[BD] Culottées, tome 1

couverture

Synopsis :

Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés.

Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

Mon avis:

Cela faisait longtemps que j’avais entendu parler de Pénélope Bagieu alors quand j’ai entendu parler de cette BD et constaté qu’elle recueillait des critiques plutôt élogieuses, j’ai su que j’allais craquer.

Ainsi, ce premier tome nous fait découvrir des femmes méconnues ou mal connues qui ont apporté une contribution notable à l’Histoire.

J’ai souri dès la première histoire car même si je viens de Lorraine, je ne connaissais pas Clémentine Delait. Après avoir demandé autour de moi à des Vosgiens pure souche, l’ignorance était la même. Et pourtant, une femme à barbe dans cette région, on penserait que cela ferait beaucoup parler et longtemps.

Mais nous ne sommes pas que dans un registre loufoque. Avec les Mariposas, par exemple, nous entrons dans l’Histoire avec trois soeurs qui ont tenu tête à un dictateur et qui ont subi des actes affreux sans laisser ceux-ci les inciter à reculer. Ces héroïnes m’ont marquée et suscité mon admiration car au vu de l’époque et du contexte dans lesquels elles vivaient, leur courage était exemplaire.

L’Histoire n’est pas faite que de combats et de guerres. Elle s’est construite également sur les aspects sociaux, nous plongeant ainsi dans l’intimité de Christine Jorgensen, née George et qui a participé à faire connaître les transgenres ou alors par le biais de la culture populaire. Je pense à Margaret Hamilton dont le nom ne vous dit rien mais si je vous montre une photo du rôle le plus notable qui a propulsé sa carrière, je suis certaine que vous vous exclamerez « ah mais oui, c’est elle! »

Avec cette collection d’histoires aux longueurs plus ou moins égales, c’est toute une épopée qui se joue devant nous. On a l’impression de vivre un voyage du passé vers aujourd’hui et on ne peut, en fermant ce livre, que rester songeur devant toutes ces choses qui sont évidentes pour nous mais pour lesquelles des gens se sont battu. A l’heure actuelle, je trouve donc Culottées absolument nécessaire et à mettre entre les mains de toutes les filles du monde.

Publicités

[BD] Rescapés de la Shoah

couverture

Synopsis :

Heinz, Trude, Ruth, Martin, Suzanne et Arek sont des survivants de la Shoah. Ils racontent chacun leur tour leur exil pour fuir les nazis. Six témoignages émouvants d’enfants rescapés de la Shoah.

Mon avis:

Le seul thème de cette BD a suffi pour que je craque dessus.

Rescapés de la Shoah se décompose en six parties; chacune d’elles étant consacrée à un enfant et étant une histoire vraie.

Le dessin en rebutera sûrement certains; il est simpliste en effet. Cependant, en ce qui me concerne, il a fait mouche car il permet de se concentrer sur l’essentiel, le récit. Idem pour sa colorisation.

Ainsi, nous faisons la rencontre de six destins.

Ils étaient enfants quand la persécution des Juifs a commencé et ils ne doivent leur vie qu’à un coup de chance, un hasard qui les a sauvés d’une mort certaine.

J’aurais dû être touchée par le sort de ces héros ordinaires. J’aurais dû être tenue en haleine.

Or, quelque part, j’ai été déçue, je suis restée en retrait par rapport à l’histoire. Je n’ai pas ressenti d’empathie. J’ai eu l’impression que l’histoire était racontée de manière superficielle.

Je sais qu’il est difficile de vraiment approfondir quand on raconte autant de récits mais cette façon de procéder les a desservis à mon sens. Tout est raconté très rapidement. Trop rapidement. C’est trop concis pour qu’on puisse saisir le contenu de ce qui est raconté. On n’a pas le temps de s’attacher aux héros que l’action est déjà finie.

Mon impression est donc que c’est trop bref.

Je ressens personnellement une petite déception car je pense qu’il y avait un potentiel à développer, quitte à faire un tome par personnage. Cependant, pour ceux qui ne sont pas connaisseurs de ce contexte, Rescapés de la Shoah constitue une bonne introduction. Je pense que pour expliquer sans trop entrer dans les détails à un enfant, par exemple, c’est l’idéal.

Selon le lecteur et ses attentes, cette BD peut convenir à un public non averti, pour justement sensibiliser.