Neighbor dearest (The boy next door) – Penelope Ward

couverture

Synopsis:

Chelsea se remet difficilement de la rupture avec son copain, Elec, mais elle a bien l’intention de tourner la page lorsqu’elle déménage et s’installe dans un nouvel appartement à San Francisco. Tout irait pour le mieux si elle n’avait pas un voisin très irritant, un certain Damien, qui a en plus deux chiens qui aboient toute la journée, qui la réveillent régulièrement. Impossible de s’entendre avec cet homme arrogant, qui ne veut faire aucun effort.
Mais il n’est pas facile d’éviter celui qui vit juste à côté de chez soi, surtout qu’il n’est pas qu’un simple voisin mais également le propriétaire de l’immeuble ! Au fil de leurs rencontres, Chelsea découvre en Damien une personne différente de ce qu’elle pensait et elle commence à s’interroger sérieusement sur lui.
Pourquoi a-t-il l’air si seul et semble refuser tout engagement ?

Mon avis:

Je découvre la plume de Penelope Ward à l’occasion de ce roman. J’avais déjà vu passer quelques romans d’elle ( Stepbrother, Room hate ) sans avoir ressenti le besoin de m’y intéresser mais les chroniques que j’ai pu lire pour celui-ci m’ont convaincue.

L’histoire nous est racontée par Chelsea.

Elle vient d’emménager dans un nouvel immeuble après une rupture douloureuse avec Elec et a énormément de mal à s’en remettre car il lui a fait perdre confiance en elle et en les hommes. Quand elle rencontre Damien, elle se fait d’emblée un avis négatif sur lui. De mon côté, j’ai bien ri car la situation est cocasse. Pour ne pas arranger les choses, Damien est non seulement son voisin de palier mais c’est aussi le propriétaire de l’immeuble où elle vit.

A première vue, nous avons donc une histoire classique où deux personnes ne s’aiment pas au début puis apprennent à s’apprivoiser. C’est effectivement le cas pour la première partie de ce roman. Durant cette partie, j’ai appris à découvrir une Chelsea qui n’a pas peur de dire ce qu’elle ressent et d’agir en conséquence. Je l’ai beaucoup appréciée car c’est une personne foncièrement honnête qui ne joue pas avec les autres. C’est une fille bien qu’on a envie de voir heureuse. Quant à Damien, il dégage une aura de mystère si bien que même quand il se dévoile, il reste difficile à cerner. Il laisse entrevoir un côté très protecteur envers les personnes qu’il aime et comme Chelsea, il ne cache rien de ce qu’il pense et ressent. Or, il s’empêche de laisser libre court à ses sentiments pour Chelsea. On ressent clairement les entraves qu’il se met, le combat qui se joue en lui.

C’est la partie du récit que j’ai le plus aimée ici. C’était intense, c’était complexe, riche en émotions très fortes. Je ressentais la souffrance des deux héros, le besoin qu’ils avaient d’être l’un avec l’autre sans pouvoir le faire… Penelope Ward a vraiment su retranscrire le combat qui fait rage en eux. C’est beau, c’est tragique. C’est pur.

Sometimes, the best things are right under your nose all along.

Arrive ensuite la seconde et dernière partie du roman.

Je ne me doutais pas que le récit serait construit sur une trame pareille. Alors que la première partie s’articulait autour du thème de la confiance, de la reconstruction, du « Carpe Diem », celle-ci s’ouvre sur l’avenir. L’auteure ne se contente pas d’un happy end où les héros se mettent enfin en couple. Elle imagine l’après avec d’autres questions à l’appui.

J’ai eu peur d’un rebondissement dramatique. J’ai franchement été tentée d’aller lire directement la fin pour en avoir le coeur net. Je me suis abstenue en retenant voir la chronique qui m’avait convaincue (celle de ma copine Florylège ) et j’ai été soulagée en relisant qu’elle avait refermé le bouquin avec le sourire aux lèvres et que c’était un feel-good.

Cette seconde partie sera donc intense pour vos nerfs. Vous serez prévenus.

Cela éclipse le fait, pour moi, que j’ai été moins charmée dans la mesure où Damien se laisse bouffer par ses peurs et qu’il a un peu tendance à s’empêcher de vivre, encore une fois. J’ai vraiment adoré la première partie alors c’est vrai que le soufflé est un peu retombé ici.

Cependant, j’ai pris énormément de plaisir à lire ce récit jusqu’à la fin qui m’a également un sourire. On sent que les personnages sont en paix avec eux-mêmes et on est heureux pour eux.

Neighbor dearest n’est donc pas un coup de coeur mais j’ai très envie d’en lire plus de la plume de Penelope Ward. C’est une bonne découverte pour moi, idéale pour accueillir l’été.

