de faire-valoir. Cependant, ils nous montrent bien ce qu’est la vie de militaire ou de femme de militaire. On réalise que ce n’est pas une vie pour tout le monde. C’est une vie d’abnégation, d’attentes et de sacrifices. Ca force l’admiration.

L’histoire m’a tenue captive. Son rythme lent m’a vraiment permis de la vivre dans toute son intensité. Je l’ai vécue comme si c’était moi. Il y a des touches d’humour et de tendresse qui m’ont fait sourire, notamment cette scène où Liam change Aara.

J’ai donc dévoré les pages avec avidité. Jusqu’à la fin où je suis restée sciée par le cliffhanger. Je savais qu’il y en avait un par le biais de certaines réactions que j’avais lues mais rien ne me préparait au retournement. C’est donc pour cela que je suis heureuse d’avoir le tome 2 sous la main pour enchaîner avec lui.