Me before you (Avant toi) – Jojo Moyes

couverture

Synopsis:

Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Le livre

Qui n’a jamais entendu parler de ce roman? Qui n’a jamais lu de Jojo Moyes? Peu de mains se lèveront et pour cause, nous nous trouvons en présence d’une des nouvelles auteures de romance contemporaine en vogue. Chacun de ses parutions deviennent immédiatement des best-sellers et son succès est tellement mérité.

Nous suivons donc Lou. Jeune fille de vingt-six ans qui vient de se faire renvoyer de son travail de serveuse où elle était parfaitement heureuse, son exubérance et sa fraîcheur l’aident à se faire embaucher comme aide auprès de la famille Traynor et particulièrement de Will.

Will, trente-cinq ans, a perdu l’usage de presque tout son corps à la suite d’un accident de la route. Pour lui qui était très actif, qui aimait voyager, faire de nouvelles expériences dans le monde et aller plus loin que ses limites, sa vie est radicalement bouleversée. Quand lui et Lou se rencontrent, cela fait deux ans qu’il est en fauteuil roulant. Deux ans qu’il rumine et a décidé que la vie ne valait plus le coup de se battre.

Quand le monde de Lou et de Will se télescope, c’est une explosion. Lou est de tempérament joyeux. Elle est simple. Elle se contente de ce qu’elle a. Elle pourrait être fade pour quelqu’un qui veut plus de la vie mais elle est heureuse avec le peu qu’elle a. Ce n’est pas pour ca qu’elle devient niaise. J’ai trouvé sa candeur plutôt rafraîchissante et je me reconnaissais dans le fait qu’elle pouvait avoir peur de l’inconnu.

Will est au premier abord détestable. Il l’est. Il ne fait rien pour être aimable. On sent qu’il déteste sa nouvelle condition. Il déteste celui qu’il est devenu. Il déteste ce qu’est devenue sa vie.

It’s just that the thing you never understand about being a mother, until you are one, is that it is not the grown man – the galumping, unshaven, stinking, opiniated offspring – you see before you, with his parking tickets and unpolished shoes and complicated love life. You see all the people he has ever been all rolled up into one. I looked at Will and I saw the baby I held in my arms, dewily besotted, unable to believe that I had created another human being. I saw the toddler, reaching for my hand, the schoolboy weaping tears of fury after being bullied by some other child. I saw the vulnerabilities, the love, the history.

Pourtant, alors que Lou apprend à le découvrir et qu’ils parlent, on ne peut que fondre pour lui. Il exhorte toujours Lou à en vouloir plus de la vie car à travers elle, il recherche finalement, ne serait-ce que par procuration, ce frisson qu’il ne connaîtra plus jamais. Il sait qu’elle passe à côté de certaines choses et même s’il peut être lourd à le lui répéter sans cesse, il améliore la vie de Lou. Il l’aide à acquérir une nouvelle perspective sur la vie et on se rend alors compte qu’ils s’aident mutuellement. Pour une fois, la personne valide a autant à gagner que le malade. J’ai pu lire certaines chroniques où il était reproché à Lou d’être passive dans sa vie. Je suis d’accord avec ce constat. Néanmoins, j’ai envie de nuancer ce constat car, même si elle n’a pas de grandes ambitions, Lou est heureuse et peu de personnes peuvent se vanter de l’être. J’apprécie vraiment ce trait chez elle. Elle me fait sourire lors de son anniversaire car elle est comme l’enfant qu’on aurait voulu rester.

Pour moi, le sujet principal de cette histoire est la construction de l’histoire d’amour qui se noue entre Lou et Will. Ce n’est pas la condition de Will même si ça joue un rôle. J’ai adoré oublier que Will ne pouvait plus bouger. J’ai adoré découvrir la personnalité de Will et tomber amoureuse de lui.

