Love song – Sophia Bennett

couverture

Synopsis:

Nina Baxter collectionne les déceptions amoureuses depuis toujours… Mais peu importe, tout cela ne fait que la rendre plus forte ! Un jour, elle a l’opportunité de partir en tournée avec The Point, LE plus grand groupe pop-rock du moment. Sans doute le rêve de toutes les jeunes filles de son âge. Sauf elle.
Très vite, elle prend conscience que derrière les paillettes et les cris hystériques de ses fans, le groupe cache de lourds secrets. Alors qu’elle se rapproche de Jamie, la star de la bande, elle voit les rapports entre les rockers se fissurer. Cela fait des mois qu’ils n’ont plus écrit de nouvelles chansons…

Mon avis:

Dès les premières pages, j’ai été prise par la plume de Sophia Bennett.

L’histoire est racontée du point de vue de Nina. Alors qu’elle emmène sa petite soeur Ariel à une séance photo et autographe avec The Point, un groupe dont Ariel est folle, Nina sauve la vie de Sigrid, la petite-amie du leader du groupe, Jamie. A partir de là, Sigrid décide d’embaucher Nina comme assistante personnelle et de l’emmener en tournée avec eux.

Le point de départ de l’histoire est dingue. C’est parce que c’est trop irréel qu’on se prend au jeu.

L’histoire mêle des flashbacks au présent et nous montre comment Nina est devenue si sérieuse. En effet, elle fait preuve d’une grande maturité, ce qui fait que je l’ai beaucoup appréciée car elle ne se comporte pas comme on pourrait s’y attendre. Elle est sérieuse mais elle n’est pas le genre de fille à se prendre au sérieux. Elle a grandi rapidement mais son caractère s’est forgé dans le feu. Elle s’est endurcie parce que les circonstances l’exigeaient et qu’elle est pragmatique. Bon, il faut dire que c’est une Anglaise pure souche alors elle correspond au cliché flegmatique des British mais j’apprécie le fait qu’elle est lucide sur ce qui l’entoure.

Alors, quand elle entre dans le monde des paillettes et qu’elle se heurte à l’effervescence qui y est liée, son regard pourrait être le nôtre.

C’est quand on voit les choses en grand qu’on en accomplit.

Avec elle, j’ai été émerveillée. J’ai été étonnée de l’extravagance qu’engendre les fortunes et je suis restée baba devant l’importance des apparences. Le contraste entre les valeurs de Nina et les faux-semblants amenés par le milieu dans lequel elle évolue nous fait réfléchir et réévaluer à deux fois les choses que l’on tient pour acquises.

Pour cela, interviennent les membres du groupe.

N’importe qui lisant ce roman imaginera aisément les idoles de sa jeunesse, surtout si vous avez déjà assisté à un de leurs concerts. L’auteure parvient à retranscrire ce sentiment de fébrilité et de folie qui nous habite alors. Elle communique un enthousiasme qu’on se remémore comme si c’était hier. J’ai souri avec nostalgie car j’ai pu me reconnaître dans ce qui se passe dans la tête des fans au moment où on voit enfin ces artistes qu’on adulte. Tout à coup, il y a une part enfant de vous qui se rappelle toutes ces fois où vous avez imaginé ce moment et où vous avez imaginé que votre vie changerait.

Alors, quand on lit le récit de Nina, c’est avec un plaisir évident. J’ai adoré découvrir la confrontation entre la réalité et l’image qu’on pouvait se faire tout en sachant pertinemment que c’était une image. Nina n’a pas de rêve concernant The Point. Elle aime bien leur musique mais elle n’est pas une fan absolue du groupe. Elle ne s’intéresse même pas à eux.

Elle me rappelle le personnage de Haruhi dans Host club. C’est tellement rare qu’un personnage de Young adult me plaise autant qu’il faut vraiment que je le souligne. J’aime énormément Nina.

L’auteure réussit également à nous plonger de l’autre côté de la barrière, dans la tête des artistes. A partir de là, des choses qui nous paraissent évidentes passent en arrière plan. On se prend de plein fouet la réalité telle qu’elle est, pour eux et là, on réalise que oui, les fans peuvent devenir un cauchemar. On ne s’en rend pas compte mais on oublie le pouvoir de la masse.

