Most of all you (Toi plus que tout) – Mia Sheridan

couverture

Synopsis :

Crystal a appris il y a bien longtemps que l’amour n’apporte que de la souffrance. Ne rien ressentir est bien mieux que être blessée de nouveau. Elle protège son coeur brisé derrière une apparence dure et porte en elle une profonde méfiance vis à vis des hommes, qui, selon elle, n’ont fait que prendre leur pied et l’utilisée.
Puis Gabriel est entré dans sa vie. Malgré la terrible noirceur de son passé, il y a une bonté indéniable en lui. Et bien qu’elle en connaisse le prix, Crystal se trouve attirée par Gabriel. Sa force tranquille lui fait baisser sa garde et sa douce patience l’amène à remettre en question tout ce qu’elle pensait savoir.
Crystal et Gabriel n’ont jamais imaginé que le monde, qui leur a tout pris, leur apporterait un amour aussi profond. Mais le destin ne les a pas emmenés aussi loin pour rien et à présent c’est à eux de faire leur choix: durcir leur coeur à nouveau ou trouver le courage de transformer leur passé douloureux.

Mon avis:

Pour moi qui suis habituellement fan de la plume de Mia Sheridan, j’ai été assez dépaysée car le ton de l’histoire change radicalement de ce que j’ai l’habitude de lire avec elle. En effet, ici, j’ai été marquée par le côté très sombre du récit. vous vous rappelez ce sentiment de désespoir qui prédomine dans la saga Bad de Jay Crownover? Alors, imaginez-vous à la place de Honey si elle n’avait pas rencontré Nassir et qu’elle n’avait pas été protégée des coups de la rue.

C’est ainsi que Crystal, de son vrai prénom Eloïse, nous apparaît. Sa mère l’a abandonnée quand elle était enfant à un père violent qui l’a négligée et laissée aux bons soins de ses « amis ». Elle n’a eu que des mauvaises rencontres dans sa vie si bien que lorsqu’une situation dure se présente, elle encaisse sans broncher car elle ne sait pas qu’elle peut se défendre, qu’elle en vaut la peine. C’est une fille trop durement blessée par la vie qui se méfie quand on lui tend la main car elle ne sait plus ce qu’est la gentillesse ou la bonté. Le prototype même de la fille victime d’abus qui devient stripteaseuse pour oublier sa dignité en miettes.

Alors, quand elle rencontre Gabriel, malgré l’étincelle qui naît entre eux, elle se bat bec et ongles. On pourrait croire qu’elle refuse d’être heureuse mais en réalité, elle a peur qu’on lui retire ce bonheur. Alors, elle refuse d’admettre qu’il y a encore des choses qu’elle désire.

Gabriel n’a pas non plus été épargné par la vie. Il a été enlevé quand il était enfant et a vécu pendant six ans prisonnier dans une cave et il a désormais peur du moindre contact avec autrui. Alors, en désespoir de cause, il a décidé d’approcher Ellie à son travail pour qu’elle l’aide à supporter la proximité physique.

It’s the things no one wants to talk about, the things everyone avoids that hold you inside like a dirty secret that might somehow be your fault.

On pourrait croire que la romance entre eux est de celles qui vous mettent des étoiles dans les yeux. Qu’elle fait rêver. Qu’elle est épique. En réalité, l’ambiance est tellement sombre, tellement pesante qu’elle est oppressante. On ne peut jamais oublier que la vie attend à la porte de se rappeler à vous. On est sur le qui-vive, presque paranoïaque, apeuré qu’un nouvel évènement sombre arrive. C’est comme lire un thriller psychologique. On en oublie totalement le côté romance du récit.

Pourtant, elle se construit progressivement sous nos yeux. Alors que Gabriel et Ellie apparaissent de plus en plus destinés l’un à l’autre, la magie de la plume de Mia Sheridan opère enfin. On est complètement dedans, incapable d’en décrocher.

I’m living my life – the one I was given. It’s all any of us can do. To imagine otherwise is to deny that there’s a purpose to the suffering we might endure […] I just trust taht this life, my life, is the life I was meant to have and I find peace in that.

La fin de ce récit est riche en actions. Elle prend un tour que je n’attendais pas puis elle se concentre sur l’aspect psychologique de la romance. C’est par celui-ci qu’on va être brisé, qu’on va pleurer, souffrir puis finalement se reconstruire. C’est un long processus qu’on vit à travers les héros et comme si c’était nous. C’est intense. C’est profondément riche en tout.

En conclusion, Most of all you change radicalement des autres romans de l’auteure mais son essence reste là. On est ému jusqu’au fond de l’âme. Ce n’est pas un coup de coeur mais ce titre restera une lecture marquante qui transforme notre vision de la vie.

Publicités

2 commentaires sur « Most of all you (Toi plus que tout) – Mia Sheridan »

  1. Tu as très bien su décrire l’ambiance de ce roman. La romance ne colle pas des étoiles plein les yeux et c’est tout d’abord très surprenant mais l’histoire est vraiment marquante. Toutefois, je pense l’avoir lu trop peu de temps après Archer’s Voice et du coup j’ai été un peu déçue par le ton justement. Dommage …

    1. Je te rassure, je l’ai lu longtemps après Archers voice et j’ai été déçue aussi. Ça ne m’a pas vendu de rêve. Or, c’est ce que je recherche dans ce genre de lecture

Répondre à florylegebooks Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.