Dans la maison – Philip Le Roy

couverture

Synopsis:

Huit lycéens d’une section Arts Appliqués ont l’habitude de faire la fête le samedi soir dans une maison de campagne isolée. Pour changer, l’un d’eux propose d’organiser une soirée frissons. Le but du jeu : effrayer les autres, et les faire boire. Mais avec des ados aussi créatifs, les bonnes blagues laissent bientôt la place à des mises en scène angoissantes. L’ambiance devient pesante. Et quand un orage éclate, le groupe se retrouve coupé du monde. Bientôt, des bruits étranges retentissent dans la maison, des pierres surgissent de nulle part, un garçon disparaît, puis une fille… La soirée bascule dans un huis clos horrifique.

Mon avis:

Je remercie les éditions Rageot pour leur confiance.

Ce roman promettait d’être un huis clos oppressant, il a tenu ses promesses.

Nous faisons la connaissance de huit jeunes lycéens en Arts appliqués dans un établissement huppé. A l’intitulé de la filière, vous partez du préjugé comme quoi ils sont un peu snobs et friquées, hein? Friqués, c’est clair qu’ils le sont. Snobs, possible. Et désoeuvrés. C’est pour ça qu’ils imaginent une soirée où le but serait de se faire peur. Le cadre est de plus bien trouvé car l’un d’eux a une villa nouvellement rénovée au fin fond de la campagne.

L’histoire commence comme dans tout film d’horreur classique quand une bande de jeunes décide de boire dans un espace confiné. D’ailleurs, elle joue avec les codes du genre en multipliant et en citant quelques références.

Vous ne vous en rendez pas compte mais vous êtes déjà pris au filet. Insidieusement, l’action prend un nouveau tournant.

Flirtant entre plusieurs genres, entre le thriller psychologique, le surnaturel et l’horreur, elle nous fait assister, impuissants, à la disparition progressive des héros, à l’instar des Dix petits nègres d’Agatha Christie. La référence-ci n’est pas anodine car j’ai retrouvé ici exactement la même atmosphère et les mêmes sentiments que j’ai ressentis lors de la découverte de ce classique. Le résultat est vraiment bluffant

Ainsi, quand tout est expliqué, j’ai été tout simplement époustouflée. J’avais passé tout le récit à avoir peur et là, j’ai eu l’impression de revivre, de sortir d’un cauchemar. C’était une vraie libération.

Dans la maison est donc une réussite. J’ai adoré de bout en bout. J’ai été captivée, j’ai été conquise, j’ai eu peur… C’était génial!

Publicités

6 commentaires sur « Dans la maison – Philip Le Roy »

Répondre à lesentierdesmots Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.