Milk and honey (Lait et miel) – Rupi Kaur

couverture

Synopsis:

Construit autour de courts poèmes en prose, « Lait et Miel » parle de survie.
De l’expérience de la violence, des abus sexuels, de l’amour, de la perte et de la féminité.
Le recueil comprend quatre chapitres, et chacun obéit à une motivation différente, traite une souffrance différente, guérit une peine différente.

Mon avis:

Cela fait un moment que je vois ce livre circuler sans m’y intéresser plus que cela. Mais il a fallu que ma copine Avalon en dise le plus grand bien pour que, sans me poser de question, je me décide à le lire et je ne le regrette absolument pas!

Dès les premiers poèmes, je suis entrée dedans. J’ai été immergée en l’espace de quelques mots, me surprenant à être autant touchée et à ressentir les choses avec une intensité incroyable. Si je devais analyser pourquoi, je pense que c’est parce que les mots de Rupi Kaur parlent directement à notre âme. Elle n’utilise pas de phrases follement alambiquées. Au contraire, leur simplicité pourrait même être perçue comme un handicap. Or, c’est justement ce qui confère à leur contenu, à leur fond, ce truc qui nous percute de plein fouet, qui nous renverse et qui ne nous laisse pas indemne. On se reconnaît dans les vérités qu’elle énonce et qui sonnent à nos oreilles comme un rappel.

if you are not enough for yourself
you will never be enough
for soemeone else

La construction des poèmes est complètement décousue. Oubliez toutes les règles de grammaire ou de syllabe que vous connaissiez avant. Les majuscules, la ponctuation… Rupi Kaur pourra vous paraître capricieuse car elle fait tout sauter. Elle nous montre que la forme, on s’en fout. Ce qui compte, c’est le fond avant tout. Tant pis si cela fait péter les conventions.

neither of us is happy
but neither of us wants to leave
so we keep breaking one another
and calling it love

A travers plusieurs thèmes, la poète nous rappelle plusieurs leçons de vie essentielles dont on ressort assagie. En l’espace de ces pages, on grandit. Certains extraits nous font revivre des moments douloureux de notre existence pour mieux magnifier les bonnes choses qui ont suivi. On revit littéralement notre existence.

you might not have been my first love
but you were the love that made
all the other loves
irrelevant

Quelque part, Milk and honey est un hymne à la vie et à l’amour. C’est une célébration de toutes les expériences qui font de nous ce que nous sommes. C’est l’apologie de notre essence, de notre individualisme. Vous savez comme quelquefois, vous avez cette impression d’être une fourmi sur Terre? De n’être rien face au grand schéma universel? Eh bien, ici, c’est l’opposé qui se produit. Sans parler de se sentir important, je dirais plutôt qu’on ressort de cette lecture avec le sentiment de compter. Vous vous rappelez que oui, vous servez à quelque chose. Vous êtes en vie. Vous êtes la plus belle chose qui soit. Vous êtes entier.

En conclusion, ce serait banal de dire que j’ai adoré Milk and honey. Cela, mes chers, est une évidence. Alors je vais plutôt vous dire comment ce recueil va évoluer dans ma bibliothèque.

Il ne rejoindra pas mon étagère. Au lieu de ça, il va rester sur ma table de chevet parce que les mots de Rupi Kaur valent mieux que tous les discours sur l’estime de soi qui peuvent exister. C’est une très belle leçon que nous rappelle l’auteure.

Publicités

Never apart – Romily Bernard

ban

Synopsis (Traduction du résumé par moi):

Combien de fois seriez-vous prêts à mourir par amour?
Et si vous deviez revivre les cinq mêmes jours encore et encore? Et si à chaque fois, votre petit-ami était tué et que vous aviez à assister à la scène? A chaque fois? Vous ne savez pas pourquoi vous êtes coincé dans ce cauchemar mais il y a des règles que vous savez devoir respecter: Se réveiller. Courir. Mourir. On rembobine. Mais maintenant, la seule façon d’échapper à cette boucle est de tenter quelque chose de fou. De dangereux. De complètement inattendu. Cette fois, vous n’allez pas fuir.

Mon avis:

Je remercie Entangled Teen pour leur confiance et Chapter by chapter pour m’avoir incluse dans leur tour.

J’ai eu un coup de coeur pour la couverture et le résumé m’a énormément interpelée alors c’est un euphémisme de dire que j’étais impatiente de lire le roman.

ban

L’histoire nous est racontée du point de vue de Grace. Avec Finn et Ander, elle a la particularité de se réveiller tous les cinq jours dans une sorte d’univers parallèle et au terme de ce délai, elle meurt, toujours de mort violente.

Au moment où elle nous raconte l’histoire, elle travers une phase de lassitude. Elle décrit ses morts comme des chutes et vit ce cycle comme une habitude. Sauf que cette fois-là, quelque chose a changé. Elle se réveille dans un univers qui est très proche du sien. Elle retrouve son frère jumeau, Jem, son chien, Visa et surtout, la Grace dont elle occupe le corps a la vie qu’elle aurait bien aimé avoir.

En parallèle, Grace nous fait vivre des flashbacks de sa vie d’avant. Petit à petit, se dresse le portrait d’une Grace timide, amoureuse de son meilleur ami depuis l’enfance et qui aspire à partir de sa petite ville pour une université éloignée.

J’ai été tenue en haleine car alors que je m’attendais à lire une romance teintée de suspense, c’est tout autre chose que j’ai découvert. Je me suis trouvée face à une quête dont chaque page me livrait des révélations et me faisait réfléchir. Une quête qui m’a surprise car elle a remis en question tout ce que je croyais savoir et m’a baladée de bout en bout.

J’ai été littéralement bluffée par la complexité des personnages et par ce qu’ils me réservaient.

J’ai adoré découvrir progressivement la personnalité de chacun et en particulier de Finn. J’ai adoré cheminer vers une grosse révélation que je n’aurais jamais pu deviner. J’ai été surprise et c’est tellement bienvenu!

J’ai été émue par le sort de Grace et de ses comparses. Je vivais les flashbacks au présent comme si j’y étais. La dualité opérée avec la nouvelle vie des personnages ne m’a pas fait l’effet d’un dépaysement car instinctivement, je comprenais leur évolution. L’auteure a vraiment su retranscrire comment une personne peut vivre encore et encore le même drame.

En conclusion, Never apart m’a conquise. J’en ai dévoré chaque page avec avidité, toujours impatiente d’en lire plus. C’est un coup de coeur. J’ai adoré ce roman.

ChapterbyChapter

En savoir plus sur l’auteure:

Romily Bernard graduated from Georgia State University with a literature degree. Since then, she’s worked as a riding instructor, cell-phone salesperson, personal assistant, horse groomer and exercise rider, accounting assistant, and, during a very dark time, customer service representative. . . . She’s also, of course, now a YA novelist. So don’t let anyone tell you a BA degree will keep you unemployed. Romily currently lives in Atlanta, Georgia. Her debut novel, Find Me, won the Golden Heart Award for YA Romance from the Romance Writers of America in 2012.

Où acheter le livre:

AmazonAmazon.com.auAmazon UKAmazon.caBarnes and NobleiBooksKoboEntangled

Pour avoir une chance de remporter une carte cadeau Amazon d’une valeur de 25$, cliquez sur le lien suivant:

a Rafflecopter giveaway
https://widget-prime.rafflecopter.com/launch.js