Something about you – Mily Black

couvertureLoveRedemption

Synopsis:

Jo n’a pas l’habitude qu’on lui tienne tête. Il faut reconnaître qu’avec ses cheveux bleus, ses nombreux tatouages, son franc-parler et son expertise en mécanique, la plupart des gens qui la croisent détournent le regard. Mais pas Andrew Anderson. Le bras droit de Mme Nichols – la puissante femme d’affaires qui vient de la recruter comme chauffeur particulier – aurait même tendance à la défier ; une attitude hautement risquée de la part de cet homme charismatique qui donne au costume-cravate une tout autre dimension. Jo ne s’y trompe pas : sous ses dehors policés, Andrew Anderson dissimule un tempérament de guerrier. Et elle a bien envie de tester le self-control de son nouveau collègue…

Mon avis:

Je remercie les Editions Harlequin France pour leur confiance.

Quand j’ai commencé ce roman, j’ai été déroutée car je m’attendais à quelque chose et finalement, c’est complètement autre chose que j’ai eu. Je ne m’attendais pas à faire connaissance avec une héroïne aussi forte dans le sens où elle a un vécu intense et que son passé est empreint de violence. Issue d’un quartier défavorisé, elle fuit un ex toxique qui cherche à l’entraîner avec lui au fond du gouffre et pour cela, elle n’a pas hésité à carrément changer de pays. A partir de là, elle tente de se reconstruire une vie convenable et c’est là que tout va vraiment commencer pour elle.

Jusque là, le contexte est peu reluisant mais la plume de l’auteure m’a déjà happée. Déjà, impossible de lâcher le roman. La seule chose qui m’a fait faire une pause était la nécessité de manger (à la va-vite) et de dormir. J’ai accroché avec la plume de Mily Black dès les premières lignes et c’était une très bonne chose car j’avais envie d’une lecture qui me fasse cet effet. Je voulais être prise au jeu alors quel bonheur d’avoir été servie!

Jo est une héroïne pas banale. Elle a une force de caractère qui en jette et une volonté de s’en sortir qu’on ne peut qu’admirer. Je l’ai aimée immédiatement. C’est le genre de personnes qu’on prend pour modèle. C’est une battante, elle sait tout faire mais surtout, elle n’est pas irréelle. Malgré les choses qu’elle fait et qui peuvent nous impressionner, elle garde des peurs. On se sent forcément proche d’elle. Notre empathie est à l’oeuvre. Ensuite, elle a du répondant et j’ai juste adoré lire ses réparties. Ca a été un régal! Cela donne lieu à des dialogues et situations cocasses et j’ai ri, mais ri! Je me suis éclatée!

J’ai été tenue en haleine par l’intrigue. L’auteure construit son action de manière progressive et avec un rythme lent mais soutenu si bien que je voulais toujours en lire plus. Je n’ai pas vu les pages défiler.

De plus, la romance se double d’une espèce de suspense qui fait qu’on est toujours sur le fil du rasoir. On a le coeur qui bat à cent à l’heure pour Jo, on sourit grâce et avec elle, on la voit construire sa nouvelle vie comme un rêve dont on craint à tout moment qu’il ne s’écroule… Tout est fait pour nous rendre accro et le résultat est là. J’ai tout simplement adoré! C’est par-fait!

Publicités

Happy ending – Victoria Van Tiem

couvertureLoveRedemption

Synopsis:

Shane Bennett. C’est le Hugh Grant de mon Journal de Bridget Jones personnel,
le Richard Gere de mon Pretty Woman, le Patrick Swayze de mon Dirty Dancing.
Bref, le garçon qui m’a brisé le cœur. Et qui choisit le jour où j’annonce mes fiançailles avec M. Parfait pour faire son grand retour dans ma vie. La seule chose à faire? L’ignorer. Sauf qu’il tient mon avenir professionnel entre ses mains. Si je ne le convaincs pas de me confier le lancement de son nouveau restaurant, je perds mon job. Mais il ne signera qu’à une condition : que je rejoue avec lui les scènes cultes des dix comédies romantiques que nous aimions tant regarder ensemble à l’époque où je croyais encore à notre happy ending…

Mon avis:

Je remercie les Editions Harlequin France pour leur confiance.

Lorsque j’ai commencé ce roman, je savais que ce serait une lecture légère. Le ton est donné dès le résumé alors on ne peut pas attendre d’être pris aux tripes ou d’être ému à l’excès.

Nous faisons la connaissance de Kensi. Bientôt trentenaire, elle s’apprête à annoncer ses fiançailles à sa famille. Elle a tout pour être heureuse, elle a un boulot qui lui plaît dans une boîte où elle ne chôme pas, son chéri a tout du mec parfait et elle est sur le point de fonder une famille.

Sauf que si on gratte le vernis, Kensi n’est pas épanouie. Elle a beau vouloir se convaincre du contraire, elle ne réussit pas à donner le change.

Toute la première partie est consacrée à l’installation du contexte et des personnages. Nous avons une mère qui n’est jamais contente de ce que fait sa fille et qui instille, peut-être inconsciemment une rivalité avec la femme de son fils; une belle-soeur trop parfaite qui réussit toujours à tirer la couverture à elle, une meilleure amie gaffeuse et pas très discrète, un mec fade et un revenant qui bouleverse la vie de l’héroïne. Des clichés en veux-tu, en voilà mais on fait avec car c’est justement la recette de Happy ending.

Cependant, la magie n’a pas pris avec moi à cause de Kensi. En effet, je l’ai trouvée passive par rapport à tout ce qu’il se passe autour d’elle, alors qu’elle est la première concernée le plus souvent. Elle n’ose pas s’affirmer ou dire clairement ce qu’elle veut. En soi, j’aurais pu faire avec mais là où le bât blesse, c’est qu’elle est incapable d’admettre les choses, même envers elle-même. Elle me fait penser à une autruche qui se met la tête dans le sable et qui est encore capable de se dire qu’elle aime bien avoir du sable dans la bouche. C’est ce trait de caractère qui m’a complètement agacée.

Heureusement, l’intrigue se lit plus facilement. Malgré des passages longuets, j’ai bien aimé suivre les aventures de Shane et de Kensi et les voir revisiter des scènes mythiques avec lesquelles on a toutes grandi. C’était divertissant.

L’action se double d’une espèce d’enquête où notre instinct de détective se met en branle devant la situation de l’entreprise de Kensi. Certains indices sont semés de part et d’autres, nous conduisant à nous demander s’il n’y a pas des choses à découvrir. C’est plutôt agréable de voir une romance toute légère amener des pistes de réflexion. En parlant de ces dernières, Victoria Van Tiem en profite pour nous faire réfléchir sur la définition de l’identité et l’importance de suivre ses aspirations. J’ai beaucoup aimé le parallèle opéré avec par exemple, 30 ans sinon rien afin d’illustrer les messages que veut nous faire passer l’auteure. J’ai trouvé que c’était pertinent.

Au final, j’ai passé un bon moment de lecture avec Happy ending. En dépit d’une héroïne qui met du temps à se réveiller, l’histoire est restée sympathique comme tout, bon enfant et agréable à lire.