Celle que vous croyez – Camille Laurens

couverture

Synopsis :

Vous vous appelez Claire, vous avez quarante-huit ans, vous êtes professeur, divorcée. Pour surveiller Jo, votre amant volage, vous créez un faux profil Facebook: vous devenez une jeune femme brune de vingt-quatre ans, célibataire et cette photo où vous êtes si belle n’est pas la vôtre, hélas. C’est pourtant de ce double fictif que Christophe – pseudo KissChris – va tomber amoureux.

Mon avis:

Je remercie les éditions Folio et Livraddict pour leur confiance.

L’histoire nous est racontée du point de vue de Claire. Lorsque l’histoire commence, il faut s’accrocher car le texte donne tout de suite le ton de ce que sera l’histoire. C’est décousu, ça part dans tous les sens mais en même temps, on sent qu’un drame humain s’est joué.

Par le jeu des flashbacks et des interviews, nous entrons au coeur de l’intrigue. Nous faisons connaissance avec Claire. Fraîchement divorcée, elle se fait mener en bateau par Jo alors pour l’espionner, elle a l’idée de se créer un faux profil, ce qui sera un domino dans l’enchevêtrement des faits qui en découlent.

La langue est le reflet de ma vie.

Pendant toute la première partie du roman, j’ai été complètement captivée et charmée par la plume de l’auteure. Elle a des envolées lyriques très belles et c’était un plaisir à découvrir. Alors, quand le drame a lieu, j’étais vraiment triste pour Claire.

C’est là que la seconde partie du roman vient changer la donne.

J’ai découvert une Claire rêveuse dans le mauvais sens du terme. Une Claire qui ne supporte pas la réalité et qui veut tellement croire à ses idées qu’elle ignore tout le reste. Une Claire immature qui, quelque part, ne supporte pas son âge et se conduit toute seule à sa propre auto-destruction.

Mais, non contente de chambouler tout ce qu’elle avait mis en place avant, nous sommes catapultés dans un jeu de miroirs où on se met à douter de tout. On ne sait plus où est la réalité. On est confus. Peut-être d’ailleurs que c’est l’effet voulu car on sent bien qu’à l’instar de ce qu’il se passe dans la tête de Claire, la réalité et la fiction se confondent même pour nous. C’est perturbant mais l’effet est réussi.

Le bémol que j’ai à apporter, outre cette Claire qui m’a fortement déplue au fur et à mesure que les pages se tournaient, c’est cette logorrhée de lyrisme. Au bout d’un moment, la poésie me passait au dessus de la tête car il y en avait trop. L’auteure s’est trop emballée pour moi, perdant de vue l’histoire pour la beauté des mots. J’aime la beauté des mots mais là, cela noyait l’action et ça en devenait pompeux. Je passais littéralement des passages entiers pour en revenir à ce qui m’intéressait.

Heureusement, l’action restait tout de même trépidante. J’ai été bluffée par chacun des retournements de situations et ils m’auront tenue en haleine jusqu’à la fin.

En conclusion, Celle que vous croyez est une belle illustration de comment il est facile de perdre son identité par le biais des réseaux sociaux et de comment il est aisé de faire croire n’importe quoi.
On ne le dira jamais assez mais il ne faut jamais perdre de vue que n’importe quoi peut se tapir dans l’ombre d’un écran.

Publicités

4 réflexions sur “Celle que vous croyez – Camille Laurens

  1. Je n’avais pas beaucoup aimé ce roman à cause de la deuxième partie. Et depuis plus d’un an que je l’ai lu, finalement, il ne m’a pas laissé un souvenir impérissable…

  2. N’importe quoi et surtout n’importe QUI hein ^^

    Un roman qui faisait partie de la sélection Folio mais que j’ai décliné… à tort car ta chronique malgré un certain bémol me rend curieuse du contenu.

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s