[VOYAGE] Destination: La côte d’argent

Bordeaux

La région de Bordeaux, c’est de succulents cannelés mais aussi du vin. L’occasion d’aller visiter des vignobles et de procéder à quelques dégustations.

Si vous n’en buvez pas, ce n’est pas grave. D’autres choses sont à votre portée. Dans le centre-ville, vous irez visiter la place de la Bourse et ses alentours. La blancheur et la majesté des bâtiments vous éblouira.

Pour vous rafraîchir et ravir petits et grands, le miroir d’eau vous offre un spectacle divertissant.

La cité de Saint Emilion

Construite en pente et constituée de ruelles étroites et pavées, Saint Emilion a été ma découverte préférée. J’ai été charmée. L’entrée de la ville vous offre d’emblée un panorama splendide.

Lorsque vous déambulez au hasard des rues, vous tombez sur des ruines et autres bâtiments qui vous projettent d’emblée dans un autre temps. Moi qui ne bois pas, je me suis surprise à penser que j’aurais bien siroté un verre de vin soit sur une terrasse panoramique, soit au milieu des ruines. On y ressent une atmosphère « ancienne ». Une sorte de dolce vita. Comme une envie de se poser et de regarder, tout simplement.

La citadelle de Blaye

Il y a un camping juste au pied de la citadelle si jamais vous cherchez un bel endroit où dormir une nuit. Pour entrer dans cet ancien fort, c’est par là:

Vauban est passé par là. Outre des canons et encore une fois, des jolies ruines à visiter, vous pourrez y avoir une vue sur le détroit.

Côté océan

Nombreuses sont les villes connues de tous: Biarritz, Lacanau mais saviez-vous que les plages varient d’un coin à l’autre? Par exemple, du côté de Lacanau, le sable est fin et clair tandis qu’à Biarritz qui n’est distante que de deux ou trois heures, le sable y est ocre et plus pierreux?

Parlons de la Dune du Pilat. Qui n’a pas fait de clowneries en prenant des photos dessus?

Eh bien, pour la petite anecdote, sachez qu’il existe au moins une autre dune, plus petite mais toute aussi impressionnante au nord de Bordeaux.

Enfin, Biarritz c’est aussi des jolies visites directement sur l’océan même si elle reste tout de même bling-bling.

Et pour éviter les touristes?

Je pense tout de suite à un parc que j’ai beaucoup aimé. Il doit être certainement même plus grand que celui de la Pépinière à Nancy. Dirigez-vous vers le parc de Majolan.

Figurez-vous que vous y trouverez une espèce de parcours entre des grottes et autres constructions. Vous aurez donc l’impression d’être un aventurier et par la même, d’être dans un autre monde. Plus loin, une aire de jeux pour petits et grands vous occupera un bon moment car vous ne pourrez pas résister à la tyrolienne. Et, si vous cherchez bien, vous repartirez chez vous avec des mûres.

Sinon, vous pouvez aussi aller à Soulac-Sur-Mer et faire de l’ULM. C’est radical mais là, vous n’êtes qu’avec le pilote!

Publicités

Never never, part 3 – Colleen Hoover et Tarryn Fisher

couverture

Synopsis :

Meilleurs amis depuis qu’ils ont l’âge de marcher. Amoureux depuis l’âge de 14 ans. Des étrangers complets depuis ce matin. Il fera tout pour se souvenir. Elle fera tout pour oublier.

Mon avis:

Dans cette dernière partie, j’avais une peur, c’était de ressentir une impression de trop court, de concis. Heureusement, cette conclusion m’a offert tout ce que je pouvais en attendre.

Enfin, nous avons des explications quant aux raisons du phénomène qui se produit pour Charlie et Silas. Enfin, l’action chemine pour toujours nous accrocher. Entre le père de Charlie qui a encore des secrets à partager et les découvertes faites par les héros, il se passe décidément beaucoup de choses en l’espace de quelques heures.

Pour une fois, je n’ai pas ressenti de temps mort. J’ai eu l’impression que toutes les imbrications avaient un sens et j’ai pris plaisir à découvrir où elles menaient.

De plus, l’explication sur l’amnésie qui frappe Charlie et Silas mêle les univers de Colleen Hoover et de Tarryn Fisher à la perfection et j’aime beaucoup le résultat.

Je crois qu’on est des produits de notre environnement. Au fond, on est plutôt des gens sympas. Même si on perd la mémoire, en réalité, on reste les mêmes.

Là où j’ai été le plus conquise, c’est par les derniers chapitres et l’épilogue.

Je suis charmée par l’atmosphère de destin qui imprègne ces pages. Il y a une magie qui opère grâce aux mots des deux auteures et dans l’histoire qui prend des allures de conte.

Ainsi, la fin me plaît car elle comporte une note d’humour qu’on n’attend pas. J’ai donc passé un bon moment avec ce couple qu’on découvre jusqu’à la fin mais je préfère tout de même Colleen Hoover en solo.