Publicités

Saga Clash, tome 4: Salvaged (Passion irrésistible) – Jay Crownover

couverture

Synopsis (Traduction par moi. Sortie française prévue):

Hudson Wheeler est un gars bien. Tout le monde s’accorde à le dire, même sa fiancée qui l’a quitté au pied de l’autel alors qu’elle est enceinte. Il en a marre de toujours finir dernier mais quand il rencontre Poppy Cruz, il est incapable de détourner ses yeux. Il voit sa douleur et tout ce qu’il veut faire, c’est prendre soin d’elle et la faire sourire, peu importe ce que ça lui coûte.
Après avoir vécu une vie à être blessée par des hommes qui devaient la protéger, Poppy est déterminée à se protéger de tous. Le sourire de Wheeler et ses mains calleuses à force de restaurer des voitures classiques ne devraient pas lui plaire mais à chaque fois qu’elle est avec lui, elle veut se rapprocher de lui.

Mon avis:

Depuis le temps que nous les avons rencontrés, j’avais très hâte de voir Poppy être enfin heureuse alors je n’ai pas tardé pour découvrir ce tome. L’action nous est racontée alternativement par Poppy et Wheeler.
Cela fait maintenant un moment que Poppy tente difficilement de se reconstruire. Elle bénéficie du soutien de sa famille et de ses amis mais elle reste apeurée par la simple présence des hommes.
C’est pour cela que lorsqu’elle rencontre Wheeler, dans le tome précédent, rien ne laisse présager une romance entre eux deux, d’autant plus que lui est dans une relation de longue date avec la sœur de Dixie.

That’s why a lot of women stay in failing relashionships, even ones that are dangereous and unhealthy. It’s all they know and they don’t know how to walk away. They’re scared to be alone, scared no one will understand what they’ve been through and won’t try to understand why they couldn’t leave. They feel like damaged goods, like they’ve somehow brought everything bad that’s happening to them upon themeselves.

Par l’intermédiaire de Poppy et de sa mère, Jay Crownover délivre un message fort. Elle nous rappelle que même si on croit en être incapable, on peut toujours reprendre sa vie en mains. Quelquefois, il faut se défendre pour avoir la vie qu’on mérite et savoir accepter de l’aide. Elle nous rappelle également qu’il y a encore trop de femmes qui meurent aux mains de leur compagnon. C’est un hymne à l’amour et à la vie.

Wheeler est un mec bien. Sous ses dehors tatoués et de garagiste, se cache un cœur d’or qui n’aspire qu’à une chose : avoir son propre clan.
Peu bavard, il ne dégage pas la même aura magnétique que Rome ou Church mais une fois qu’il parle, on est obligé de fondre pour lui ! Il a ce truc imparable auquel on ne résiste pas. Wheeler, c’est vraiment une perle qu’il faut chérir parce qu’une fois qu’il vous donne son cœur, c’est lui tout entier que vous avez et pour la vie.

C’est presque logique que lui et Poppy se trouvent finalement. On pourrait croire que c’est parce que Poppy a besoin de protection et à cause du rôle naturel de Wheeler. Or, ce n’est pas du tout ça. Salvaged, c’est une histoire de guérison réciproque. Wheeler souffre autant que Poppy même si ce n’est pas de la même manière alors le réconfort apporté par l’un et l’autre est mutuel. Le résultat est d’autant plus beau et pur. Une bulle de douceur au milieu de l’obscurité qui entoure les héros.

Home is about knowing you are in the right place with the right people.

Car, en parallèle de la romance, la vie continue autour de nos héros, avec ses hauts et ses bas.

Wheeler doit apprendre à gérer le nouveau tournant de sa vie tandis que Poppy doit pleinement se libérer de son passé.

Alors, on tremble pour eux, on a peur et on craint à tout instant que quelque chose n’arrive.

Heureusement, l’auteure sait compenser en nous offrant des instants de sourires et de grâce notamment avec Happy. Si vous avez regardé Sept à la maison, alors comme moi, vous pensez à la même référence. Sinon, sachez juste que vous craquerez, c’est tout.

Les derniers chapitres et épilogues de Salvaged ont cette note finale qui vous arrachera des larmes d’émotion. Nous retrouvons tous les personnages qui ont marqué cette saga et les Marked men. C’est riche en amour, en nostalgie, en bonheur… Quelle belle façon de dire au-revoir!

En conclusion, Salvaged est comme ses prédecesseurs : une réussite qui vous frappera en plein cœur.

Retrouvez mon avis sur:
– la novella: Leveled.
– le premier tome: Passion brûlante (Built).
– le tome 2: Charged.
– le tome 3: Riveted (Passion dévorante).