Prises individuellement, elles étaient adorables. Comme ma soeur. Ensemble, elles ressemblaient à un monstre sauvage.

L’intrigue, bien que classique, m’a donc énormément plu grâce à la manière dont elle est traitée. Les personnages nous émeuvent. On s’attache à eux. On a envie d’en lire toujours plus.

Au final, j’ai passé un très bon moment avec Nina et ses nouveaux amis. J’ai adoré découvrir ses aventures et je garderai donc un très bon souvenir de ce roman. C’est une bonne découverte de la plume de Sophia Bennett pour moi. Ce conte de fées moderne m’a fait rêver et j’ai adoré.

Publicités

En plein ciel – Kodi Scheer

couverture

Synopsis:

Paris, été 1999, quatre jeunes Américaines se lancent dans une partie « d’Action ou Vérité » qui flirte avec la mort…
Depuis le décès de son frère adoré, puis la trahison de son amie Kat, la jeune Vanessa Baxter est à la fois abattue, en colère et pleine d’incertitudes quant à son avenir. Le voyage à Paris qu’elles organisent avec leurs camarades, Kiran et Whitney, lui apparaît comme l’occasion parfaite de soigner son mal-être et de se venger de Kat. Alors que les quatre filles s’embarquent dans une série de (més)aventures parisiennes, Vanessa lance une partie d’Action ou Vérité qui va vite se révéler incontrôlable… Jusqu’à une fin tragique qui continuera à la hanter une fois devenue adulte.

Mon avis:

Je remercie Amazon Publishing France pour sa confiance.

Malgré une couverture qui ne me paît pas, le résumé a su capturer mon attention alors j’étais curieuse de découvrir à quelle sauce j’allais être mangée.

Le récit nous est raconté de deux points de vue.

Rapidement, le premier nous dévoile le projet de Vanessa. Elle a décidé, lors d’un voyage à Paris avec ses trois amies, Whitney, Kiran et Kat de se donner la mort en sautant du haut de la Tour Eiffel et, alors qu’elle raconte leur périple, un autre point de vue s’intercale. Celui-ci nous fait rapidement comprendre qu’un terrible évènement a eu lieu.

Alors, est-ce que le projet de Vanessa s’est concrétisé? Est-ce que c’est autre chose?

Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est que tout nous est raconté sans pudeur. Vanessa partage avec nous sa souffrance, son mal-être. Elle a l’impression d’être la brebis galeuse dans son groupe, de se démarquer parce qu’elle ne partage rien de spécial avec les autres filles, d’être invisible. Ajoutez à cela qu’elle se sent exclue à cause des difficultés d’argent de sa famille et vous comprendrez pourquoi Vanessa se sent acculée. Ce sentiment, on se reconnaît forcément dedans car on l’a tous ressenti à un moment ou un autre de notre vie.

A l’opposé, la description qui est faite de ses amies est lumineuse, pleine de vie. Elles ont tout pour elle, la jeunesse, la beauté, l’argent. Toutes les portes leur sont ouvertes. Des portes que Vanessa aimerait avoir pour elle.

Mais En plein ciel, c’est plus qu’un récit sur le mal-être adolescent. C’est un décompte. On sait que quelque chose de terrible a eu lieu alors on est impatient de découvrir ce que c’est. On peut avoir des théories et plus le récit avançait, plus je croyais que je ne serais pas surprise. Je pensais savoir où j’allais. C’est là que Kodi Scheer est parvenue à me surprendre. En effet, elle a déjoué toutes mes attentes pour m’emmener là où je ne l’attendais pas.

Ca a commencé par un rebondissement. Un évènement dramatique qui a chamboulé la donne et retourné complètement le récit. Ensuite, elle a asséné le coup final qui m’a complètement laissée abasourdie. C’était très fort. Enfin, un dernier coup de chapeau et là, je dis: bravo. J’adore!

J’ai donc dévoré ce roman. J’ai adoré suivre les mésaventures de Nessa et de ses amies et j’ai pris plaisir à les voir se dévoiler. C’est une bonne découverte pour moi.