When You Disappeared (Parti en fumée) – John Marrs

couverture

Synopsis (Traduction par moi) :

Un matin, Catherine se réveille seule dans son lit. Elle ne s’inquiète pas, convaincue que son mari est allé courir avant de se rendre au travail, comme il en a l’habitude.
Mais cette fois, Simon n’arrivera jamais au bureau. Ses baskets sont devant la porte et rien ne manque à part lui. Très vite, Catherine pressent qu’il lui est arrivé quelque chose : il n’avait aucune raison de disparaître ainsi.
En réalité, tandis que la vie de sa femme est bouleversée, Simon, bien vivant, parcourt le monde et se forge un nouveau destin. Il est le seul à savoir ce qu’il a fait, ce qui l’a poussé à partir. Les souvenirs auxquels Catherine se raccroche ne sont que mensonges, tout comme leur mariage. Ce n’est que vingt-cinq ans plus tard, quand Simon refait surface, qu’elle découvre enfin qui il est réellement…. Et il est des vérités plus difficiles à entendre que d’autres.

Mon avis:

Ce drame familial s’ouvre avec un chapitre qui constitue à lui seul toute l’énigme du roman. En effet, pendant toute la durée de celui-ci, une seule interrogation nous hante: « Pourquoi? »

Pourquoi, un beau jour, Simon, mari et père de famille de trois enfants, décide de quitter le domicile pour se tuer avant de changer d’avis et de disparaître dans la nature?

Qu’est-ce qui l’a mené à cette décision?

Et surtout, pourquoi décide-t-il de revenir, près de trente ans plus tard?

C’est ainsi que l’histoire va nous mener alternativement entre présent et passé et nous faire vivre tout un pan de vie au côtés de Simon et de Catherine, la femme abandonnée de celui-ci.

Mon attention a été captivée de bout en bout. Je n’avais pas l’ombre d’une ébauche de théorie quant à ce qui motivaient les personnages alors je dois dire que John Marrs m’a complètement baladée à son rythme.

Les personnages n’ont rien de spécial. Ils ont leurs qualités et leurs défauts. De nombreuses fois, je me suis surprise à réaliser que je ne les appréciais pas particulièrement. Au passé, Simon est tout entier plongé dans sa fuite et Catherine veut se montrer forte pour ses enfants mais elle se met la tête dans le sable intentionnellement. Au présent, ils semblent motivés par une soif de faire mal à l’autre et on se demande lequel est le plus manipulateur… Bref, ce sont des citoyens lambda que la vie n’a pas épargnés.

Ce que je retiens de ce récit, c’est vraiment un sentiment de drame, d’incompréhension. Beaucoup de choses se sont passées pour ce couple au cours des vingt-cinq dernières années. La seconde moitié de l’histoire prête même à sourire car un parallèle peut être établi entre ce que vivent Simon et Catherine chacun de leur côté.

Cependant, au cours de ma lecture, j’avais commencé à imaginer une raison expliquant le départ de Simon et même si celle-ci est en cause, j’ai été bluffée par ce que me réservait au final l’auteur.

Il illustre ici parfaitement la tragédie où peut mener le silence et les quiproquos. Il va loin dans son propos mais c’est frappant. Un coup de poing. Il nous montre que la parole libère, que ce soit par le biais de Robbie, un des fils que Simon abandonne, ou pas le biais de Catherine.

Au final, j’ai passé un bon moment de lecture avec When You Disappeared. Il me laisse un sentiment de tristesse, de gâchis devant des vies qui auraient pu être moins teintées de larmes. C’est une sacrée leçon de communication.

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.