C’est pour cela que la fin n’en est que plus déchirante et émouvante. Le talent de l’auteure, c’est d’avoir réussi à nous faire adhérer à une histoire que finalement, on savait tragique à l’avance. Clap clap clap. Bravo.

Lu en duo avec Cera Una Volta : son avis dans l’encadré car même si elle n’écrit plus trop de chroniques, elle en avait des choses à dire! 😉

Je dois te dire que je ne m’attendais pas à rentrer si bien et si facilement dans cette histoire. D’ailleurs, c’est pour cela que j’en repoussais la lecture. A tort!
En fait dès les 1eres pages, j’ai su que j’aimerais les personnages, que j’allais à la rencontre de chouettes gens et que l’histoire serait émouvante. Même si j’ai espéré une fin plus heureuse, j’ai su rapidement que ce ne serait pas le cas. Malheureusement. Mais comment dire… C’était la fin qu’il fallait, aussi dure soit-elle.

J’ai aimé que ce ne soit pas larmoyant, qu’au contraire ce soit même drôle et plutôt plein de vie. A l’image de cette jeune femme. Nathan, l’infirmier était plus discret mais intéressant et très chouette.
Il est à l’image des soignants qui se dévouent pour leurs patients. J’ai trouvé Lou super sympa, un tourbillon de vie, le genre d’amie qu’on aimerait avoir. Un brin fofolle, sensible, posée. Un léger manque d’assurance et de confiance en ses capacités mais qui ne l’empêche pas de savoir tenir tête quand il faut. Clark… Que dire? Difficile de se mettre à sa place et d’imaginer ce que cela doit être de perdre toute autonomie, sans compter les souffrances quotidiennes… Mais il y a des choses qu’il dit qui ont trouvé un écho en moi.
Il ne m’a pas inspiré de pitié mais de la tristesse pour cette vie brisée…
Je pense que cet accident lui aura malgré tout permis de voir la vie autrement et sans doute, de revoir son rapport aux autres. Ça pourra te paraître rude que je parle de chance en te disant qu’il a eu justement cette chance de comprendre l’essentiel, de revenir à des choses moins futiles.
Je l’ai trouvé généreux envers Lou, aimant à sa manière.
Je ne crois pas que la décision de mourir soit facile à prendre, je pense qu’au contraire, il lui en a énormément fallu.
Et je comprends sa décision au final. Je n’ose pas imaginer ce que cela a pu être pour ses parents… Chacun m’a touchée de différentes manières. La famille de Lou est particulière, plutôt fun au final, avec ses failles et ses forces. Touchante en tout cas. C’est intéressant et intelligent que Moyes ait introduit par le biais d’un forum de discussion, la communauté des personnes handicapées (para, tetra, les soignants et autres ). Elle montre son importance, la solidarité, leur force. Qu’elle dénonce aussi les difficultés d’accessibilité des handicapés à certains lieux, le peu d’effort fait par un trop grand nombre de villes, la bêtise des gens, c’était bien. Pas virulent mais bien posé afin d’en prendre conscience.

J’ai forcément détesté le mec de Lou. Quel c…!
Une très bonne lecture qui m’aura fait passer de bonnes heures de lecture.

Et le film?

Comme toutes les filles, j’ai beaucoup entendu parler de l’adaptation avant même qu’elle ne sorte. J’ai suivi avec attention le casting d’Emilia Clarke, que je préfère en brune plutôt qu’en blonde même si Daenerys est badass et que je l’adore, j’ai découvert les photos du tournage avec avidité… En somme, j’étais impatiente de voir ce film. Dans le même temps, j’avais une idée préconçue en tête – mais il faut admettre qu’il n’y a pas beaucoup d’adaptations qui m’ont détrompée – c’était que ce serait une guimauve. Je me forçais donc à ne pas avoir spécialement d’attente.

