Roomies – Christina Lauren

couverture

Synopsis:

Sauvée par Calvin de ce qui aurait pu être une agression dans le métro, Holland s’acquitte de sa dette en obtenant au brillant musicien une audition avec son oncle, un producteur influent du monde de la musique. L’audition se passe encore mieux qu’Holland elle-même aurait pu l’imaginer, on promet alors à Calvin un grand avenir à Broadway jusqu’à ce qu’il admette que son visa d’étudiant a expiré et qu’il vit aux Etats-Unis dans l’illégalité.
Sur un coup de tête, Holland propose alors à l’Irlandais de l’épouser pour lui permettre de rester à New York. Ce qu’elle ressent pour lui, n’est un secret que pour… le principal intéressé. Leur étrange cohabitation se mue en amour fou, Calvin devient l’enfant chéri de Broadway. Que faudra-t-il pour qu’Holland et Calvin réalisent qu’ils ont tous les deux arrêté de jouer la comédie depuis un moment?

Mon avis:

Le pitch de départ est assez invraisemblable, je le conçois. Pensez donc, est-ce que c’est courant pour vous de voir une fille tomber amoureuse d’un mendiant musicien de métro sans même le connaître puis le pistonner pour le faire intégrer une troupe de Broadway après l’avoir épousé pour l’aider à obtenir une green card? Pour moi, non mais qu’importe. Malgré cette base irréaliste, Christina Lauren réussit à m’embarquer dans ce voyage avec un plaisir fou.

Nous faisons la connaissance de Holland. A vingt-cinq ans, elle travaille dans la troupe d’un grand théâtre de Broadway. Son oncle est un producteur de spectacles reconnu de tous et elle aspire à être un écrivain vivant de ce métier. C’est pour cela qu’on sent une espèce de mélancolie quand elle reconnaît être entourée d’artistes sans en être vraiment une. En effet, elle n’a jamais écrit depuis qu’elle a obtenu son MFA car elle est confrontée au syndrome de la page blanche. Elle se languit donc un jour de pouvoir ouvrir son PC sans ressentir d’angoisse et à défaut de faire ce qu’elle aime, elle vit au rythme de Broadway.

Calvin, c’est le mec pour qui à priori, tout est facile. Il a un talent monstre pour jouer de la guitare et quand il parle, son accent est à tomber. Quand je l’imagine, je vois carrément Sam Heughan parler et je fonds! Bon, il vit dans l’illégalité aux Etats-Unis mais on ne peut pas lui en tenir vigueur. Son seul défaut, c’est d’être impossible à cerner. C’est dommage car quand je lis ses scènes, je vois pourquoi il me plaît mais de l’autre côté, il reste loin.
Après, j’ai lu pas mal de chroniques disant que Calvin est égoïste. Je peux comprendre la raison pour laquelle on peut le croire mais en ce qui me concerne, Calvin a juste le défaut d’être trop centré sur sa passion au point d’oublier de réfléchir rationnellement. C’est un impulsif qui peut être fier mais qui se rachète par sa capacité à nous attendrir. Il fait des bourdes énormes, oui, mais Holland peut également nous agacer par sa passivité.

You don’t need to have it all figured out.

L’intrigue est franchement prenante malgré ce petit point noir. Sitôt ouvert, j’ai été complètement incapable de lâcher le roman.

Je me suis éclatée avec les maladresses de Holland et la manière dont elle tente désespérément de ne pas tomber amoureuse de son mari. C’est attendrissant. On sait quelle sera la fin mais c’est génial de voir Holland lutter pour contrôler ses sentiments. On y croit.

J’ai également adoré l’humour des auteures. J’ai énormément ri grâce à elles. Bon, certains personnages étaient un peu caricaturaux, comme Lulu, mais ce n’est même pas grave tellement j’ai pris plaisir à lire Roomies.

J’ai donc englouti ce sympathique roman d’été comme on dévore une glace en plein soleil et c’était super! Une bien meilleure expérience que Dating you, hating you dont vous pouvez retrouvez mon avis ici même si j’avais bien plus aimé Autoboyography.

Publicités

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.