Duologie Don’t get mad, tome 1: Get even – Gretchen McNeil

couverture

Synopsis (Traduction par moi) :

Bree, Olivia, Kitty et Margot n’ont rien en commun – en tout cas, c’est ce qu’elles voudraient que les étudiants et les administrateurs de leur lycée privé pensent. Les filles ont des différents buts, des différents amis et des vies différentes mais elles partagent un gros secret: Elles sont toutes membres de Don’t Get Mad, une société secrète qui se venge anonymement des tyrans de l’école, des garces et des profs sadiques. Quand leur dernière cible est retrouvée morte avec une carte « DGM » dans ses mains, les filles réalisent qu’elles ne sont pas si anonymes qu’elles croyaient l’être et que quelqu’un veut maintenant se venger d’elles.
Bientôt, les indices s’accumulent, la police se rapproche d’elles… et tout le monde a quelque chose à perdre.

Mon avis:

En ouvrant ce roman, je savais que j’allais tomber sur une espèce de thriller psychologique. Ce que je ne savais pas, c’est à quel point j’allais être prise.

Le récit est raconté à travers les points de vue de quatre filles.

Kitty est une Asiatique pas douée en maths, comme elle aime en plaisanter. De nature avenante, elle craque depuis toujours en secret pour Donté, l’ex-copain d’Olivia. Capitaine de l’équipe de volleyball, c’est la fille populaire du groupe.

Olivia est passionnée par le jeu d’acteur. Un jour d’ailleurs, elle sera une actrice reconnue. En attendant, sa mère, anciennement actrice elle-aussi, vit ses dernières heures de gloire à travers elle.

Bree est la fille d’un sénateur. Avec l’aide de John, son meilleur ami et lui aussi « fils de », elle cherche à attirer l’attention de ses parents et passe donc dans une phase rebelle. C’est la première à se dévouer pour faire toutes les bêtises possibles.

Margot est une passe-partout. Personne ne la voit, personne ne l’entend. Elle manque de confiance en elle d’où sa discrétion.

Ces quatre jeunes filles évoluent dans des sphères différentes. Leurs amis et leurs groupes ne se côtoient pas. Pourtant, elles ont constitué en secret un groupe, DGM, afin de venger les plus faibles contre leurs oppresseurs. Leurs cibles sont les professeurs et d’autres élèves du lycée et franchement, on adhère à leur manière de voir les choses. Elles font des plaisanteries inoffensives mais qui ont le chic pour faire se sentir mal leur victime, qui l’aura bien mérité. Avec elles, l’humour devient une arme.

Alors, lorsqu’un jour, leur future victime est retrouvée morte, on est autant surpris qu’elles car tout à coup, on entre dans un monde plus sombre. Un monde où chaque acte peut avoir des conséquences dramatiques.

Tour à tour, chacune d’elle reçoit des enveloppes dont le contenu, on le devine, est crucial. Tandis qu’elles n’en ont que des morceaux, nous pouvons, nous, nous amuser à les additionner afin de mener notre enquête.

Là où l’action ne nous laisse pas le temps de réfléchir et donc de voir les choses posément, c’est dans le fait que la multiplicité des personnages nous trouble car on ne sait plus comment trier les informations. Par où commencer? Par qui? Par quoi?

Je suis faible. D’habitude, je me restreins toujours à attendre le fin mot de la fin, à ronger mon frein pour avoir la surprise au bout car je sais que je ne verrai rien venir si c’est un bon thriller. Oui, mais j’ai craqué. A un tiers du roman, j’étais tellement sur les nerfs qu’il fallait que je sache. Autant vous dire que la fin de ce tome ne m’a rien dévoilé mais qu’en même temps, je l’ai beaucoup appréciée car si je ne savais pas qu’il y a un autre tome derrière, cette fin ouverte me conviendrait. Non, en fait non. Elle me frustrerait mais j’aime beaucoup la scène et les dialogues sur lesquels elle nous laisse.

Revenons au récit principal.

J’ai en premier lieu apprécié les filles donc c’était agréable de les suivre dans leur quotidien et d’être dans leur tête pour comprendre leurs motivations. Elles ont leurs qualités et leurs défauts mais elles suscitent notre empathie. Elles pourraient être nous. On se reconnaît dans certaines de leurs actions.

J’ai été happée par l’histoire, comme je vous le disais. Elle est racontée à un rythme soutenu. On sent une certaine urgence dans la narration. Celle-ci retranscrit parfaitement l’étau qui se resserre autour des filles et, parce qu’on est oppressé, on ressent le besoin inextricable de savoir pourquoi. Qu’est-ce qui se passe? C’est juste incroyable!

Arrivée au dernier tiers du roman, j’ai eu une théorie qui s’est peu à peu dessinée.

Mais! Il faudra que Get dirty arrive entre mes mains pour que j’ai confirmation ou pas de ce que je pense.

En attendant, j’ai adoré: le fait que les héroïnes ne soient pas parfaites, qu’elles aient leurs préoccupations en parallèle de ce qui leur arrive et l’histoire. Il y a plusieurs trames dans le récit et chacune d’elles m’a captivée.

Il me faut donc impérativement la suite. O rage, ô impatience! Get dirty arrive très vite!

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.