Tryst six venom – Penelope Douglas

Synopsis ( Traduction du résumé par moi):

𝘾𝙇𝘼𝙔
Les filles de Marymount sont des gentilles filles. Nous sommes chastes, intouchées et même si ce n’était pas vrai, personne ne saurait parce qu’on la ferme.
Belle, intelligente, talentueuse, populaire, ma jupe est toujours impeccable et je n’ai jamais un cheveu qui dépasse. C’est moi. Toujours en contrôle.
Pour moi, la vie est une toile de secrets et personne ne doit découvrir le mien.

𝙊𝙇𝙄𝙑𝙄𝘼
Je suis sur les pistes tous les jours pour une seule raison – être diplômée et prise dans la Ivy Ligue. Je n’ai pas honte d’où je viens, de ma famille ou de comment tout le monde à Marymount pense que ma jupe est trop courte et mon rouge à lèvres trop voyant.
Clay Collins et ses amies m’ont toujours dédaignée. Cette sorcière avec sa belle peau, ses chaussures toutes propres et des parents riches, me torture tout le temps et croit que je ne me rebifferais pas. Cette princesse croit qu’elle est toujours pure du moment que ce n’est pas un garçon qui la touche. Je lui ai dit de rester de son côté de la ville. De ne pas traverser les pistes. Mais une nuit, elle l’a fait et quand j’en aurai fini avec elle, elle ne sera plus jamais pure.

Mon avis:

Tryst six venom est ma première romance F/F et rares sont les auteurs qui auraient pu m’inciter à en lire une. Penelope Douglas étant une de mes références en matières de romances, je ne me suis même pas posée la question.

Cette enemies to lovers m’a beaucoup fait penser à Vicious dans le principe. Clay est la Queen Bee du lycée et Olivia une fille un peu paria à cause de sa famille, synonyme de problèmes dans la communauté mais qui se démarque car elle a fait son coming out depuis longtemps.

Au premier abord, Clay n’attire pas la sympathie car elle peut dire des méchancetés horribles et si elle était en face de vous, vous auriez juste envie de la frapper.

Quant à Clay, on se demande pourquoi elle laisse Clay la martyriser ainsi au lieu de se défendre.

Heureusement, on ne reste pas très longtemps dans cette ambiance « angst ».

Une fois que le contexte est installé, l’auteure amène tout doucement la romance, les enjeux qui en découlent et des intrigues secondaires.

A mon insu, Penelope Douglas m’a fait adhérer complètement à la romance. Elle m’a fait comprendre les raisons derrière les comportements des protagonistes, même et surtout ceux de Clay. Elle a réussi à me la rendre sympathique et je me suis même attachée à elle, ce qui n’était pas chose aisée en découvrant les premiers chapitres.

Dans le même temps, elle a dépeint une galerie de personnages secondaires qu’on croit manichéens mais qui révèlent une complexité intéressante. J’ai beaucoup aimé découvrir la famille d’Olivia. J’ai trouvé que ses frères étaient très attachants et s’il doit y avoir un autre tome dans cet univers, j’adorerais en lire plus sur Army et sur Macon. L’un est excentrique tandis que l’autre est taciturne mais ils ont un énorme potentiel.

Du côté de Clay, j’ai été agréablement surprise par son amie Krisjen et aussi par ses parents. Ils ont apporté une fraîcheur sur la dernière partie du récit qui est inattendue et m’ont beaucoup fait sourire.

Oui, vraiment, on a une multitude de personnages secondaires qui captent notre attention et suscitent notre empathie et notre sympathie.

J’ai été captivée par la grosse question qui constitue l’obstacle au HEA des héroïnes. Même si on en devine l’issue, j’ai vécu l’épreuve qu’elles traversent avec une intensité folle. J’étais complètement dedans et rien n’aurait pu me faire me décrocher du roman. Je dévorais les pages, toujours plus avide d’en lire plus.

L’intrigue s’est également doublée de thèmes sombres et de scènes qui peuvent heurter des sensibilités. Celles-ci viennent s’ajouter à celles qui opposent les riches et les pauvres, qui m’ont fait penser à la série Outer Banks. C’est là qu’on voit que malgré les apparences, la vie n’est pas forcément plus rose lorsqu’on a du pouvoir ou de l’argent. La vie peut même comporter plus de fardeaux.

Tryst six venom est vraiment un roman riche sur plusieurs niveaux et quand on le referme, on se rend compte que c’était une sacrée balade! Comme vous pouvez le voir, j’ai passé un super moment avec la plume de Penelope Douglas. Encore une fois, j’ai été conquise par sa manière de raconter les choses et par ses héros.

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.