Les 7 vies de Léo Belami – Nataël Trapp

couverture

Synopsis:

Léo, 17 ans, jeune homme solitaire et sans histoires, compte les heures avant la fin des cours. Il se prépare pour la fête du lycée, organisée cette année en hommage à Jessica Stein, une élève assassinée trente ans auparavant.
Mais lorsqu’il se réveille le lendemain matin, c’est dans la vie d’un autre, dans la maison d’un autre… en 1988.
Au gré d’allers-retours entre 1988 et 2018 dans des corps différents, Léo va tout tenter pour empêcher ce meurtre et découvrir l’identité du tueur. Pourra-t-il changer le destin ?

Mon avis:

J’ai été embarquée dès les premières pages!

L’histoire est racontée par Léo. Adolescent comme tous les autres de dix-sept ans, il vient de se faire quitter par Valentine. Il a un meilleur ami, Areski, qui est en fauteuil roulant et travaille à mi-temps dans une boutique de location de DVD avec Bélinda quand il ne s’entraîne pas à la salle de boxe.

A l’approche de la fin de l’année scolaire, un bal va avoir lieu. Celui-ci marque les trente ans d’un fait divers qui a secoué leur lycée à la même époque. En effet, il y a trente ans, une lycéenne, Jessica, a été retrouvée morte dans le lac de la ville.

Léo est le prototype du gars normal: ses préoccupations n’ont rien d’extraordinaire mais pourtant, c’est lui qui se retrouve projeté, façon Code Quantum, dans la peau des adolescents de son lycée.

Là où on prend notre pied à le suivre, c’est dans le fait qu’il est hyper observateur et qu’il ne subit pas l’action. Au contraire. Même si au départ, il est déboussolé, il tire rapidement son parti de ses expériences et ainsi, on enquête avec lui sur ce qu’il s’est passé et on découvre les passés de personnages qui suscitent notre empathie.

Dans l’entourage de Jessica, plusieurs personnages sont donc mis en exergue: Capucine subit la pression familiale et sociale afin de se conformer à un moule dans lequel elle se sent oppressée . Etienne est élevé par un père militaire strict, ce qui rend difficile pour lui le fait de s’autoriser son propre bonheur. Derrière sa façade au premier abord peu sympathique, la vie de Jessica explique son attitude défensive et on ne peut que compatir pour elle. Marco non plus n’est pas épargné par la vie. Et que dire des parents de Léo? On sourit devant eux.

Plus qu’une enquête, Les 7 vies de Léo Belami est avant tout une leçon de vie: on réalise grâce à Léo que l’herbe peut être plus verte à côté, il n’en reste pas moins que nous avons tous notre lot de casseroles à traîner. On réalise aussi que le moindre choix que l’on fait peut avoir des répercussions imprévisibles et que finalement, on est tous reliés les uns aux autres par des fils rouges invisibles.

J’ai adoré le fait que ce roman puisse se lire et être interprété sur des multiples aspects. Nous avons une trame de thriller mais également une réflexion sur la condition humaine devant nous. Ce roman m’a happée à un point inimaginable et m’a beaucoup fait réfléchir. C’était génial!

La fin du récit, bien que convenue, m’a énormément plue car elle nous rappelle à notre propre fragilité et à la fragilité de ce qui fait la vie elle-même. C’est une très belle leçon qui nous laisse émue et avec un sourire nostalgique. C’est un vibrant hommage à la famille mais également à la famille et à l’amour. Ce roman est donc un coup de coeur que je relirai avec plaisir.

4 commentaires sur « Les 7 vies de Léo Belami – Nataël Trapp »

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.