La première chose que j’ai constatée, c’est qu’on y retrouve l’ambiance qu’on aime tant dans le livre. Quand le film commence et qu’on découvre la vie de Lou, on ressent la simplicité de sa vie et de ses attentes. Elle est heureuse avec ce qu’elle a. Elle n’est jamais sortie de son village natal et ne ressent pas l’envie ou le besoin de voir ailleurs. Alors, pour quelqu’un comme Will qui a vu le monde, elle est de ces gens qu’on appellerait des ploucs.

L’actrice incarne à merveille le personnage de Lou. Elle lui apporte la fraîcheur qu’on lui suppose mais surtout, la candeur qu’on attend, sans que Lou n’en devienne niaise.

Nous retrouvons la justesse de ce choix dans la personne de Sam Claflin. Je n’ai absolument pas reconnu mon cher Finnick (Hunger Games). Il est métamorphosé. Il entre dans la peau de Will comme si elle lui appartenait. Il est saisissant. Je l’aimais déjà bien dans en Finnick mais là, il incarne un Will dont on ne peut que tomber amoureuse.

C’est pour cela qu’on se prend au jeu. On est immergé dans l’action. Même en connaissant le livre, on est captivé. Et, parce qu’on est captivé, que j’étais à fond dedans, j’ai été obligée de faire une pause. Littéralement. J’avais la vue brouillée par les larmes. Cela ne m’était plus arrivé depuis un moment en ce qui concerne un film. Quant à dire si cette pause a été bénéfique, je vais juger que oui parce que malgré les trente minutes de battement que j’ai prises, j’ai quand même fini en pleurs comme si j’avais perdu une partie de moi.

Avant toi est donc pour moi une bonne adaptation. Il n’y a pas de chichi. L’objet du roman n’a pas été éclipsé par la fin. Au contraire, il a été servi avec justesse par elle.

Publicités

23 réflexions sur “Me before you (Avant toi) – Jojo Moyes

  1. Ma libraire a été bouleversé par ce livre donc je l’ai acheté bien qu’au départ je ne sois pas sûre d’aimer les livres que tout le monde encense autant… Mais cette fois j’y crois, je le lis bientôt 😉

  2. J’avais adoré Avant toi. Même si on connait la fin à l’avance, on espère qu’elle sera différente. Je n’ai pas encore vu le film mais il me tarde vraiment de le voir.
    Je suis en train de lire Après toi et c’est sympa pour l’instant 🙂

  3. Je n’ai pas lu le roman (pas encore ?!) mais j’ai vu et revu le film un certain nombre de fois. Je ne trouve pas qu’il soit trop larmoyant mais relativement juste. Et les musiques sont toutes absolument parfaites et elles vont parfaitement avec le moment.

  4. Il faut absolument que je lise ce livre, il me fait envie depuis tellement longtemps ! Et comme je meurs d’envie de regarder le film, il faut que je m’y mette rapidement ^^

  5. Une belle lecture et qui fait réfléchir sur les conditions des invalides en société, notamment dans les déplacement., qui m’a fait découvrir cette auteure. Je n’ai pas vu le film, et je ne pense pas le voir (bon ma mère veut le voir avec moi, mais elle pense qu’ils se marient à la fin et je ne veux pas lui casser son trip xD)

    Est-ce que tu as lu la suite ? Je me la suis procurée mais je ne me suis pas encore lancé dans la lecture. Les avis sont mitigés.

    • Je ne l’ai pas encore lue. Je ne sais pas si je le ferai immédiatement car j’ai peur d’être déçue. Je pense attendre et le lire quand je n’aurais plus le livre ou le film en tête pour ne pas en avoir trop d’attentes. Et puis je suis qd même curieuse de savoir la suite même si elle a des chances de ne pas me plaire

  6. J’avais hâte de lire ton avis sur ce roman ! Par contre, je n’ai pas vu le film, je suis tiraillée entre l’envie de le regarder pour l’histoire et les acteurs mais je n’ai pas envie de finir en version flaque sur le parquet …

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s