Saga Bad, tome 3: Better when he’s brave (Amour coupable) – Jay Crownover

couverture

Synopsis:

Elle est la seule femme qu’il ne devait pas aimer… Pour Titus King, la vie est en noir et blanc. D’un côté, le bien, de l’autre, le mal. Et Reeve Black, celle que tout The Point déteste, appartient définitivement au côté du mal. Un mal sublime, insidieux, tentateur. Un mal auquel il a déjà été soumis et qu’il a tenu éloigné pour se préserver, bien conscient de son irrésistible attirance. Mais la beauté vénéneuse est de retour en ville. Témoin clé dans l’enquête qui doit permettre d’arrêter le cinglé qui sème des cadavres dans les ruelles, elle est menacée de toutes parts. Alors, Titus va devoir la protéger. Une protection rapprochée qui pourrait bien brouiller la frontière entre la lumière et les ténèbres.

Mon avis:

J’avais un mauvais a priori sur Reeve au vu de sa trahison dans le premier tome mais j’étais super impatiente de voir Titus donc c’est la première fois que j’ouvre un roman avec une impatience et une réluctance en même temps.

Les premières lignes nous plongent directement dans l’action. On rentre dans The Point et son atmosphère si particulière en quelques mots. Le ton est donné. Le danger plane.

Bond dans le temps.

Nous retrouvons Titus alors qu’il fait face à une crise de taille. Suite à la mort de Novak, quelqu’un s’amuse à semer encore plus le chaos et n’hésite pas à faire couler le sang. Alors que la corruption policière se répand telle un fléau, Titus est le seul policier encore intègre à résister et à se battre pour la cause noble. Pour cela, il est obligé de s’allier à Reeve.

Un policier et un criminel. Jay Crownover a déjà utilisé cette recette dans Asa mais encore une fois, elle m’a non seulement convaincue mais en plus de cela, elle m’a fait changer d’avis sur Reeve. Mieux! Elle a réussi à me faire l’apprécier. Ce n’était pas un pari aisé. J’ai découvert une Reeve battante, qui n’a pas peur d’agir pour défendre ses convictions et qui n’a rien d’une demoiselle en détresse. C’est une femme forte et qui force l’admiration.

Concernant Titus, évidemment, j’étais déjà sous le charme avant mais je le suis encore plus maintenant.

Malgré la piètre opinion qu’il a de lui-même, il est animé des meilleures intentions et sa droiture d’esprit couplée à son charisme le rendent magnétique. Je fonds!

Là où l’auteure fait fort, c’est qu’elle me rend en même temps très curieuse d’en lire plus sur Honor et Nassir. Elle est capable de nous faire aimer tous les types d’hommes. C’est ce qui rend ses histoires si addictives.

Ce troisième tome remporte donc complètement mon adhésion. J’ai passé un super moment dans cet univers et il me tarde de découvrir l’histoire tumultueuse de Nassir et Honor.

Retrouvez mon avis sur :
– le premier tome: Amour interdit.
– le tome 2: Amour dangereux.
– Asa: ici.

Publicités

[BD] Empire USA, saison 1

couverture

Synopsis :

Dans quelques heures, une attaque chimique sur les sol des Etats-Unis plongera le pays dans un cycle infernal. Annulation des élections présidentielles, révision de la Constitution, restriction des libertés. Dommage que le seul homme capable de déjouer cet attentat soit sur le point de mettre fin à ses jours!

Mon avis:

Dès l’instant où j’ai ouvert le premier tome de cette BD, j’ai été accrochée. Pensez donc, nous entrons directement dans l’action avec un scénario digne des films catastrophes et qui sonne étrangement, comme très actuel. En effet, nous suivons des policiers alors qu’ils neutralisent des bombes. Sauf qu’il en reste une qui fait beaucoup de victimes et qu’à la suite de cet attentat, un Etat religieux s’installe.

Nous partons donc d’un synopsis semblable à celui de la Servante écarlate mais découvrons une nouvelle version de ce que devient ce monde cauchemardesque.

Raconté à travers le point de vue de Jared, l’homme qui a le pouvoir d’empêcher une énorme catastrophe, nous naviguons entre son passé et son présent pour comprendre pourquoi, lorsque nous faisons connaissance avec lui, il est sur le point de se tirer une balle dans la tête.

Jared a eu une enfance heureuse. Il a grandi au Caire où il a rencontré son meilleur ami avec qui il travaille actuellement à la CIA et ses parents aisés lui ont offert une jeunesse idyllique mais désormais, il n’est pas dans de bons termes avec sa famille.

Nous passons les premiers tomes dans une sorte d’expectative, impatients de connaître les explications attendues dès la lecture du résumé de cette saga. Curieusement, je n’ai pas ressenti spécialement d’empathie pour lui mais suis restée en retrait par rapport à l’action. Je n’arrivais pas à le comprendre ou à cerner ce qu’il pensait. Pourtant, je n’ai pas été gênée par cela car l’intrigue est telle que jamais, je ne me suis ennuyée.

Si, quelquefois, j’ai été perdue par des ellipses de temps, je suis restée néanmoins captivée car l’atmosphère et le rythme de l’action, soutenu, ont contribué à me faire me sentir comme devant un film d’actions et de suspense. Je sentais une horloge tourner. Je me sentais au bord du gouffre et la seule chose que je pouvais faire, c’était de continuer à lire. C’est la première fois depuis longtemps que j’engloutis donc autant de BD en si peu de temps alors que d’habitude, je prends le temps de les savourer et de me délecter de leur graphisme.

Les retournements de situations et rebondissements sont nombreux. Heureusement, les personnages sont attachants et nous apprenons suffisamment à les connaître pour avoir envie d’en lire plus sur chacun d’eux, mêmes les méchants. Pour chacun d’eux, même les pires, je me suis demandée ce qui pouvait se cacher derrière leurs actes, s’ils pouvaient trouver une chance de rédemption.

Là où j’ai été le plus surprise, c’est à partir du quatrième tome qui prend une nouvelle direction et que je n’attendais pas du tout. L’intrigue se suffisait, à mon sens, largement alors je n’ai pas forcément compris pourquoi les scénaristes ont choisi de partir dans la direction amorcée. Cependant, j’ai continué à lire avec plaisir, toujours avide d’en savoir plus.
Bien sûr, une nouvelle saison complète la fin rocambolesque de celle-ci mais je suis plutôt satisfaite de ce que j’ai lu et je ne ressens pas le besoin de continuer.

Partant du même contexte, retrouvez mon avis sur La servante écarlate de Margaret Atwood.